Famille et amis pleurent les soldats tués dans l’attentat
Rechercher

Famille et amis pleurent les soldats tués dans l’attentat

Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles du sergent Netanel Kahalani et de Ziv Daos, assassinés lors d'une attaque à la voiture-bélier

Des membres de la famille du Capitaine. Ziv Daos pleurent près de son cercueil lors de ses funérailles à Holon le 18 mars 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Des membres de la famille du Capitaine. Ziv Daos pleurent près de son cercueil lors de ses funérailles à Holon le 18 mars 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Les deux soldats de Tsahal tués dans l’attaque à la voiture-bélier en Cisjordanie vendredi ont été pleurés par leurs parents et amis samedi et dimanche, qui ont évoqué séparément les soldats tués pour leur gentillesse et leur « cœur en or ».

Le sergent Netanel Kahalani, 20 ans, d’Elyakim dans le nord d’Israël, a été enterré tôt le dimanche dans le cimetière de sa ville natale, en présence de milliers de personnes, selon des informations israéliennes.

« Je n’ai pas encore digéré cela et je ne sais pas si je pourrai continuer », a déclaré son père, Danny Kahalani, lors des funérailles, d’après le site web Ynet News. « Je t’aimais tellement, et je t’ai perdu en une seconde. Vingt ans, ce n’est rien, je les remercie. »

Vendredi après-midi, Ala Qabha, 26 ans, a projeté sa voiture dans le groupe de soldats à l’extérieur d’un poste militaire dans le nord de la Cisjordanie, près du village de Mevo Dotan, tuant Kahalani et le capitaine Ziv Daos. Plus tard, l’armée a qualifié cette attaque comme une attaque terroriste.

« Netanel était un cadeau », a déclaré Naomi Kahalani, la mère du soldat tué, aux journalistes samedi soir, avant les funérailles du jeune homme de 20 ans. « Je remercie Dieu de m’avoir donné cet enfant. Il avait un cœur en or, une âme pure. C’était un enfant formidable. »

« Tout le monde l’aimait, il aidait tout le monde, toujours souriant, » a-t-elle dit. « Il n’en voulait à personne. »

Daos, 21 ans, de la ville centrale d’Azor, était commandant de peloton dans une unité de recherche et de sauvetage du Home Front Command. Il a été promu au grade de capitaine à titre posthume. Les funérailles de Daos étaient prévues pour dimanche à 12 h au cimetière militaire de Holon.

Deux autres soldats, grièvement blessés lors de l’attentat terroriste, sont à l’hôpital depuis samedi soir. L’armée n’a pas divulgué leurs noms.

Le sergent Netanel Kahalani, à gauche, et le capitaine Ziv Daos, à droite, sont les soldats tués dans une attaque terroriste présumée le 16 mars 2018. (Courtoisie)

Shirel Sharabi, une amie de lycée de Daos, a déclaré au site d’information Ynet que le regretté officier de Tsahal devait être libéré de son service militaire jeudi.

« Je suis brisée. Nous avons été de bons amis pendant des années au lycée, a-t-elle dit.

« Il a toujours été le plus brillant, le plus intelligent, le plus talentueux. C’est lui que tout le monde voulait côtoyer. Modeste et discret, mais si fort. C’était un homme au cœur d’or et à l’âme pure. »

Ziv Daos, 21 ans, a été inhumé après la seconde victime, Netanel Kahalani. « Il aurait dû dire le Kaddish pour moi », a expliqué son père lors des funérailles

Le capitaine Ziv Daos, 21 ans, qui a été tué vendredi dans une attaque à la voiture-bélier en Cisjordanie, a été inhumé dimanche au cimetière militaire de Holon, dans le centre d’Israël.

Les soldats pleurent sur la tombe du Capitaine. Ziv Daos lors de ses funérailles à Holon le 18 mars 2018. (Miriam Alster/Flash90)

« Il aurait dû dire le Kaddish pour moi », a déclaré son père, pleurant, à côté du tombeau. « Ce n’est pas naturel. Il aurait dû m’enterrer. Pourquoi prend-on les meilleurs d’entre nous ? »

Ce sont des milliers de personnes qui ont assisté aux funérailles de Daos, originaire de la ville d’Azor, dans le centre du pays. Parmi eux, les amis et les camarades du bataillon de secours du commandement intérieur, deux ministres du cabinet représentant le gouvernement, Yoav Galant et Ofir Akunis et le député Moti Yogev.

