Du personnel de campagne de Biden accuse Israël de « nettoyage ethnique »
Rechercher

Du personnel de campagne de Biden accuse Israël de « nettoyage ethnique »

La lettre appelle le président à œuvrer pour mettre fin à "l'occupation, au blocus et à l'expansion des colonies"

Le président américain Joe Biden dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche, à Washington, le 4 mai 2021. (AP Photo/Evan Vucci)
Le président américain Joe Biden dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche, à Washington, le 4 mai 2021. (AP Photo/Evan Vucci)

Plus de 500 membres du personnel qui ont travaillé sur la campagne électorale du président américain Joe Biden ont signé une lettre lui demandant d’adopter une position plus stricte sur Israël et de lui demander « de rendre compte de ses actions. »

Cette lettre intervient dans un contexte de scission croissante au sein du Parti démocrate entre les progressistes, comme les représentantes Alexandria Ocasio-Cortez et Rashida Tlaib, qui souhaitent un changement dans le soutien historique que les États-Unis apportent à Israël, et les modérés qui continuent de soutenir l’État juif.

« Nous saluons vos efforts pour la négociation d’un cessez-le-feu », indique la lettre, signée pour la plupart par des membres du personnel subalterne de la campagne électorale.

« Pourtant, nous ne pouvons pas non plus ignorer les violences horribles qui se sont déroulées ces dernières semaines en Israël/Palestine, et nous vous implorons de continuer à utiliser le pouvoir de votre fonction pour tenir Israël responsable de ses actions et jeter les bases de la justice et d’une paix durable », ajoute la pétition.

Elle demande à Biden de « travailler pour mettre fin aux conditions sous-jacentes d’occupation, de blocus et d’expansion des colonies qui ont conduit à cette période exceptionnellement destructrice dans une histoire de 73 ans de dépossession et de nettoyage ethnique ».

Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, le 10 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)

La lettre semblait blâmer Israël pour le récent conflit, au cours duquel plus de 4 000 roquettes ont été tirées sur Israël pendant 11 jours de combats. Un soldat israélien et 12 civils en Israël, dont un garçon de 5 ans et une adolescente de 16 ans, ont été tués dans les tirs de roquettes, et des centaines ont été blessés.

À Gaza, le ministère de la Santé, dirigé par le groupe terroriste du Hamas, a déclaré qu’au moins 243 Palestiniens ont été tués dans les frappes israéliennes, dont 66 enfants et adolescents, et que 1 910 personnes ont été blessées. Le Hamas n’a pas fait de distinction entre les membres des groupes terroristes et les civils. L’armée israélienne a aussi déclaré que certaines des victimes de Gaza avaient été tués par des roquettes des groupes terroristes qui n’avaient pas atteint leur cible et étaient retombées à l’intérieur du territoire palestinien.

« Alors que les Israéliens ont dû passer des nuits à se cacher dans des abris anti-bombes, les Palestiniens de la bande de Gaza n’avaient nulle part où se cacher. Il est essentiel de reconnaître ce déséquilibre des forces, à savoir que l’armée israélienne très avancée occupe la Cisjordanie et Jérusalem-Est et bloque la bande de Gaza, créant ainsi une prison à ciel ouvert inhabitable », indique la lettre, sans préciser pourquoi le Hamas n’investissait pas dans des abris pour les résidents.

Israël et l’Égypte imposent un blocus à Gaza, qui, selon eux, a pour objectif d’empêcher les groupes terroristes d’importer des armes et des matériaux pour construire des fortifications.

La lettre des membres du personnel semble également imputer les tirs de roquettes du Hamas à l’absence de cessez-le-feu de la part d’Israël.

« Le refus prolongé d’Israël d’envisager un cessez-le-feu a également mis les Israéliens en danger, prolongeant la violence des tirs de roquettes du Hamas et des frappes aériennes d’Israël – un cycle qui ne peut que se répéter tant que nous laissons perdurer le statu quo, où les Palestiniens n’ont aucune liberté et où Israël contrôle leur vie à perpétuité », peut-on lire.

Les auteurs de la lettre semblaient être en désaccord avec Biden, qui a déclaré vendredi qu’il n’y avait eu aucun changement dans son engagement en faveur de la sécurité d’Israël, mais a insisté sur le fait qu’une solution à deux États comprenant un État pour les Palestiniens restait « la seule réponse » à ce conflit.

Biden s’est exprimé lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, au premier jour complet d’un cessez-le-feu après 11 jours de combats entre Israël et le Hamas.

Biden a également minimisé l’idée que les combats qui viennent de s’achever ont ouvert une brèche parmi les démocrates, des dizaines de membres du parti s’étant dissociés de sa « diplomatie tranquille » avec son allié Israël pour demander publiquement un cessez-le-feu.

« Mon parti soutient toujours Israël », a déclaré Biden. « Mettons les choses au clair ici », a-t-il ajouté. « Tant que la région ne dira pas sans équivoque qu’elle reconnaît le droit d’Israël à exister en tant qu’État juif indépendant, il n’y aura pas de paix. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...