Des troupes en uniforme ont provoqué des manifestants de la rue Balfour
Rechercher

Des troupes en uniforme ont provoqué des manifestants de la rue Balfour

L'armée, qualifiant cet incident de "grave", a condamné les soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda qui ont scandé des chants de soutien à Netanyahu à des manifestants

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda de Tsahal scandent des slogans d'extrême droite à l'attention de manifestants devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 15 septembre 2020. (Capture écran / Kikar Hashabbat)
Des soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda de Tsahal scandent des slogans d'extrême droite à l'attention de manifestants devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 15 septembre 2020. (Capture écran / Kikar Hashabbat)

Des soldats en uniforme ont scandé des slogans de soutien au Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence à Jérusalem mardi, dans ce que l’armée a qualifié de « grave » violation de sa politique concernant l’expression de ses idées politiques.

« C’était un incident grave qui n’est pas conforme aux ordres de l’armée. L’événement fera l’objet d’une enquête, des leçons seront tirées et des mesures seront prises en conséquence », a assuré l’armée dans un communiqué.

Dans une vidéo de la scène, filmée par le site d’information ultra-orthodoxe Kikar Hashabbat, on peut voir les troupes entonner la chanson juive traditionnelle « David, roi d’Israël » tandis que d’autres chantaient ironiquement sur l’air « Bibi, roi d’Israël », dans lequel le nom du monarque biblique a été remplacé par le surnom de Netanyahu, devant une tente de protestation située face au domicile du Premier ministre.

Les soldats sont de nouvelles recrues du bataillon religieux Netzah Yehuda de la Brigade Kfir, une unité qui a souvent fait l’objet d’allégations de comportement d’extrême droite. Certains de ses membres ont notamment été accusés d’avoir maltraité des suspects palestiniensd’avoir agressé des Bédouins israéliens et d’avoir attaqué des garde-frontières.

Mardi, un peloton de l’unité se trouvait dans la capitale dans le cadre d’une sortie éducative et a descendu la rue Azza, où les manifestants ont mis en place une vigie 24 heures sur 24 pour protester contre Netanyahu.

Alors que les soldats passaient devant la tente des manifestants, on pouvait entendre certains d’entre eux crier « Bibi, roi d’Israël » et d’autres chansons affiliées à la droite politique israélienne, ainsi que des applaudissements et des sifflements. Dans sa déclaration, l’armée a dénoncé leurs actions, soulignant l’importance pour les troupes de rester apolitiques.

« Tsahal est une armée populaire apolitique, dans laquelle toutes les activités liées à des questions partisanes sont interdites », a souligné l’armée.

L’armée a cité son chef d’état-major Aviv Kohavi, qui a souligné la valeur de l’impartialité dans un récent discours, disant que le travail de l’armée était notamment de « développer [cette éthique] et de la défendre constamment et systématiquement ».

« L’armée israélienne reste au-dessus de tous les désaccords, ses commandants et ses soldats ne prennent pas de positions politiques et n’expriment pas de points de vue sur des questions sociales controversées », a déclaré M. Kohavi.

Le bataillon Netzah Yehuda a été créé en 1999 afin que les soldats ultra-orthodoxes et autres religieux puissent servir sans avoir le sentiment de compromettre leurs croyances. Les soldats n’interagissent pas avec les troupes féminines dans la même mesure que les autres militaires et bénéficient de temps supplémentaire pour la prière et l’étude religieuse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...