Rechercher

Des milliers de personnes pleurent l’adolescent druze dont le corps a été enlevé

La famille pleure l'avenir perdu de Tiran Fero, 17 ans, qui a été inhumé dans sa ville natale de Daliyat al-Karmel, le jour de ce qui aurait dû être son 18e anniversaire

Des personnes en deuil brandissant une photo de l'adolescent druze, Tiran Fero, lors de ses funérailles à Daliyat al-Karmel, dans le nord d'Israël, le 24 novembre 2022. (Crédit : Shir Torem/Flash90)
Des personnes en deuil brandissant une photo de l'adolescent druze, Tiran Fero, lors de ses funérailles à Daliyat al-Karmel, dans le nord d'Israël, le 24 novembre 2022. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Tiran Fero, un adolescent druze dont le corps a été enlevé par des terroristes palestiniens dans un hôpital de Cisjordanie, a été enterré jeudi après-midi, quelques heures après que sa dépouille a été restituée à sa famille.

Des milliers de personnes ont participé au cortège funèbre de Fero, dans sa ville natale à majorité druze de Daliyat al-Karmel, dans le nord d’Israël, le jour de son 18e anniversaire.

« Il est incroyablement triste que nous l’accompagnions vers sa dernière demeure au lieu de célébrer ses grands rêves », a déclaré Eddy, l’oncle de Fero, lors des funérailles, selon la Treizième chaîne. « Nous commençons maintenant à intérioriser ce drame. J’espère que notre famille pourra survivre à cette tragédie et à ce deuil. »

L’oncle de Fero a également plaidé pour la paix dans l’éloge funèbre de son neveu. « Nous sommes une communauté pacifique », a-t-il dit à propos de la minorité druze en Israël. « Je demande que tout le monde agisse pacifiquement après les funérailles. Il ne doit plus y avoir de vies perdues, retournons à une vie tranquille. »

Le maire Rafik Halabi, s’adressant aux personnes en deuil, a décrit Fero comme un amoureux de la vie avec de grands projets pour l’avenir. « Au lieu de l’accompagner à son mariage, nous l’avons enveloppé dans un linceul », a-t-il déclaré, faisant écho à ce que le père de Fero a dit plus tôt jeudi sur l’ironie douloureuse d’enterrer son fils le jour de ce qui aurait été son anniversaire.

Fero a été grièvement blessé dans un accident de voiture à Jénine et transporté d’urgence dans un hôpital de la ville palestinienne mardi. Il est décédé à l’hôpital Ibn Sina de Jénine, puis son corps a été enlevé par des hommes armés non identifiés, selon l’armée israélienne et les médias palestiniens.

La famille et les amis pleurant pendant la procession funéraire de Tiran Fero à Daliyat al-Karmel, dans le nord d’Israël, le 24 novembre 2022. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Bien que sa famille ait affirmé que des tireurs palestiniens l’avaient débranché du respirateur lorsqu’ils l’ont sorti de l’hôpital, l’armée et une source haut placée de la Défense israélienne ont insisté sur le fait qu’il était déjà mort lorsqu’il a été enlevé.

Sa dépouille a été restituée à sa famille en Israël tôt jeudi matin après avoir été retenue par des terroristes en Cisjordanie pendant environ 30 heures. Le transfert du corps s’est fait au point de passage de Salem, près de Jénine, à la suite d’intenses négociations impliquant des membres des plus hautes sphères du gouvernement et de la sécurité, tant en Israël que dans l’Autorité palestinienne (AP), selon divers médias israéliens.

Des responsables de la sécurité ont déclaré, sous couvert d’anonymat, que les suspects avaient demandé la libération de Palestiniens emprisonnés par Israël ou les corps de terroristes palestiniens décédés détenus par Israël en échange de Fero, qui était élève en classe de Terminale.

Mais Israël n’a finalement rien donné en échange du corps, a déclaré jeudi matin à la presse une source anonyme de la Défense.

« Nous n’avons tenu aucune négociation avec ceux qui détenaient le corps. Nous n’avons rien donné en échange », a déclaré la source. « Nous avons précisé que ce corps allait retourner à sa famille. L’Autorité palestinienne a fait pression pour mettre fin rapidement à ce drame parce qu’elle était embarrassée, et à Jénine, les ravisseurs ont perdu leur soutien après que le public a compris qu’il allait payer un lourd tribut financier. »

Emanuel Fabian a contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...