El Al va reprendre certains vols vers les États-Unis et l’Europe en octobre
Rechercher

El Al va reprendre certains vols vers les États-Unis et l’Europe en octobre

Au lendemain de son rachat, la compagnie aérienne annonce le retour progressif de ses vols charters et de fret

Avions d'El Al stationnés à l'aéroport international Ben Gourion, le 8 août 2020. (Olivier Fitoussi/FLASH90)
Avions d'El Al stationnés à l'aéroport international Ben Gourion, le 8 août 2020. (Olivier Fitoussi/FLASH90)

La compagnie nationale israélienne El Al va reprendre certains de ses vols vers des destinations internationales en octobre, mettant fin à une fermeture sans précédent de trois mois qui a vu la compagnie aérienne en difficulté suspendre ses services de passagers et de fret, a déclaré la compagnie jeudi.

L’annonce a été faite au lendemain de l’achat de la compagnie aérienne par Eli Rozenberg, un étudiant de yeshiva de 27 ans né à New York, qui a utilisé l’argent de son père, basé aux Etats-Unis, pour acquérir une participation majoritaire dans la compagnie, suite à un accord de restructuration destiné à sauver l’entreprise emblématique.

Des vols réguliers vers New York, Londres et Paris débuteront le 12 octobre dans le cadre d’un retour progressif aux activités, a déclaré El Al dans un communiqué.

« Les vols vers ces destinations seront effectués sur les avions Dreamliner de la compagnie » avec des sièges en classe touriste, premium et affaires, a déclaré la compagnie.

Le communiqué rappelle que l’entrée en Israël n’est autorisée actuellement qu’aux détenteurs d’un passeport israélien, conformément aux réglementations gouvernementales visant à faire obstacle à l’arrivée de passagers étrangers pouvant être contaminés par le coronavirus.

En plus des vols de passagers, El Al offrira des services de fret vers Shanghai, Bombay et Hong Kong à partir du 21 septembre et des vols charters vers un nombre limité de destinations européennes.

Dès le début du mois d’octobre, la compagnie assurera des services passagers réguliers à destination d’Athènes.

La filiale d’El Al, Sun D’Or International Airlines, commencera également à proposer des vols charters vers un certain nombre de destinations en Grèce et en Croatie, par l’intermédiaire d’opérateurs touristiques sélectionnés en Israël, selon le communiqué.

La salle de départ du Terminal 3 de l’aéroport Ben Gurion restée déserte le 17 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La compagnie aérienne, déjà en difficulté, a dû faire face à une baisse massive des voyages internationaux provoquée par la pandémie de coronavirus. Si certains voyages internationaux ont repris, Israël interdit encore largement l’entrée des étrangers et les exigences de quarantaine au retour ont dissuadé de nombreux Israéliens de partir à l’étranger.

Le pays connaîtra un nouveau confinement à partir de vendredi après-midi, mais les voyages internationaux seront toujours autorisés.

La compagnie aérienne a annoncé en juillet qu’elle suspendait toutes ses opérations aériennes, après avoir déjà réduit considérablement ses services en mars. Le seul vol qu’elle a opéré depuis lors était un voyage symbolique aux EAU avec des délégations israéliennes et américaines afin de célébrer l’établissement de liens ouverts entre les pays.

Dans une notification à la Bourse de Tel Aviv concernant la reprise des vols, El Al a déclaré que 5 940 membres de son propre personnel et de ses filiales se trouvaient en congé sans solde. L’entreprise doit quelque 350 millions de dollars aux passagers dont les vols ont été annulés en raison de la pandémie.

Le PDG d’El Al, Gonen Usishkin, lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 28 mars 2018. (Flash90)
L

Le PDG actuel d’El Al, Gonen Usishkin, a informé jeudi les travailleurs que, malgré le plan de reprise des vols, la compagnie prolongeait les congés sans solde jusqu’à la fin du mois d’octobre.

« Il est important de comprendre que le retour à l’activité sera progressif et conforme au plan commercial », a-t-il écrit dans une lettre envoyée au personnel.

En 2019, la compagnie a transporté 5,8 millions de passagers et 74 500 tonnes de fret.

Rozenberg, qui a soumis la seule offre pour le transporteur en difficulté par l’intermédiaire de sa société Kanfei Nesharim, a acheté une participation majoritaire de 42,85 % dans la compagnie aérienne avec une offre de 150 millions de dollars.

L’argent de la transaction proviendra du père de Rozenberg, Kenneth (Kenny) Rozenberg, le fondateur et PDG américain de Centers Heath Care, une chaîne de maisons de retraite aux États-Unis. La citoyenneté israélienne est une condition préalable pour être propriétaire d’El Al, mais Eli Rozenberg a assuré aux régulateurs que lui, et lui seul, sera le nouveau propriétaire d’El Al, et que lui seul, et non son père, dirigera l’entreprise.

Eli Rozenberg, le nouvel actionnaire de contrôle d’El Al. (Autorisation)

Les Rozenberg, Juifs orthodoxes de New York, n’ont aucune expérience avérée dans le domaine du transport aérien. Selon un article publié le mois dernier dans le quotidien économique israélien Calcalist, Kenny a reçu l’ordre de son rabbin d’acheter la compagnie aérienne israélienne.

L’État, qui s’était engagé à acheter toutes les actions non désirées dans le cadre d’un plan de sauvetage, a acheté des actions pour une valeur de quelque 30 millions de dollars, pour une participation pouvant atteindre entre 12 et 15 % de la compagnie.

L’émission d’actions faisait partie d’un plan de sauvetage de 400 millions de dollars formulé par le ministère des Finances, consistant en des prêts garantis par le gouvernement pour un total de 250 millions de dollars avec des garanties pour 75 % du prêt en cas de défaut de paiement.

Shoshanna Solomon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...