Rechercher

Fitch confirme la note A+ d’Israël, citant les performances économiques de 2021

L'agence de notation indique aussi que le pays est confronté à des incertitudes politiques, notant la possibilité d'un conflit budgétaire en 2023-2024

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Vue de la bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)
Vue de la bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)

Fitch Ratings a réaffirmé mercredi soir la note A+ d’Israël avec une perspective stable, notant les bonnes performances économiques du pays et une réduction du déficit budgétaire en 2021.

L’agence de notation a déclaré que l’économie israélienne a connu un fort rebond « d’environ 6,5 % en 2021 en raison de la suppression des restrictions liées au COVID-19 et d’une forte hausse de la consommation privée. » La Banque d’Israël avait estimé que le taux de croissance atteindrait 6,5 % en 2021. Des estimations plus optimistes, réalisées par le ministère des Finances, faisaient état d’une croissance de 7,1%.

Mercredi soir, le Bureau central des statistiques (CBS) d’Israël a déclaré que l’économie israélienne avait connu une croissance de 8,1% en 2021, dépassant les prévisions précédentes et marquant le plus haut taux de croissance financière enregistré en Israël depuis 21 ans. Selon les données du CBS, le quatrième trimestre fiscal de 2021 a connu une croissance impressionnante de 16,6 % du PIB, portant la moyenne annuelle à 8,1 %, la plus élevée depuis 2000, année où le taux de croissance d’Israël a atteint 8,4 %.

La Banque d’Israël a prévu une croissance du PIB de 5,5 % pour 2022 et de 5 % pour 2023.

Les estimations de Fitch sont plus prudentes, prévoyant une croissance du PIB d’Israël de 4,5 % en 2022 et de 3,8 % en 2023.

L’agence de notation a déclaré que le déficit budgétaire d’Israël a diminué de 11,4 % du PIB en 2020, lorsque la pandémie a durement touché Israël, à 4,5 % en 2021, « reflétant une hausse de 30 % de la collecte des recettes, tandis que les dépenses sont restées presque stables » après la hausse de 20 % en 2020 due aux dépenses liées au COVID-19 sous forme d’aide gouvernementale et de subventions aux ménages et aux entreprises. »

Fitch a attribué la forte activité économique d’Israël en 2021 en partie au secteur technologique florissant du pays, qui a connu des investissements, des sorties et des introductions en bourse record et « a conduit à une plus forte collecte des taxes connexes. »

Mais l’agence a également déclaré que le niveau d’incertitude politique en Israël était « élevé » et que les efforts du gouvernement pour adopter un budget biennal pour 2023 et 2024 d’ici septembre 2022 pourraient connaître des difficultés.

« Il existe des risques importants étant donné la faible majorité gouvernementale (61 députés sur 120). L’incapacité à adopter un budget pourrait entraîner soit la formation d’une nouvelle coalition au sein de l’actuelle Knesset, ce qui s’est avéré impossible en 2021, soit de nouvelles élections « , a indiqué l’agence.

L’absence de budget entraverait « la capacité d’Israël à relever les défis fiscaux et économiques à long terme en élaborant des stratégies efficaces », a-t-elle ajouté.

Les « risques sécuritaires » d’Israël sont également mentionnés brièvement dans le rapport de Fitch, avec des mentions de l’instabilité en Syrie et au Liban et du conflit avec les Palestiniens, « mais le profil de crédit d’Israël a montré une résistance aux conflits périodiques », a déclaré l’agence.

La confirmation de la note globale A+, a déclaré Fitch, « concilie une économie diversifiée, résiliente et à forte valeur ajoutée, des finances extérieures solides et une force institutionnelle solide avec un ratio dette publique/PIB élevé, des risques élevés en matière de sécurité et un historique de gouvernements faibles qui a entravé l’élaboration de politiques budgétaires.  »

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a déclaré dans un communiqué mercredi dernier que cette note « est un vote de confiance dans la résilience de l’économie israélienne et dans la politique économique du gouvernement. »

En début de semaine, le chef de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Mathias Cormann, a déclaré aux ministres du gouvernement qu’Israël devait se concentrer sur la réduction des écarts socio-économiques, la réduction de la bureaucratie et le renforcement de la compétitivité et de la productivité de son économie au-delà de son secteur technologique dynamique.

La note A+ n’est pas la plus élevée de Fitch – l’échelle de l’agence s’étend de AAA à D. Une note A dénote une qualité de crédit élevée avec un faible risque de défaillance, et une forte capacité de remboursement des engagements financiers, mais comportant certaines vulnérabilités dues à des conditions économiques ou commerciales défavorables.

Fitch a déclaré qu’Israël avait une croissance moyenne du PIB de 3,7 % sur cinq ans avant la pandémie, ce qui correspond à peu près à la médiane de 4 % pour les pays notés A.

Fitch, qui est basée à New York et à Londres, est considérée comme l’une des trois principales agences de notation financières, avec Moody’s et Standard & Poor’s.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...