Des missiles attribués à Israël tirés sur Damas interceptés – médias syriens
Rechercher

Des missiles attribués à Israël tirés sur Damas interceptés – médias syriens

Les médias d'État affirment que les défenses aériennes ont abattu des missiles ; les médias israéliens parlent d'un raid en représailles à l'explosion qui a frappé le MV Helios Ray

Des images des médias d'État syriens montrent des missiles de défense aérienne tirés près de Damas en réponse aux frappes israéliennes, le 28 février 2021. (Capture d'écran Twitter)
Des images des médias d'État syriens montrent des missiles de défense aérienne tirés près de Damas en réponse aux frappes israéliennes, le 28 février 2021. (Capture d'écran Twitter)

La défense aérienne syrienne a intercepté des missiles, attribués à Israël, au-dessus de Damas, a rapporté dimanche soir l’agence officielle syrienne Sana.

« Nos défenses aériennes ont intercepté des missiles ennemis au-dessus de Damas », a indiqué Sana.

« Ce soir à 22H16 (locales), l’ennemi israélien a mené une attaque aérienne depuis le Golan syrien occupé contre certaines cibles dans la région de Damas », a indiqué l’agence citant une source militaire.

« Notre défense aérienne a riposté à ces missiles et abattu la plupart d’entre eux », a ajouté cette source. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat.

L’armée israélienne n’a pas commenté ces médias, comme à son habitude.

La chaîne Kan, la Treizième chaine et le quotidien Maariv ont décrit les frappes comme visant des sites iraniens, en réponse apparente à une explosion d’un navire israélien dans le Golfe d’Oman, attribuée à l’Iran par les autorités israéliennes.

Aucun média n’a précisé sur quelles sources ils s’appuyaient.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, un observateur de guerre basé en Grande-Bretagne dont la crédibilité a été mise en doute par le passé, a déclaré que la frappe a touché la région de Sayyida Zeinab au sud de Damas, où le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran et le groupe terroriste libanais Hezbollah sont présents.

Kan avait précédemment rapporté que les dirigeants des services de sécurité israéliens s’étaient réunis dimanche soir pour discuter de la prétendue attaque iranienne contre le MV Helios Ray.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré samedi qu’il pensait que l’Iran était derrière l’explosion de jeudi. Dimanche, le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, a qualifié l’explosion qui a frappé le MV Helios Ray de « rappel » de l’Iran.

« C’est le moment de rappeler que Tsahal agit et agira contre les menaces qui mettent en danger Israël, de près ou de loin », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie.

Depuis le déclenchement en 2011 de la guerre chez son voisin syrien, l’Etat hébreu y a mené des centaines de frappes contre des positions du pouvoir syrien et de ses alliés, les troupes iraniennes et les forces du Hezbollah libanais. La dernière attaque en Syrie attribuée à l’État juif a eu lieu le 15 février.

La dernière attaque signalée est également survenue après que l’armée américaine a lancé jeudi des frappes contre les milices soutenues par l’Iran en Syrie, en représailles à une récente attaque à la roquette en Irak qui a tué un entrepreneur civil et blessé un membre des services américains et d’autres troupes de la coalition.

Israël déclare régulièrement qu’il ne permettra pas à la Syrie de devenir la tête de pont des forces iraniennes.

Déclenchée par la sanglante répression de manifestations en faveur de la démocratie, la guerre en Syrie s’est complexifiée au fil des ans avec l’implication de puissances étrangères et une multiplication des factions armées.

Elle a fait plus de 387 000 morts et entraîné le déplacement de millions de personnes.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...