Des snipers du Jihad islamique tirent sur des soldats à la frontière de Gaza
Rechercher

Des snipers du Jihad islamique tirent sur des soldats à la frontière de Gaza

Les soldats israéliens ont riposté pour "écarter la menace", a souligné l'armée qui fait état d'aucun blessé côté Tsahal

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Cette photo prise depuis Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza montre des soldats israéliens inspectant la zone autour de leur poste d'observation situé à proximité de la barrière de sécurité avec l'enclave côtière le 1 août  2019, après un échange de tirs avec un tireur palestinien.(Said Khatib/AFP)
Cette photo prise depuis Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza montre des soldats israéliens inspectant la zone autour de leur poste d'observation situé à proximité de la barrière de sécurité avec l'enclave côtière le 1 août 2019, après un échange de tirs avec un tireur palestinien.(Said Khatib/AFP)

Mercredi, une équipe de snipers du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien a ouvert le feu sur un groupe de soldats israéliens le long de la frontière sud de Gaza, sans faire de blessés, a annoncé l’armée israélienne.

Les soldats israéliens ont riposté pour « écarter la menace », a souligné Tsahal. Il n’y a pas eu d’informations sur d’éventuelles victimes palestiniennes.

L’armée a déclaré que les terroristes du Jihad islamique ont ouvert le feu à proximité de la ville de Khan Younis, dans le sud de Gaza.

Soutenu par l’Iran, le Jihad islamique est considéré comme le deuxième groupe terroriste le plus puissant dans la bande de Gaza, après le Hamas, qui contrôle de facto l’enclave.

En novembre, Israël s’est livré à des affrontements éprouvants avec le Jihad islamique pendant deux jours, déclenchés par l’assassinat par Tsahal de l’un des commandants de l’organisation, Baha Abu al-Ata. L’État juif le considérait comme responsable de nombreux tirs de roquettes vers le sud et le centre d’Israël, mais aussi plusieurs tentatives d’infiltration.

L’attaque de mercredi est intervenue quelques heures après qu’Israël a annoncé mettre un terme à une série de « sanctions » imposées sur la bande de Gaza, après une période de calme relatif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...