Écart entre les sexes : Israël classé 44e par le Forum économique mondial
Rechercher

Écart entre les sexes : Israël classé 44e par le Forum économique mondial

La récente visite de Ruth Bader Ginsburg, connue pour promouvoir le droit des femmes, incite l'état juif à intensifier ses efforts en matière d'égalité

JÉRUSALEM – Des dirigeants des organisations israéliennes de défense des droits des femmes, des membres de la Cour suprême israélienne et d’autres hauts responsables ont promis d’intensifier leurs efforts pour combler le fossé entre les sexes dans leur pays suite à la visite de la juge Ruth Bader Ginsburg à Tel-Aviv et Jérusalem.

Connue pour son travail juridique de précurseur dans la promotion des droits des femmes et de l’égalité des sexes, Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême des États-Unis, s’est rendue en Israël les 3 et 6 juillet pour recevoir le prestigieux prix Genesis pour l’accomplissement d’une vie décerné par la Fondation du prix Genesis, à la place de Natalie Portman.

Tous les juges de la Cour suprême d’Israël, ainsi que tous les anciens présidents vivants de la Cour, ont assisté à la cérémonie organisée en l’honneur de la juge Ginsburg, qui visitait Israël pour la première fois en 23 ans.

Esther Hayut, présidente de la Cour suprême d’Israël, qui a accueilli la juge Ginsburg à la Cour suprême d’Israël et lui a décerné une médaille commémorative spéciale, a commenté cette visite : « Mes collègues et moi-même avons été ravis d’accueillir la juge Ruth Bader Ginsburg, une légende vivante pour nous tous. Sa visite a été un rappel extrêmement important de l’engagement envers l’égalité des sexes que nous partageons avec elle. »

La visite de la juge Ginsburg est devenue le point central d’une série d’événements organisés avec les dirigeants des ONG plaidant pour la cause des femmes israéliennes et a donné un nouvel élan au mouvement visant à combler le fossé entre les sexes en Israël.

Cela faisait suite à l’annonce par la Fondation du prix Genesis de la tenue de concours de subventions en Israël et en Amérique du Nord, qui permettront d’allouer jusqu’à 3 millions de dollars à des organisations de défense des droits des femmes.

La fondation a l’intention d’accorder des subventions aux organisations travaillant sur des questions telles que l’amélioration des opportunités socioéconomiques pour les femmes, la prévention des violences, la promotion de l’égalité des sexes parmi les groupes minoritaires en Israël, la lutte contre le harcèlement dans les espaces communautaires juifs et l’incitation des filles et jeunes femmes à poursuivre des carrières dans les domaines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques. Le financement de base de ces concours provient de la Fondation du prix Genesis et de son partenaire, le philanthrope israélien Morris Kahn.

La juge Ruth Bader Ginsburg pendant la cérémonie de la remise du prix Genesis, à Jérusalem, le 10 juillet 2018. (Crédit : PRNewsfoto/The Genesis Prize Foundation)

Stan Polovets, cofondateur et président de la Fondation du prix Genesis, a déclaré : « Le dernier rapport mondial sur l’écart entre les sexes, publié par le Forum économique mondial, a classé Israël 44e sur 144 pays, soit neuf places plus bas qu’il y a dix ans. Un classement si bas pour un pays aussi progressiste qu’Israël est inacceptable. Tout comme l’est la tendance. »

Le rapport du Forum économique mondial attribue le déclin d’Israël dans le classement à un écart salarial persistant de 40 % entre les hommes et les femmes, à la faible présence des femmes dans la vie politique et aux hauts postes gouvernementaux ainsi qu’à une représentation insuffisante dans le secteur privé.

Stan Polovets a fait remarquer que des pays développés tels que la Norvège, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni se classent plus haut qu’Israël. Israël est également dépassé par certains pays en voie de développement tels que le Rwanda, la Colombie, le Costa Rica et la Namibie, qui présentent tous un écart plus réduit entre les hommes et les femmes dans la société, selon le rapport.