Yoni, son oncle, a fait l’éloge funèbre du jeune soldat. « Ne parlez pas de lui au passé. Ne dites pas : ‘Il est parti et il ne reviendra jamais’. Ziv, tu seras à nos côtés pour toujours, ton souvenir ne quittera jamais nos coeurs. Tu laisses un espace vide dans nos coeurs à tous ».

La famille de Netanel Kahalani, victime de l’attentat terroriste à la voiture bélier, pleure sa mort chez eux à Elyakim, le 17 mars 2018. (Meir Vaknin/Flash90)

Samedi, l’agence de sécurité Shin Bet a déclaré que Qabha a avoué avoir perpétré l’attaque. Il a dit que Qabha avait d’abord prétendu que l’incident était un accident, mais qu’il a ensuite changé son histoire et a dit que c’était délibéré et qu’il avait l’intention d’assassiner des soldats.

L’agence de sécurité a dit qu’il semblait avoir agi seul, et peut-être même spontanément.

Qabha a fait demi-tour sur la route avant de foncer sur les soldats, et a accéléré vers eux, selon des reportages de la télévision israélienne, ne laissant aucun doute sur le fait que l’attaque était délibérée.

La famille de Qabha a insisté sur le fait que l’incident mortel était un accident. Son père a déclaré au site d’information Walla samedi que son fils n’est affilié à aucun groupe terroriste et qu’il n’a pas visé intentionnellement les soldats israéliens. « Ce n’est pas le premier accident de voiture comme celui-ci et ce ne sera pas le dernier », a déclaré Rateb Qabha. « On entend parler de ces accidents tous les jours aux infos. »

Plus tôt samedi, le chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eizenkot, a confirmé que les forces israéliennes avaient arrêté le frère de Qabha et un oncle dans la ville natale de la famille de Bartaa, près de Jénine. Les deux membres de sa famille étaient soupçonnés de l’avoir aidé à mener à bien l’attaque meurtrière.

Les forces ont également cartographié la maison de Qabha en vue de sa démolition, ont mené une fouille plus large du village à la recherche d’armes illégales et ont poursuivi les contrôles de sécurité des voitures sur les routes entourant Bartaa.

« Je connais bien mon fils », a dit son père. « C’est un jeune homme qui travaille, qui rêve de se marier et d’avoir une famille. Il n’a pas de tendances [terroristes]…. Je présente mes condoléances aux familles des victimes « , a ajouté Qabha.

Qabha a également dit à Walla que la famille a rejeté les félicitations du Hamas pour l’attaque.

Le terroriste présumé à la voiture-bélier Ala Qabha (Autorisation)

Interrogé sur les informations parues dans les médias israéliens selon lesquelles son fils était connu des services de renseignements israéliens et avait récemment été libéré de prison, Qabha a minimisé les allégations, affirmant qu’Ala s’était déjà attiré des ennuis « pour avoir lancé des pierres ou quelque chose du genre ».

Un représentant de la famille dont le nom n’a pas été mentionné a ajouté qu’Ala avait « fait une erreur » dans le passé, mais que cela ne devrait pas être retenu contre lui.

Qabha a été blessé et est soigné à l’hôpital.

La scène de l’attaque à la voiture-bélier en Cisjordanie le 16 mars 2018. (Magen David Adom)

Les médias ont montré des images d’une voiture blanche accidentée et défoncée. Selon la Dixième chaîne d’information, le Palestinien a lancé son véhicule sur le groupe de soldats alors qu’ils descendaient d’une jeep et se dirigeaient vers un poste de garde.

Les forces de sécurité israéliennes et les experts légistes inspectent le véhicule détruit qui a été utilisé par un terroriste palestinien lors d’une attaque à la voiture bélier contre des soldats israéliens près de l’implantation de Mevo Dotan en Cisjordanie le 16 mars 2018. (AFP Photo/Jack Guez)

Le général de division Yoav Mordechai, qui dirige le COGAT, la liaison israélienne pour les affaires civiles palestiniennes en Cisjordanie, a ordonné en réponse à l’attaque « une suspension immédiate et étendue » des permis de travail en Israël « pour toute la famille de l’assaillant ».

Le groupe terroriste palestinien Hamas s’est félicité de l’attentat, affirmant qu’il « prouve que notre peuple est prêt à poursuivre l’Intifada de Jérusalem », et le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique a également déclaré qu’il « saluait » l’attentat et a appelé à « de nouvelles attaques contre l’occupation sioniste ».

Aucun des deux groupes n’a endossé la responsabilité de l’attaque.

Judah Ari Gross, Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...