Rechercher

Des résidents d’implantations tirent sur 3 Palestiniens près de Hébron – médias

Des témoins disent que l’affrontement a commencé lorsque le Palestinien a été attaqué sur ses terres par un groupe de l’implantation voisine de Bat Ayin

Vue de l'implantation de Bat Ayin en Cisjordanie. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Vue de l'implantation de Bat Ayin en Cisjordanie. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Trois Palestiniens auraient été blessés par balle par un Israélien à l’extérieur de la ville de Surif, samedi.

Des témoins ont déclaré à Haaretz que l’incident a commencé lorsque l’un des Palestiniens s’était rendu sur un terrain qu’il possède, près de l’implantation de Bat Ayin, dans le bloc d’Etzion, au sud de Jérusalem.

Le Palestinien a déclaré qu’un groupe d’hommes venu de l’implantation avait commencé à lui jeter des pierres. Le propriétaire terrien avait alors appelé ses proches à l’aide, a déclaré son frère au journal.

La source d’information indique que sept Palestiniens et une dizaine de résidents auraient alors commencé à se lancer des pierres. Selon des témoins, l’un des résidents aurait ouvert le feu sur une voiture qui arrivait, avec à son bord des enfants.

Trois Palestiniens blessés ont été conduits à l’hôpital de la ville de Hébron et l’un d’eux a subi une intervention chirurgicale. Ils souffrent de blessures légères à modérées.

Les responsables des forces de l’ordre israéliennes n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur l’incident.

Des Israéliens masqués descendent sur une colline lors d’une attaque présumée contre des Palestiniens et militants israéliens de gauche, près du village palestinien de Surif, qui borde l’implantation israélienne de Bat Ayin. (Crédit : Shai Kendler)

Les habitants de Bat Ayin ont déjà été impliqués dans des actes de violence envers les Palestiniens.

En novembre dernier, une vingtaine de juifs israéliens s’étaient rendus sur une colline, à proximité de l’implantation et avaient attaqué des Palestiniens et militants israéliens de gauche venus cueillir des olives, selon la police et des témoins. Les agresseurs masqués, armés de gourdins, avaient jeté des pierres sur le groupe, selon ces mêmes témoins.

Ahuvia Sandak, 16 ans, résident de Bat Ayin, a, quant-à-lui, été tué dans un accident alors qu’il fuyait la police en décembre 2020, peu de temps après s’en être pris à des conducteurs palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...