Eizenkot: les familles souffrent d’une “nostalgie inimaginable” après la perte de leurs proches
Rechercher

Eizenkot: les familles souffrent d’une “nostalgie inimaginable” après la perte de leurs proches

Une sirène de deux minutes résonnera à 11h, quand Israël commémore 23 447 soldats et policiers tombés pendant une cérémonie officielle et des services mémoriels dans les cimetières militaires

Soldats israéliens pendant la cérémonie de Yom HaZikaron, le Jour du Souvenir, au mur Occidental, le site le plus saint du judaïsme, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Soldats israéliens pendant la cérémonie de Yom HaZikaron, le Jour du Souvenir, au mur Occidental, le site le plus saint du judaïsme, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Gadi Eizenkot, chef d’Etat-major de l’armée israélienne, a rendu hommage mercredi aux familles des 23 447 hommes et femmes tombés en uniforme ou victimes d’attaques terroristes depuis 1860, alors qu’Israël marque le Jour du Souvenir.

Dans une déclaration annuelle du chef d’Etat-major remise à la presse avant les évènements et services de la journée dans tout le pays, Eizenkot a déclaré : « Aujourd’hui, nous nous rappelons et nous pleurons l’éclat des jeunes, et nous nous tenons aux côtés des familles qui portent les souvenirs de leurs proches et souffrent d’une nostalgie inimaginable jour après jour. »

« Nous nous rappelons aussi de notre engagement envers ceux portés disparus et ceux dont le lieu d’enterrement est inconnu, et nous promettons de continuer nos efforts pour les ramener à la maison. Nous promettons aussi de continuer à soutenir les blessés, qui ont payé un prix élevé, et les voyons pendant leur processus de réhabilitation », a ajouté Eizenkot.

Le Jour du Souvenir d’Israël pour ses soldats tombés et les victimes du terrorisme a commencé officiellement mardi à 20h00 alors que des sirènes résonnaient dans tout le pays, signalant une minute de silence solennelle.

Une autre sirène, de deux minutes, sera déclenchée mercredi à 11h00, arrêtant le pays et lançant la cérémonie publique officielle au cimetière militaire national du mont Herzl, et dans d’autres cimetières militaires du pays. Les stations de radio jouent des chansons mélancoliques et les chaînes de télévision diffusent généralement les programmes spéciaux avec des interviews de membres de familles ce jour-ci.

La dernière année a vu 68 soldats israéliens et policiers mourir en service, et 32 civils tués dans des attaques terroristes.

Eizenkot, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin assisteront à la cérémonie au mont Herzl mercredi. Le ministre de la défense, Moshe Yaalon, sera au cimetière militaire de Givat Shaul.

L’Agence juive organisera un évènement mercredi pour rendre hommage aux victimes juives d’antisémitisme dans le monde. La cérémonie sera centrée sur le meurtre en 2008 de Moshe Yaish Nahari, enseignant juif de 37 ans, père de neuf enfants de la ville de Raydah, au Yémen, par un islamiste radical. Sa famille a fait l’alyah après son assassinat.

Selon l’Agence juive, 200 juifs ont été assassinés dans le monde dans des attaques antisémites depuis la fondation de l’Etat en 1948. Leurs noms seront inscrits sur un mémorial qui sera abrité au siège de l’Agence juive, où a lieu l’évènement.

Mardi soir, s’exprimant depuis la cérémonie publique centrale au mur Occidental à Jérusalem, Rivlin a déclaré que la vague d’attaques terroristes qui avait frappé le pays cette année faisait partie des mêmes efforts pour détruire Israël que les soldats combattent depuis la guerre d’Indépendance de 1948.

« Depuis plus de 68 ans nous combattons la même guerre, la guerre pour notre indépendance ; une campagne en cours qui change de visage et de forme. C’est une bataille douloureuse qui ajoute tout le temps de nouvelles cicatrices au corps et à l’esprit de cet ancien et robuste peuple », a déclaré Rivlin.

« Mais nous réalisons l’amère et horrible vérité : il y a un prix terrible à payer – que vous avez payé – pour être une nation déterminée à protéger ses citoyens et son indépendance. Nous nous opposerons fortement à quiconque ose tester notre résolution, de quelque manière que ce soit », a-t-il ajouté.

S’exprimant après Rivlin, Eizenkot a appelé les Israéliens à se rassembler autour de l’armée. Il s’agissait apparemment d’une réponse à la tempête politique déclenchée à propos des remarques de son adjoint, Yair Golan, pendant la cérémonie du Jour du souvenir de l’Holocauste la semaine dernière, qui avait comparé certaines tendances en Israël à celles existant dans l’Allemagne des années 1930.

Le chef d'Etat-major Gadi Eisenkot pendant  la cérémonie de Yom HaZikaron, le Jour du Souvenir, au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Le chef d’Etat-major Gadi Eisenkot pendant la cérémonie de Yom HaZikaron, le Jour du Souvenir, au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Les soldats doivent savoir que « la nation les soutient complètement et est entièrement derrière eux, même quand il y a des différends, a déclaré Eizenkot. L’unité n’est pas nécessairement un accord. Même quand il y a des différences, la confiance du public en l’armée est essentielle pour nous pour que nous réussissions nos objectifs », a-t-il dit.

Avant la clôture de la cérémonie avec l’hymne national, Hatikva, le père de Hadar Cohen, une policière de 19 ans tuée par des attaquants palestiniens à la porte de Damas, à Jérusalem, en février dernier, a récité la prière des morts en hommage à tous les soldats tombés et aux victimes de terrorisme.

A la suite de la cérémonie du mur Occidental, le rassemblement « Chansons sur la place » a commencé place Rabin, à Tel Aviv, où des milliers de personnes ont chanté des chansons de commémoration traditionnelles pour les soldats tombés, souvent ponctuées de chansons pour la paix et rendant hommage à Yitzhak Rabin, Premier ministre assassiné.

Plus tôt mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’était exprimé pendant une cérémonie au mémorial Yad LeBanim, dans le nord du pays.

« Nous n’abandonnerons pas les espoirs de réconciliation avec nos ennemis, mais d’abord nou devons nous réconcilier nous-mêmes, et il n’y a pas d’expression plus profonde de notre destin partagé que quand nous nous souvenons, avec amour, et rendons hommage à nos fils et filles héroïques qui sont tombées pour que nous puissions vivre dans notre pays », a-t-il déclaré au mémorial.

Le Jour du Souvenir, mis en place en 1951 par le Premier ministre et ministre de la Défense d’alors, David Ben-Gurion, a lieu le 4e jour du mois d’Iyar, la veille du Jour de l’Indépendance, qui commencera immédiatement après le Jour du Souvenir mercredi soir.

Le département des familles et de la commémoration du ministère de la Défense attend 1,5 million de visiteurs dans les 52 cimetières militaires de la nation et les centaines de petites sections militaires des cimetières civils.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon, ancien chef d’Etat-major de l’armée israélienne, a écrit une lettre de condoléances aux familles des soldats tombés pour marquer cette journée.

« De Dan [au nord du pays] à Eilat [au sud], hommes et femmes, juifs et non juifs, religieux et non religieux ; le deuil ne connait pas de frontières. Nous vous voyons, chères familles, entre les froides pierres tombales et aux cérémonies annuelles, et sommes émus par votre force, par votre capacité à choisir la vie malgré le désastre qui vous a frappé, et à être la colonne de feu qui guide le camp », a-t-il écrit dans sa lettre annuelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...