Des olim australiens contribuent à la sécurité des baignades en Israël
Rechercher

Des olim australiens contribuent à la sécurité des baignades en Israël

Les frères Hakim veulent apprendre aux enfants à comprendre l'eau, à empêcher les noyades, avec le programme australien "Nippers", mis en place cet été

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des Nippers australiens, un programme de surveillance de la baignade qui sera lancé en juillet 2020 sur les plages israéliennes. (Autorisation : Israel Life Saving Federation)
Des Nippers australiens, un programme de surveillance de la baignade qui sera lancé en juillet 2020 sur les plages israéliennes. (Autorisation : Israel Life Saving Federation)

Avec sept noyades dans les premières semaines de la saison balnéaire en Israël, deux frères australiens ont un plan pour assurer la sécurité des gens en mer.

Cet été, Danny et Paul Hakim présentent les Nippers, le célèbre réseau australien de sécurité nautique. Les Hakim ont décidé d’amener le concept en Israël, où les noyades sont devenues une malheureuse réalité chaque été. L’idée a été créée il y a 50 ans pour aider les enfants et les adultes à apprendre à nager en toute sécurité.

La surveillance des plages est une tâche impossible pour les maîtres-nageurs israéliens, commente Danny Hakim.

« Combien de personnes trois paires d’yeux peuvent-elles surveiller ? », interroge-t-il. « Les Nippers créent des yeux supplémentaires et une prise de conscience, et les enfants apprennent ce qu’il faut faire. »

Paul Hakim, à gauche, avec l’ancien ambassadeur australien Dave Sharma, au milieu, et Danny Hakim se préparent pour le projet pilote israélien Nippers, un programme de surveillance de la baignade qui sera lancé en juillet 2020 (Autorisation : Fédération israélienne de sauvetage)

Le programme Nippers est lancé par la Fédération israélienne de sauvetage sur les plages de Herzliya, Tel Aviv et Haïfa et prévoit de l’étendre au niveau national au cours des prochaines années. Pour l’instant, le programme pilote de cet été comprendra des cours hebdomadaires pour les enfants de 7 à 12 ans, les adolescents et les adultes dans les trois endroits.

« Nous avons toujours rêvé que ce genre de choses se produise », indique Paul Hakim, un éducateur et guide touristique qui vit en Israël depuis 35 ans et qui est président de la fédération. Il est également un moniteur Nippers agréé, ayant suivi le cours lors d’un voyage en Australie il y a plusieurs années.

Il a souligné que le programme s’inscrit dans la tradition des liens de l’Australie avec Israël et la Méditerranée.

En 1940, des soldats australiens de l’Anzac étaient stationnés en Palestine avant la création de l’État, alors qu’ils se préparaient à combattre pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant les deux années où ils ont été stationnés en Palestine sous mandat britannique, ils ont passé beaucoup de temps au bord de la mer. En mémoire de cette page d’histoire, l’ambassade australienne en Israël est l’un des parrains du programme.

L’Australie opère depuis longtemps sur les plages de la Méditerranée, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les soldats australiens s’entraînaient en Palestine Mandataire. (Autorisation : Fédération israélienne de sauvetage)

Le programme « Nippers » a été lancé en Australie en 1967. Il enseigne aux enfants, dès l’âge de quatre ans, les vagues et la façon d’identifier les dangers de la mer. L’Australie compte 10 000 plages, et la majorité de la population vit près de la côte.

Aujourd’hui, plus de 67 000 enfants participent chaque année au programme « Nippers » en Australie, indique Danny Hakim, ce qui en fait le plus grand mouvement de jeunesse du pays. Ce programme est également présent dans le monde entier, avec des ramifications dans 100 pays.

La Fédération israélienne de sauvetage est soutenue et formée par l’Association australienne de sauvetage. Avec six moniteurs formés à son bord, elle espère sensibiliser 100 jeunes cet été.

Elle prévoit également de jumeler le programme Nippers avec des écoles de surf pendant les vacances de Soukkot à l’automne, et espère faire entrer Nippers dans le système scolaire pour créer une nouvelle génération d’enfants israéliens qui connaissent bien l’eau.

Si les parents nés en Australie sont à l’avant-garde du programme pilote de cet été, les frères Hakim espèrent impliquer d’autres populations, y compris la communauté arabe.

L’un des moniteurs formés par les deux frères est arabe et enseignera la sécurité nautique dans la ville côtière arabe de Jisr az-Zarqa, au fur et à mesure que le programme se développera.

Anna Hecht, qui a quitté l’Australie pour s’installer en Israël il y a 12 ans, s’est engagée dans ce programme parce qu’elle voulait que ses trois enfants soient en sécurité dans l’eau, après avoir été sensibilisée au surf en grandissant.

Un parent et bénévole Nipper, Anna Hecht (Autorisation : Anna Hecht)

« Les sous-courants de la mer ici ne sont pas du tout comme ceux que nous avons en Australie, ils sont bien plus forts », dit-elle, « et ce programme a appris à mes enfants comment faire face à la mer. »

L’un des avantages supplémentaires du programme « Nippers » est que les parents doivent s’impliquer, même si cela surprend beaucoup d’entre eux.

« Vous pouvez passer trois heures avec vos enfants sans téléphone », se réjouit Mme Hecht. « C’est un travail difficile, mais qui plaît à tout le monde ».

Pour Paul Hakim, le manque de sécurité sur les plages est l’une des choses qu’il a eu du mal à accepter durant ses années en Israël. Les noyades peuvent être évitées en enseignant aux gens comment nager avec le courant, souligne-t-il.

« Il faut que ce soit amusant et cool », explique Paul Hakim. « Être un Nipper est la chose la plus cool qui soit en Australie parce que vous êtes un sauveteur. En Israël, nous comprenons la vie et la mort dès le plus jeune âge et les gens font du bénévolat ici pour toutes sortes de raisons. En voilà une autre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...