Rechercher

El Al montre les signes d’une reprise post-pandémique avec 516 M de $ de recettes

La compagnie bénéficie d'une activité ininterrompue et enregistre une amélioration significative - grâce à une demande accrue, des prix plus élevés et un allègement fiscal

Illustration : Un vol d’El Al décolle à l’aéroport international Ben Gurion, dans les environs de Tel Aviv, le 25 octobre 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Illustration : Un vol d’El Al décolle à l’aéroport international Ben Gurion, dans les environs de Tel Aviv, le 25 octobre 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

La compagnie aérienne nationale israélienne El Al se remet de la pandémie et d’un lourd conflit social de plusieurs mois qui a engendré l’annulation de vols quasi quotidienne, selon les rapports financiers du transporteur publiés jeudi.

Le rapport pour le deuxième trimestre fiscal de 2022 indique que la compagnie a bénéficié de trois mois de ciel ouvert se traduisant par une activité ininterrompue – la plus longue période d’activité consécutive depuis le début de la pandémie COVID-19.

La société a déclaré un chiffre d’affaires de 516 millions de dollars au cours du trimestre écoulé, soit une augmentation de 132 % par rapport au chiffre d’affaires déclaré à la même période l’année dernière et de 12 % par rapport au chiffre déclaré en 2019, avant que la pandémie ne sévisse.

La société a également déclaré avoir réalisé un bénéfice net de 100 millions de dollars au cours du dernier trimestre fiscal, contre une perte nette de 57 millions de dollars à peu près à la même époque l’année dernière.

L’augmentation de la demande et la hausse du coût des vols ont joué un rôle dans l’amélioration financière de la compagnie.

Selon le quotidien économique The Marker, les prix des vols ont augmenté de 28 % au cours des derniers mois. Les revenus d’El Al provenant des vols de passagers ont augmenté de 227 % par rapport à la même période en 2021, atteignant 327 millions de dollars, et ce, malgré une augmentation de 120 % des prix du kérosène.

Le mois dernier, la compagnie a déclaré qu’elle remettait en service ses Boeing 777-200ER en raison « de la forte demande de vols en été », après avoir fermé temporairement la ligne pendant la pandémie.

Un autre facteur important qui a joué en faveur d’El Al et permis à la compagnie de produire de bons résultats est l’allégement fiscal de 117 millions de dollars qu’elle a reçu après avoir vendu sa filiale, le programme Frequent Flyer, à la Phoenix Insurance Company au début de cette année. Sans cet allégement fiscal, la compagnie aurait terminé le trimestre avec une perte nette de 17 millions de dollars.

L’action d’El Al a enregistré une hausse de 86 % depuis le début de l’année 2022.

Files d’attente à l’enregistrement à l’aéroport Ben Gurion, 26 juin 2022 (Crédit : Amy Spiro/Times of Israel)

Outre la réduction des restrictions de voyage et l’augmentation de la demande de vols qui en résulte, la compagnie a rebondi grâce à un accord signé avec ses pilotes le mois dernier, qui a mis fin à un conflit de travail de plusieurs mois qui avait occasionné des perturbations quotidiennes des vols.

Les pilotes s’étaient fait porter pâle, provoquant l’annulation de vols, quotidiennement pendant la haute saison de voyage, alors qu’ils réclamaient une augmentation de leur salaire conformément à un précédent accord signé en 2017.

L’action de la compagnie a augmenté de 12 % après la signature de l’accord.

« Les fruits de notre ‘plan de redémarrage’ se reflètent bien dans les résultats de ce trimestre et nous permettent de commencer la transition de la gestion de nos dépenses vers la gestion de notre croissance et du développement de nos activités », a déclaré Dina Ben-Tal, PDG d’El Al, qui a été nommée directrice générale en avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...