Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Erdan tente de bloquer une résolution à l’ONU en montrant une vidéo de décapitation

La mesure non contraignante soutenue par la Jordanie, qui demande un cessez-le-feu immédiat, devrait être adoptée en raison de la majorité pro-palestinienne au sein des 193 membres

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Gilad Erdan, montrant des images du massacre du 7 octobre par le Hamas, lors d'une réunion d'urgence sur la guerre entre Israël et le Hamas à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)
L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Gilad Erdan, montrant des images du massacre du 7 octobre par le Hamas, lors d'une réunion d'urgence sur la guerre entre Israël et le Hamas à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)

L’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, a diffusé jeudi une vidéo montrant un terroriste palestinien du Hamas en train de décapiter un ouvrier agricole thaïlandais avec une houe de jardin lors de l’attaque du 7 octobre dans le sud d’Israël, alors que l’émissaire fait face à une bataille difficile pour convaincre les membres de l’Assemblée générale de l’ONU (AGNU) de ne pas soutenir une résolution jordanienne appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza qui ne mentionne pas le Hamas.

La résolution, qui fera l’objet d’un vote vendredi, devrait tout de même être adoptée en raison du soutien majoritaire des États membres aux Palestiniens. Toutefois, les résolutions de l’AGNU ne sont pas contraignantes et sont essentiellement symboliques.

Le texte demande un cessez-le-feu immédiat à Gaza, la libération de tous les otages civils, la protection des civils et des institutions internationales et la garantie du passage en toute sécurité de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Le projet de résolution demande également à Israël d’annuler l’ordre qu’il a donné aux Palestiniens du nord de la bande de Gaza d’évacuer vers le sud. Israël affirme que cette directive vise à protéger les civils alors qu’il envisage apparemment de lancer une incursion terrestre qui se concentrera sur la partie nord de l’enclave. Les Palestiniens notent que certains de ceux qui ont évacué vers le sud ont tout de même été tués par des frappes aériennes israéliennes, et la résolution de l’ONU qualifie la mesure de tentative de « transfert forcé de la population civile palestinienne ».

La guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza a éclaté après que des milliers de terroristes ont fait irruption à la frontière et se sont déchaînés sur plus de 20 communautés. Les terroristes ont tué quelque 1 400 personnes, en grande majorité des civils, en les massacrant à leur domicile et lors d’un festival de musique. Ils ont également enlevé plus de 228 personnes, les prenant en otage dans la bande de Gaza.

Au début de la session d’urgence sur Gaza convoquée par la Jordanie et la Mauritanie, la mission israélienne auprès de l’ONU a distribué des feuilles contenant un code QR qui mène à une vidéo montrant les atrocités commises par le Hamas, afin de renforcer l’opposition au projet de résolution.

Les images montrent des piles de corps brûlés, un bébé abattu dans son lit, des civils morts dans des voitures et dans la rue, et une femme bâillonnée qui a été brûlée vive.

Durant son discours, Erdan a montré à l’Assemblée générale une brève vidéo d’un terroriste du Hamas tentant de décapiter un travailleur thaïlandais avec un outil de jardinage lors de l’assaut du 7 octobre.

« J’ai vu beaucoup d’images au cours des dernières semaines qui resteront gravées dans ma mémoire pour toujours, mais il y a une image qui me hante quand j’essaie de dormir. Dans la vidéo, on peut voir un civil terriblement blessé – ensanglanté, mais vivant – allongé sur le sol alors qu’un sauvage du Hamas criant Allah Akbar frappe à plusieurs reprises le cou de l’homme avec une houe de jardin afin de le décapiter », a expliqué l’envoyé de l’ONU.

« L’homme à terre est un ouvrier agricole thaïlandais. Il n’est pas israélien. Il n’est pas juif. Il était simplement en vie, essayant de gagner sa vie pour sa famille. Mais il a été décapité avec un outil de jardinage émoussé. C’est horrible ! Israël n’est pas en guerre contre des êtres humains, mais contre des monstres », a-t-il ajouté.

QR Codes distribués par Israël avant une session d’urgence de l’ONU sur la guerre entre Israël et le Hamas, le 26 octobre 2023. (Autorisation)

Décrivant l’horrible massacre, Erdan a déclaré que l’objectif des terroristes était de « tuer sauvagement tout être vivant qu’ils rencontraient ». « Les assassins nazis du Hamas allaient de maison en maison avec des listes de victimes. »

L’envoyé israélien a insisté. « Il ne s’agit pas d’une guerre avec les Palestiniens. Israël est en guerre contre le groupe terroriste génocidaire du Hamas (…). Des nazis des temps modernes. »

« Le Hamas ne se soucie pas du peuple palestinien. Le Hamas n’a qu’un seul objectif : anéantir Israël », a rappelé Erdan.

