Fin des soins médicaux en Israël pour les membres du Hamas et leurs proches
Rechercher

Fin des soins médicaux en Israël pour les membres du Hamas et leurs proches

Le gouvernement israélien décide de ne plus autoriser les membres du Hamas ou leurs proches à venir se faire soigner en Israël

Des membres de la Croix Rouge internationale effectuent le transport de Palestiniens malades depuis Gaza vers Israël au poste frontière Erez, le 19 juin 2007. (Crédit : Ahmad Khateib/ Flash90)
Des membres de la Croix Rouge internationale effectuent le transport de Palestiniens malades depuis Gaza vers Israël au poste frontière Erez, le 19 juin 2007. (Crédit : Ahmad Khateib/ Flash90)

Le gouvernement n’autorisera plus les membres du Hamas ni leurs proches à entrer en Israël pour un traitement médical, a déclaré le gouvernement lundi à la Haute Cour de justice en réponse à une pétition.

La requête avait été déposée par la famille du soldat israélien, Hadar Goldin, qui a été tué dans la guerre de Gaza en 2014 et dont le corps est toujours détenu par le Hamas.

Le gouvernement a également indiqué que le Conseil national de sécurité a constaté que malgré l’adoption d’une telle politique par le cabinet par le passé, rien n’a encore été mis en œuvre.

La famille Goldin avait demandé à la Haute cour de forcer le gouvernement à mettre pleinement en oeuvre un « plan d’action » adopté par le cabinet de sécurité au mois de janvier de l’année dernière qui réclamait plus de pressions exercées contre le Hamas jusqu’au retour des dépouilles de Goldin et du sergent Oron Shaul, ainsi que la libération de deux Israéliens qui se trouvent actuellement détenus sur le territoire palestinien.

Dans sa réponse, le gouvernement a admis que la décision prise par le cabinet d’interdire les visites humanitaires n’a pas été pleinement appliquée mais il a ajouté que depuis la requête de la famille Goldin, il avait confirmé les régulations et donné pour instruction au coordinateur des Activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) de rejeter toutes les demandes de permis d’entrée en Israël pour raisons humanitaires émanant des membres du Hamas et de leurs parents proches.

Le lieutenant Hadar Goldin, 23 ans, de Kfar Saba, a été tué à Gaza le 1er août 2014 (Crédit : capture d’écran Ynet)

Cette décision concernera les autorisations d’entrée en Israël pour y suivre un traitement médical ou pour des visites effectuées auprès de prisonniers du Hamas au sein des prisons de l’Etat juif.

Dans un communiqué, la famille Goldin a dit que « c’est un petit pas réalisé dans cette mission immense qu’est le rapatriement de Hadar, qui a été un héros israélien et qui est tombé durant la campagne Bordure protectrice ».

« Nous ne nourrissons aucun désir de victoire face au gouvernement d’Israël devant les tribunaux. Nous voulons la victoire face à l’organisation terroriste du Hamas ainsi que le retour de Hadar et d’Oren ».

Oded Savorai, l’un des signataires de la requête de Goldin, a expliqué que « c’est une honte que le gouvernement d’Israël ait besoin d’une pétition déposée devant la Haute cour de la part de la famille Goldin pour enfin constater que les décisions prises par le cabinet ne sont pas appliquées ».

« Nous attendons du gouvernement qu’il mette en pratique ses décisions, dans le cas des visites des familles aux prisonniers comme dans la restitution des corps des terroristes ».

La famille Goldin a également demandé dans sa requête que les corps des terroristes palestiniens ne soient plus rendus pour être inhumés jusqu’à ce que le Hamas ne restitue la dépouille de leur fils.

Au mois de décembre, la Haute cour avait statué que « l’Etat d’Israël, en tant qu’état de droit, ne peut retenir les corps des défunts dans un objectif de négociation à un moment où il n’existe aucune loi spécifique et explicite qui permette de le faire ».

Elle avait donné un ultimatum au gouvernement : Adopter une loi dans les six mois régulant la détention des corps des terroristes palestiniens dans un objectif de négociation ou les rendre à leurs familles.

Au mois de décembre, le cabinet de sécurité avait fait savoir qu’il demanderait à la Haute cour de justice de réexaminer sa décision sur la légalité de la détention par Israël des dépouilles des terroristes si le pays devait décider de ne pas les rendre aux familles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...