En Allemagne, on inaugure un sefer Torah sur une ancienne « rue Adolf Hitler »
Rechercher

En Allemagne, on inaugure un sefer Torah sur une ancienne « rue Adolf Hitler »

Des centaines de fidèles juifs ont dansé sur une rue autrefois nommée d'après le dictateur nazi, à Freiburg im Breisgau , à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau rouleau sacré

Des centaines de fidèles Juifs ont dansé sur l'ancienne rue Adolf Hitler, dans la ville de Freiburg im Breisgau en Allemagne,, à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau sefer Torah au sein de leur communauté, le 15 décembre 2019. (Capture d'écran YouTube)
Des centaines de fidèles Juifs ont dansé sur l'ancienne rue Adolf Hitler, dans la ville de Freiburg im Breisgau en Allemagne,, à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau sefer Torah au sein de leur communauté, le 15 décembre 2019. (Capture d'écran YouTube)

Des centaines de fidèles juifs ont dansé sur l’ancienne rue Adolf Hitler, dans la ville de Freiburg im Breisgau en Allemagne cette semaine, à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau sefer Torah au sein de leur communauté.

« Aujourd’hui, nous avons prouvé que quoi qu’il arrive à la nation juive, nous fleurissons et sommes vivants », a déclaré le rabbin Yaakov Gitler, de la communauté Habad de la ville du sud de l’Allemagne.

La rue, qui portait autrefois le nom du dictateur nazi, était fermée à la circulation dimanche, pour permettre à des centaines de personnes de danser et de chanter autour des rouleaux sacrés.

Selon le groupe Habad, le rouleau de Torah a été emmené auprès de familles de victimes du terrorisme en Israël, qui ont pu chacune écrire une lettre dans la Torah. Les dernières lettres ont été écrites au centre Habad de Freiburg.

La présence juive à Freiburg date du Moyen-Age mais a été largement anéantie pendant la Seconde Guerre mondiale. La communauté a été rétablie dans les années 1950 et en 1985, la municipalité a financé la construction d’une nouvelle synagogue.

Aujourd’hui, environ deux milliers de Juifs vivent à Freiburg.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...