Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Des souris guéries d’Alzheimer grâce à une molécule créée par des Israéliens

L'efficacité de cette molécule a été démontrée par des tests de comportement et une analyse du cerveau ; un médicament pour l'homme prendra du temps

Un cerveau humain atteint de dégénérescence, représentée en vert. Image d'illustration (Crédit : Naeblys/iStock by Getty Images)
Un cerveau humain atteint de dégénérescence, représentée en vert. Image d'illustration (Crédit : Naeblys/iStock by Getty Images)

Des scientifiques israéliens ont constaté qu’après avoir injecté une molécule artificielle créée par eux à 30 souris atteintes de la maladie d’Alzheimer, ces dernières s’étaient rétablies et avaient toutes retrouvé toutes leurs capacités cognitives.

Ils insistent qu’il ne s’agît là que d’un petit échantillon de souris et que l’on est encore loin de pouvoir effectuer des tests sur l’homme. Cependant selon eux, ce résultat semble indiquer que, d’ici dix ans, leur molécule synthétique pourrait être développée en un médicament permettant de traiter la maladie dégénérative.

La recherche, menée par des neuroscientifiques de l’université Ben Gurion, a été récemment publiée dans la revue Translational Neurodegeneration.

« Notre approche est très différente des efforts déployés jusqu’à présent pour trouver des médicaments pour traiter la maladie d’Alzheimer », a déclaré le professeur Varda Shoshan-Barmatz, l’auteur principal de l’étude, au Times of Israel. « La plupart essaient de traiter la plaque qui se forme dans le cerveau, alors que nous nous attaquons à des dysfonctionnements situés dans d’autres régions. Et nous sommes optimistes. Les souris atteintes d’Alzheimer qui ont reçu notre molécule et qui ont ensuite été soumises à des tests avaient les mêmes capacités cognitives que les souris qui n’avaient jamais eu la maladie d’Alzheimer. »

Fait intéressant, la molécule semble avoir été efficace sans pour autant avoir réduit de manière significative la plaque, ce qui pourrait être un indicateur que les scientifiques se sont trop focalisés sur la plaque.

Les publications scientifiques font état du dysfonctionnement des mitochondries chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Les mitochondries sont des organites – de minuscules organes miniatures à l’intérieur des cellules – qui fournissent de l’énergie à la cellule. Selon les scientifiques, lorsqu’elles fonctionnent mal et ne parviennent pas à produire les quantités normales d’énergie, cela peut entraîner la mort cellulaire, une inflammation et une diminution de la réponse immunitaire.

Prof. Varda Shoshan-Barmatz de l’université Ben Gurion. (Crédit : Dani Machlis/Université Ben Gurion)

Bien que la maladie d’Alzheimer soit liée à un dysfonctionnement mitochondrial, aucun des traitements potentiels ne porte actuellement sur les mitochondries. La recherche sur les médicaments vise principalement à combattre l’accumulation de fragments de protéines entre les cellules nerveuses du cerveau, un phénomène que l’on pense être lié à la maladie d’Alzheimer.

L’équipe de l’université Ben Gurion a entrepris de normaliser l’activité mitochondriale en contrant les effets néfastes de la surproduction d’une protéine appelée VDAC1.

Cette protéine joue un rôle crucial dans la régulation des fonctions métaboliques et énergétiques des mitochondries lorsqu’elle est produite en quantité normale. Mais les scientifiques ont découvert que cette protéine est produite en quantités énormes dans le cerveau des souris atteintes de la maladie d’Alzheimer et qu’elle interfère avec l’activité mitochondriale.

« Dans le cadre de notre étude, nous avons réorienté les traitements de la maladie d’Alzheimer de la plaque vers cette protéine, qui est produite dans les cellules nerveuses autour de la plaque », a déclaré Shoshan-Barmatz. « Nous empêchons cette protéine de provoquer la mort cellulaire, car la molécule interfère avec son effet néfaste. »

La mitochondrie, un organite cellulaire qui produit de l’énergie. (Crédit : Dr_Microbe/iStock by Getty Images)

Son équipe, composée des professeurs Shira Knafo, Alon Monsonego, Noga Vardi, Anna Kuzmin-Steinfer et Ankit Verma, a élaboré une molécule qui se lie à la protéine VDAC1.

« En se liant à VDAC1, elle l’empêche de provoquer la mort des cellules neuronales ainsi que d’autres changements associés à la maladie d’Alzheimer, notamment la neuro-inflammation et les dysfonctionnements neuro-métaboliques », a déclaré Shoshan-Barmatz.

Pour fabriquer la molécule, son équipe a fait des recherches dans les bibliothèques pour trouver des composés dont les propriétés suggéraient qu’ils interagiraient avec VDAC1 et inhiberaient ses effets néfastes. Ils ont ensuite intégré l’un de ces composés dans la molécule, qui a été créée pour empêcher les changements dans les mitochondries.

La molécule a été administrée à 30 souris atteintes de la maladie d’Alzheimer pendant une période de cinq mois, via leur eau de boisson. Simultanément, un nombre similaire de souris atteintes de la maladie d’Alzheimer n’ont pas reçu la molécule.

« Les souris ont subi différents tests. Au début, elles affichaient une perte de mémoire et une altération de leurs capacités cognitives. Mais à la fin de l’expérience, les souris qui avaient reçu la molécule avaient la même mémoire et les mêmes capacités cognitives que les souris non atteintes d’Alzheimer », a déclaré Shoshan-Barmatz.

« La mort cellulaire est pratiquement inexistante chez les souris saines. En revanche, chez les souris atteintes de la maladie d’Alzheimer, on a observé une perte massive de cellules neuronales. La molécule a donc empêché la mort des cellules neuronales et, par là même, les autres changements associés à la maladie d’Alzheimer, dont l’inflammation neurologique et les dysfonctionnements neuro-métaboliques. Ces effets se sont traduits par la prévention du déclin des capacités cognitives telles que l’apprentissage et la mémoire chez les souris malades », a-t-elle déclaré.

À la fin de l’expérience, les scientifiques ont prélevé les cerveaux des souris pour les analyser. « Les cerveaux des souris qui n’avaient pas reçu de traitement présentaient un certain nombre de neurones morts et donc une réduction du nombre de neurones », a déclaré Shoshan-Barmatz.

« Leur métabolisme fonctionnait mal. Le cerveau des souris qui avaient reçu le traitement présentait au contraire des neurones en quantité normale, ce qui indique un ralentissement de la mort et un métabolisme fonctionnant normalement. »

« Nous avons créé une jeune entreprise baptisée Tamarix. J’espère que nous pourrons développer ce procédé et l’utiliser pour un traitement clinique, mais cela risque de prendre du temps, entre sept et dix ans. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.