Rechercher

Funérailles de l’agent de sécurité tué dans l’attaque terroriste d’Ariel

Des centaines de personnes ont accompagné Vyacheslav Golev, le "gilet par balles" de sa fiancée, vers sa dernière demeure, à Beth Shemesh

La famille et les amis assistent aux funérailles de Vyacheslav Golev, qui a été abattu par des terroristes le 29 avril 2022 alors qu'il travaillait comme agent de sécurité à l'extérieur de l'implantation d'Ariel, à Beit Shemesh, le 1er mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/FLASH90)
La famille et les amis assistent aux funérailles de Vyacheslav Golev, qui a été abattu par des terroristes le 29 avril 2022 alors qu'il travaillait comme agent de sécurité à l'extérieur de l'implantation d'Ariel, à Beit Shemesh, le 1er mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/FLASH90)

Vyacheslav Golev, l’agent de sécurité de 23 ans tué dans la fusillade de vendredi à l’entrée de l’implantation d’Ariel en Cisjordanie, a été enterré dimanche dans sa ville natale de Beit Shemesh.

Des centaines de personnes ont assisté à la cérémonie.

Golev laisse derrière lui ses parents, sept frères et sœurs et sa fiancée Victoria Fligelman.

Cette dernière était également au poste de garde lors de l’attaque et a survécu après que Golev l’a protégée de son corps, lui sauvant ainsi la vie.

La maire de Beit Shemesh, Aliza Bloch, a qualifié Golev de héros qui a défendu la communauté d’Ariel et sa fiancée « comme un mur de briques ».

Elle a déclaré que la famille Golev, qui a immigré de Russie en Israël, était « l’histoire de Beit Shemesh et d’Israël. Avec l’histoire de vos vies, vous avez rassemblé l’histoire d’Israël et de l’alyah. Vous êtes la mosaïque d’Israël ».

La fiancée de Vyacheslav Golev, au centre, lors de ses funérailles à Bet Shemesh le 1er mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/FLASH90)

« Tu avais un si bon et grand cœur. Nous parlerons de toi à nos enfants et petits-enfants, tu seras un modèle pour eux », a déclaré un cousin de Golev, Vladimir, lors des funérailles.

« Nous t’aimions tous et tu nous manqueras beaucoup », a-t-il ajouté.

« Je n’ai jamais cru que cela arriverait à un ami, quelqu’un de si proche », a déclaré Daniel Zilbergstein, l’un des amis d’enfance de Golev.

« Il a toujours défendu tout le monde, que ce soit ses frères et sœurs, ses amis, tous ceux qu’il connaissait, si quelque chose arrivait, il était toujours le premier à les défendre », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne.

Le ministre du Tourisme Yoel Razvozov et la législatrice du Likud Keti Shitrit, ont assisté à la cérémonie.

Golev était un ancien étudiant de l’université d’Ariel. Il avait emménagé avec sa fiancée dans la communauté d’Ariel, en Cisjordanie. Ils se sont fiancés quelques semaines seulement avant l’attentat.

Une photo non datée de Vyacheslav Golev, tué dans une fusillade près d’Ariel le 29 avril, et sa fiancée, Victoria Fligelman. (Crédit : Autorisation)

Lors de l’attaque de vendredi soir, un véhicule Suzuki bleu s’est dirigé vers un poste de sécurité. L’un des passagers du véhicule a ouvert le feu depuis l’habitacle avant d’en sortir, accompagné du conducteur, pour continuer à tirer en direction du garde de sécurité israélien. Les deux terroristes sont ensuite remontés dans le véhicule et se sont enfuis..

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) a prononcé le décès de Golev sur les lieux.

Fligelman est dévastée et ne peut fournir aucun témoignage pour le moment.

Après une chasse à l’homme de 20 heures, les forces antiterroristes ont arrêté samedi soir deux Palestiniens qui seraient à l’origine de l’attaque terroriste meurtrière. Les deux tireurs ont été arrêtés dans la ville voisine de Qarawat Bani Hassan.

L’attaque d’Ariel intervient alors que les tensions entre Israël et les Palestiniens se sont fortement intensifiées ces dernières semaines sur fond d’attentats terroristes répétés dans des villes israéliennes qui ont fait au total 14 morts.

Cette flambée de violence survient pendant le mois du Ramadan, une période traditionnellement tendue en Israël comme en Cisjordanie.

L’armée a intensifié ses activités en Cisjordanie pour tenter de réprimer la spirale de violence. Les raids qui ont suivi ont déclenché des affrontements qui ont fait au moins 25 morts palestiniens, dont beaucoup ont pris part aux affrontements, tandis que d’autres semblaient avoir été des civils non impliqués.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...