D’importants rabbins soutiennent leur pair pour qui les gays sont des “déviants”
Rechercher

D’importants rabbins soutiennent leur pair pour qui les gays sont des “déviants”

Dans une lettre de soutien au rabbin Yigal Levinstein, des dirigeants nationalistes orthodoxes affirment que l’homosexualité “contrevient à la moralité humaine”

Elie Leshem is a news editor at The Times of Israel. When he isn't in the newsroom, he translates books and plays jazz guitar.

Le rabbin Shlomo Aviner, un des auteurs de la lettre condamnant l'homosexualité et la Gay Pride, pendant l'inauguration d'un jardin d'enfants dans l'implantation de Beit El, en Cisjordanie, le 26 mars 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le rabbin Shlomo Aviner, un des auteurs de la lettre condamnant l'homosexualité et la Gay Pride, pendant l'inauguration d'un jardin d'enfants dans l'implantation de Beit El, en Cisjordanie, le 26 mars 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

A la veille d’une Gay Pride tendue à Jérusalem, 300 rabbins sionistes religieux ont signé une lettre de soutien au directeur d’une yeshiva qui a déclaré que les membres de la communauté LGBT étaient des « déviants » dépourvu de « la normalité de la vie ».

« Il n’y a pas de place pour la légitimation de phénomènes et de comportements qui cherchent à glorifier un mode de vie qui contrevient à la moralité humaine et à la voie de la Torah », ont écrit les signataires d’une lettre publiée mercredi, notamment des pédagogues et des rabbins.

« Notre amour pour chaque juif, et l’obligation de traiter chaque être humain avec respect, ne peut pas être un prétexte pour déformer la vérité halachique ou ‘adoucir les angles’ quand il s’agit d’actes interdits. »

Ils répondaient à un tollé déclenché par le rabbin Yigal Levinstein, co-directeur d’une prestigieuse académie religieuse prémilitaire de Cisjordanie, qui a été filmé la semaine dernière, pendant un discours, déclarant que « dans le cadre du pluralisme, soldats et officiers apprennent à parler des [personnes LGBT] comme ‘fières’, mais je n’ose pas les appeler ainsi… Je les appelle ‘déviants’. »

Il a ajouté qu’il existe « un mouvement fou de personnes qui ont simplement perdu la normalité de la vie. Ce groupe rend l’Etat fou et infiltre l’armée de toutes ses forces. Personne n’ose ouvrir la bouche ou émettre le moindre son contre eux. Dans les camps d’entraînement de l’armée, ils donnent des cours sur la déviance.

Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence  "Sion et Jérusalem", en juillet 2016. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence « Sion et Jérusalem », en juillet 2016. (Crédit : capture d’écran Youtube)

Dans leur lettre, les rabbins (dont Aryeh Stern et Shmuel Eliyahu, respectivement grands rabbins de Jérusalem et Safed, et Shlomo Aviner, directeur influent de la yeshiva Ateret Yerushalayim) ont déclaré qu’ils souhaitaient « exprimer leur soutien à chaque rabbin qui exprime son opinion halachique et morale […] sans indulgence ou excuse. »

Ils ont déclaré qu’ils représentaient une « majorité silencieuse, religieuse et séculaire » en Israël, qui est opposée au mode de vie et au militantisme LGBT.

Naftali Bennett, ministre de l’Education et président du parti national religieux HaBayit HaYehudi, a été l’une des figures orthodoxes à condamner les remarques de Levinstein. « Ce n’est pas la voie du sionisme religieux, a-t-il déclaré cette semaine. La loi juive a été conçue pour établir ce qui est interdit et ce qui est permis. Elle n’a pas été conçue pour être un objet de division et marquer les gens et les communautés. Vous ne pouvez pas insulter toute une communauté et vous cacher derrière [la loi juive]. »

L’un des organisateurs de la lettre s’est exprimé mercredi contre Bennett, et l’a accusé de trahir ses électeurs, déclarant au site d’informations Ynet que « nous trouvons dur de comprendre comment un homme politique, aussi talentueux qu’il soit, prend sur lui de répudier les rabbins qui pendant des années ont façonné le sionisme religieux. »

Le rabbin Benny Lau, important rabbin sioniste religieux dont le cousin, David Lau, est le grand rabbin ashkénaze d’Israël, a dénoncé Levinstein en début de semaine.

« Qui vous a donné la permission de les insulter ? Au nom de quelle Torah agissez-vous ainsi ? », a-t-il demandé dans une vidéo publiée sur Facebook.

Lau a parlé d’un incident qui s’est produit il y a deux ans, quand Levinstein s’adressait à des élèves du lycée de garçon Himmelfarb de Jérusalem, et a comparé d’un ton moqueur les homosexuels aux animaux. Lau a raconté qu’il y avait « un lycée là-bas dans le fond qui est sorti de la salle au moment où vous avez raconté cette terrible blague. Il comptait se suicider. Il en a été empêché. Il y a un an […], le même lycée a raconté qu’il avait entendu que vous vous moquiez de lui, et il a à nouveau voulu se suicider. »

Shira Banki, 16 ans, poignardée à mort le 30 juillet 2015 pendant la Gay Pride de Jérusalem. (Crédit : Facebook)
Shira Banki, 16 ans, poignardée à mort le 30 juillet 2015 pendant la Gay Pride de Jérusalem. (Crédit : Facebook)

L’Association israélienne des gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres, connue sous le nom de Aguda, a porté plainte contre Levinstein pour incitation [à la haine].

La lettre des rabbins va certainement susciter la colère des Israéliens libéraux, avant ce qui promet d’être une Gay Pride émouvante à Jérusalem jeudi après-midi. Elle sera la première dans la capitale depuis celle de l’année dernière, pendant laquelle Yishai Schlissel, un ultra-orthodoxe, avait poignardé plusieurs personnes, en blessant plusieurs eu tuant Shira Banki, 16 ans. La semaine dernière, un tollé a été déclenché par l’annulation de la première Gay Pride de Beer Sheva après des menaces de violence.

Aviner, l’un des signataires de la lettre, et le rabbin Tzvi Tau, qui dirige la yeshiva d’élite Har Hamor à Jérusalem, se sont exprimés mercredi contre le defile, selon un article du site d’informations orthodoxe Srugim.

« ‘Tu ne t’allongeras pas avec un homme comme on s’allonge avec une femme : c’est une abomination’ », ont-ils déclaré, citant un verset du Lévitique souvent utilisé comme preuve de l’aversion de Dieu pour les homosexuels.

« Nous condamnons l’existence d’une parade abominable dans notre sainte ville de Jérusalem », ont continué Aviner et Tau, ajoutant que le défilé était une « profanation terrible du nom de Dieu. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...