La coordinatrice spéciale des Nations Unies Jane Lute, à Tel Aviv (Crédit : PRNewsfoto/The Genesis Prize Foundation)

Au cours de sa visite en Israël, la juge Ruth Bader Ginsburg a rencontré plus de 50 dirigeants d’organisations de femmes juives et arabes en Israël.

Deux autres personnalités invitées en Israël par la Fondation du prix Genesis se sont jointes à certaines de ces rencontres : Jane Lute, coordonnatrice spéciale pour l’amélioration de la réponse des Nations Unies à l’exploitation sexuelle, et l’activiste mondialement connue Sunitha Krishnan, qui lutte contre le trafic sexuel en Inde. Jane Lute et Sunitha Krishnan ont également pris la parole lors d’autres événements organisés par Genesis, notamment une conférence sur les droits des femmes et la prévention de la violence contre les femmes, une conférence à l’Université de Tel-Aviv et une rencontre avec le personnel de l’Association des centres d’aide aux victimes de viol d’Israël.

Jane Lute, qui a précédemment occupé le poste de secrétaire adjointe des États-Unis pour la sécurité intérieure et travaille actuellement en lien direct avec le secrétaire général des Nations unies sur les questions liées à la lutte contre les violences sexuelles, s’est exprimée : « Je suis très impressionnée par le dévouement et le professionnalisme des femmes israéliennes que j’ai rencontrées. Leur travail pour prévenir les violences contre les femmes et les filles et leurs efforts pour atteindre l’égalité des sexes en Israël sont exemplaires et louables. » Les rencontres de Jane Lute avec les ONG israéliennes ont porté sur une approche systémique de la prévention des violences à l’égard des femmes, à travers notamment des outils concrets tels que la formation et l’éducation, la fin de l’impunité et la centralisation des enquêtes.

Natan Sharansky, un légendaire militant israélien des droits de l’homme qui a participé à la création du prix Genesis en 2014 et préside son comité de sélection, s’est également entretenu avec la juge Ginsburg.

Natan Sharansky, qui a dirigé les travaux pour créer un espace égalitaire au mur Occidental et a fait visiter à la juge Ginsburg ce site qui figure parmi les sites juifs les plus sacrés, a déclaré : « La visite de la juge Ginsburg nous a rappelé à quel point il est important de mettre l’accent sur les droits des femmes et l’égalité des sexes alors que nous traitons les autres défis urgents auxquels la société israélienne est confrontée. Je suis heureux que la Fondation du prix Genesis s’intéresse à ce sujet. »

La juge Ginsburg visite le mur Occidental avec Natan Sharansky et le cofondateur du Prix Genesis Stan Polovets (Crédit : PRNewsfoto/The Genesis Prize Foundation)

Natan Sharansky a expliqué que la fondation travaillera également sur l’égalité des sexes concernant le mariage et le divorce pour soutenir les femmes orthodoxes ; l’amélioration du statut des femmes appartenant à des minorités d’Israël et issues des communautés arabe, druze, bédouine et haredi, qui souffrent d’inégalités ; et la mise à disposition de moyens permettant à toutes les femmes israéliennes de résister à la violence.

La professeure Aliza Shenhar, l’une des principales figures du mouvement féministe israélien et la première femme à diriger une université en Israël, a déclaré : « Au cours de ses 70 années d’existence, Israël a considérablement amélioré le statut des femmes. Pourtant, il reste encore beaucoup à faire avant que l’écart entre les sexes ne soit comblé. C’est pourquoi la possibilité de rencontrer la juge Ginsburg était si importante pour nous tous. C’est une source d’inspiration et un modèle. Sa visite nous a encouragés à poursuivre notre travail jusqu’à ce que nous obtenions véritablement l’égalité de statut entre les hommes et les femmes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...