« Les rédacteurs de la résolution prétendent se préoccuper de la ‘paix’, mais les meurtriers dépravés qui ont déclenché cette guerre ne sont même pas mentionnés dans la résolution », a-t-il ajouté.

Les décombres de bâtiments détruits par des frappes aériennes israéliennes dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

« Ils considèrent chacun d’entre vous comme une marionnette. Ils rédigent une résolution totalement dépourvue de contenu lié à la situation. Ils supposent que vous avez déjà oublié qui est responsable de cette violence inhumaine, et ils s’attendent simplement à ce que vous la souteniez. Cette résolution est une honte à votre intelligence. Il est insondable qu’une telle résolution – qui ne mentionne même pas le Hamas – puisse être votée », a-t-il déclaré.

Israël a réagi au massacre perpétré par le Hamas en promettant d’éradiquer le groupe terroriste et en lançant des frappes intensives dans la bande de Gaza, affirmant qu’il frappe des cibles terroristes tout en essayant d’éviter les victimes civiles. Il a demandé à plus d’un million d’habitants de Gaza d’évacuer la partie nord de la bande de Gaza en prévision d’une invasion terrestre.

Les représailles israéliennes auraient fait plus de 6 500 morts dans le territoire palestinien, selon le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste palestinien ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent vraisemblablement ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, ainsi que les victimes de l’explosion d’un parking à l’arrière de l’hôpital anglican à Gaza le 17 octobre, causée par un tir de missile du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, qui a dévié de sa trajectoire et que le Hamas a imputé à Israël.

Dans son discours devant l’AGNU, le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, qui s’exprimait au nom de 22 pays arabes, a accusé Israël de « faire de Gaza un enfer perpétuel sur terre ».

« Le traumatisme hantera les générations à venir », a-t-il déclaré, ajoutant que « le droit à l’autodéfense n’est pas un permis de tuer en toute impunité ». « La punition collective n’est pas de l’autodéfense, c’est un crime de guerre. »

« Pour mettre fin à cette folie, vous avez la possibilité de faire quelque chose, de donner un signal important. Choisissez la justice, pas la vengeance », a déclaré l’ambassadeur de l’Autorité palestinienne (AP) auprès des Nations unies, Riyad Mansour.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a déclaré lors de la réunion que le Hamas était prêt à libérer les otages et que Téhéran pouvait jouer un rôle dans un accord d’échange.

Il a déclaré que l’Iran « est prêt à jouer son rôle dans cette entreprise humanitaire très importante, aux côtés du Qatar et de la Turquie ».

L’Iran est l’un des principaux soutiens du Hamas et a été accusé, à des degrés divers, d’avoir joué un rôle dans le massacre du 7 octobre. Le Qatar, qui accueille à la fois une base militaire américaine et le bureau politique du Hamas, a déjà joué un rôle clé dans la libération de quatre otages.

Amir Abdollahian a également lancé un avertissement ferme « contre les conséquences incontrôlables du soutien illimité de la Maison Blanche au régime de Tel Aviv en matière de finances, d’armement et d’opérations », faisant référence au soutien militaire indéfectible de Washington à Israël pendant la guerre.

« Je dis franchement à l’homme d’État américain, qui gère actuellement le génocide en Palestine, que nous ne sommes pas favorables à l’extension de la guerre dans la région », a déclaré le chef de la diplomatie iranienne en anglais au début de son intervention.

« Mais je préviens que si le génocide à Gaza se poursuit, ils ne seront pas épargnés par ce feu », a ajouté Amir Abdollahian. « C’est notre maison et l’Asie occidentale est notre région. Nous ne faisons de compromis avec aucune partie ni aucun camp, et nous n’avons aucune réserve lorsqu’il s’agit de la sécurité de notre pays. »

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, s’exprimant lors d’une réunion d’urgence sur la guerre entre Israël et le Hamas à l’Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)

Depuis le début de la guerre, les bases américaines au Moyen-Orient ont fait l’objet d’un nombre croissant d’attaques de la part de groupes mandataires iraniens, causant des blessures légères à des dizaines de soldats.

Les ministres des Affaires étrangères de neuf pays arabes avaient précédemment publié une déclaration commune appelant le Conseil de sécurité des Nations unies à mettre en œuvre un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Les Émirats arabes unis, la Jordanie, le Bahreïn, l’Arabie saoudite, Oman, le Qatar, le Koweït, l’Égypte et le Maroc ont reproché à Israël d’avoir tué des civils à Gaza, estimant que « la légitime défense ne justifie pas les violations du droit international et le mépris délibéré des droits légitimes du peuple palestinien ».

Ils ont également condamné le déplacement des populations palestiniennes et accusé Israël de mettre en œuvre une « punition collective » à l’encontre des Palestiniens.

Cette affaire a mis en lumière les profondes divisions au sein du Conseil de sécurité : en moins de deux semaines, quatre résolutions n’ont pas obtenu suffisamment de soutien ou ont été bloquées par un veto.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.