Edelstein promet « d’accélérer » un vote en plénière sur l’annexion de Cisjordanie
Rechercher

Edelstein promet « d’accélérer » un vote en plénière sur l’annexion de Cisjordanie

Même si l'ambassadeur américain a indiqué qu'il faudra un délai avant l'exécution du plan, le président de la Knesset a exhorté Netanyahu à saisir l'opportunité donnée par Trump

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président de la Knesset Yuli Edelstein arrivent pour un événement conjoint organisé entre le Parlement israélien et le Congrès américain, célébrant le 50e anniversaire de la réunification de Jérusalem à la Knesset, le 7 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président de la Knesset Yuli Edelstein arrivent pour un événement conjoint organisé entre le Parlement israélien et le Congrès américain, célébrant le 50e anniversaire de la réunification de Jérusalem à la Knesset, le 7 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Le président de la Knesset Yuli Edelstein a promis mercredi « d’accélérer » tout projet de loi proposé pour annexer des parties de la Cisjordanie à la suite de la publication du plan de paix du président américain Donald Trump.

Le cabinet intérimaire israélien devrait se réunir mardi prochain pour voter sur l’annexion, deux jours plus tard que ce qui avait été annoncé, afin d’avoir le temps de préparer la proposition.

S’exprimant lors d’un événement à Eilat, Yuli Edelstein a salué le plan, disant qu’il « change complètement la façon dont le monde avait l’habitude de parler et de penser au parcours vers la paix », ajoutant qu’Israël « ne doit pas rater cette opportunité ».

Il s’est adressé au Premier ministre Benjamin Netanyahu : « si vous revenez de Washington et demandez à convoquer la séance plénière de la Knesset pour profiter de la volonté historique de l’administration américaine et appliquer la souveraineté israélienne sur la Judée et la Samarie – je convoquerai la séance plénière immédiatement. »

« Peu importe les critiques, même s’il y a de fortes attaques, la bonne chose sera faite », a ajouté le président du Parlement, exprimant l’espoir que la proposition soit adoptée à une large majorité.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) et le Président Donald Trump dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, le mardi 28 janvier 2020, lors de l’annonce du plan très attendu de l’administration Trump pour résoudre le conflit israélo-palestinien. (AP Photo/Alex Brandon)

Cependant, il a souligné qu’il s’oppose au plan Trump, car il prévoit la création d’un État palestinien, donne aux Palestiniens une capitale dans certaines parties de Jérusalem-Est et exige un gel des constructions dans de nombreuses implantations. Mais il a ajouté qu’il ne pensait pas que les dirigeants palestiniens se plieront aux conditions requises pour la création d’un État stipulées par le plan.

Les dirigeants palestiniens, qui ont coupé tout lien avec l’administration Trump depuis que celle-ci a annoncé qu’elle transférait l’ambassade américaine à Jérusalem, a d’ores et déjà rejeté l’accord.

La déclaration d’Edelstein a été critiquée par un membre de l’union de gauche Parti travailliste-Gesher-Meretz qui a souligné la récente réticence du président de la Knesset à convoquer une session plénière qui discuterait de la création d’un panel pour évaluer la demande d’immunité de Netanyahu, qu’il a fini par retirer.

« Il est triste et décevant de voir que le président de la Knesset, qui a récemment protesté contre le fait d’enfreindre les règles et de transformer le Parlement en cirque à la veille des élections, est maintenant prêt à le faire, de son propre chef », a ainsi déploré la députée Revital Swid.

« Il n’y a pas de ‘voie rapide’ pour les mesures diplomatiques unilatérales opportunistes à quelques semaines du scrutin. Un gouvernement de transition n’a aucune légitimité pour mettre en œuvre ‘l’accord du siècle' », a-t-elle ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...