Israël en guerre - Jour 258

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Din Bar, 27 ans, et Shoam Bar, 21 ans : oncle et neveu tués ensemble

Assassinés au festival de musique Supernova le 7 octobre dernier

Din (à gauche) et Shoam Bar. (Crédit : Autorisation)
Din (à gauche) et Shoam Bar. (Crédit : Autorisation)

Din Nehorai Bar, 27 ans, et son neveu, le sergent-chef Shoam Bar, 21 ans, tous deux originaires d’Ahuzat Barak, ont été assassinés par des terroristes du Hamas à la rave Supernova le 7 octobre.

Ils s’étaient rendus au festival avec un ami proche, Eitan Snir, qui a également été assassiné lors de la rave.

Lorsque les tirs de roquettes ont commencé, ils se sont enfuis tous les trois du site du festival et se sont réfugiés dans un abri anti-bombes situé en bord de route. Ils ont envoyé un dernier selfie où on les voit tous les trois dans l’abri. C’est la dernière fois qu’ils ont été vus vivants.

Din était coiffeur et possédait son propre salon de coiffure, et Shoam était un sous-officier logistique au sein de la brigade Golani, alors en permission.

Shoam laisse derrière lui ses parents, Pazit et Asi, et ses jeunes frères et sœurs Elay, Hoshen et Lian. Il a été enterré à Ahuzat Barak le 13 octobre.

Din laisse un fils de 3 ans, Kai, ses parents Meir et Aviva et ses trois frères Asi, Liran et Hadar. Il a été enterré à Ahuzat Barak le 11 octobre.

Lian, la sœur de Shoam, a publié un message sur Instagram dans lequel elle parle de son « frère, mon meilleur ami… Tu étais le meilleur frère qui soit, tu aidais et prenais soin de tout le monde, tu m’emmenais et me ramenais toujours de partout ».

Shoam (à gauche) et Din Bar. (Crédit : Autorisation)

Elle a ajouté : « Je n’oublierai jamais nos plus beaux moments ensemble, nos nuits désopilantes où tu t’asseyais et jouais avec mes cheveux pendant des heures. C’était toujours toi et moi contre le monde, jamais toi et moi l’un contre l’autre… Tu me faisais sourire tous les jours, tu me faisais tant rire et tu n’apportais que du bonheur dans cette vie. »

La petite amie de Shoam, Almog Cohen, a écrit sur les réseaux sociaux qu’il était « la personne la plus pure qui soit, faisait toujours tout avec des intentions sincères… Un garçon au sourire envoûtant qui aimait simplement s’amuser et danser ».

« Tu étais l’amour de ma vie, je ne peux pas croire que je sois réduite à résumer les instants passés ensemble, j’étais sûre que nous avions toute notre vie devant nous », a-t-elle ajouté. « Dès que je t’ai rencontré, nous avons eu une connexion indescriptible, les gens ne comprenaient pas pourquoi nous ne nous quittions pas, comment nous n’étions pas malades d’être ensemble 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, mais ce que personne ne comprenait, c’est que nous étions une échappatoire l’un pour l’autre, pour le meilleur, pour le pire et pour tout ce qui pesait sur nos cœurs. »

Lian a écrit à propos de son oncle Din : « Tu étais le meilleur oncle qui soit, je n’arrive pas à m’en remettre, tu avais un cœur énorme. Passer devant ton salon de coiffure et ne pas te voir au travail relève de l’absurde. Tu étais la meilleure personne de [notre ville], tout le monde t’aimait et aimait ton travail. Je te promets que je veillerai sur Kai et que je serai avec lui pour toujours. »

Le partenaire professionnel de Din, Ron Keren, l’a décrit comme « plus qu’un ami, un frère – depuis l’école maternelle… jusqu’à notre association et notre carrière commune qui a débuté à l’âge de 13 ans, comme le temps passe vite ».

« Tu étais si fort, peu importe ce par quoi tu passais – et tu en as vécu des choses – tu n’as jamais perdu ton optimisme ni ton sourire », a écrit Keren. « Tu avais un sourire, mon frère, qui chassait toutes les mauvaises pensées… Dinus, je te promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour immortaliser ton esprit et ton parcours. »

Keren a évoqué l’initiative de Din, qui avait proposé ses services à titre bénévole dans une maison de retraite locale, coupant gracieusement les cheveux des résidents. Un groupe de coiffeurs a pris le relais et a développé le projet en son honneur.

Asi Bar, le père de Shoam et le frère de Din, s’est fait tatouer trois fois deux mois après leur mort : le nom et la date de naissance de Shoam, le nom et la date de naissance de Din, ainsi que le logo et la date du festival Supernova.

« Je n’arrive pas à me faire à l’idée que je ne vous reverrai plus jamais, ni toi ni Din », a-t-il écrit sur les réseaux sociaux. « Je vous cherche partout et je vous parle, mais il n’y a jamais de réponse. Mes belles âmes, vous me manquez. »

« J’ai tellement besoin de vous toucher, d’entendre le son de vos voix, de voir vos beaux sourires », a-t-il ajouté plus tard. « Il y a un énorme trou dans mon cœur qui ne se refermera jamais. Je vous attends nuit et jour et je ne peux pas concevoir que nous ne nous reverrons plus. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.