Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Fusillade au sein d’une famille à Nazareth : Le nombre de morts s’alourdit ; le motif n’est pas connu

Le suspect s'est suicidé après avoir tué 3 membres de sa famille élargie et en avoir blessé plusieurs autres

Illustration : La police inspectant l'endroit où a été tué Anan Luabana, au nord de Nazareth, le 23 septembre 2019. (Crédit : Unité du porte-parole de la police israélienne)
Illustration : La police inspectant l'endroit où a été tué Anan Luabana, au nord de Nazareth, le 23 septembre 2019. (Crédit : Unité du porte-parole de la police israélienne)

Portant le bilan à quatre morts, un homme est décédé mardi soir des suites des blessures qu’il avait subies lorsqu’un autre homme aurait tiré sur plusieurs membres de sa propre famille élargie à Nazareth, avant de retourner l’arme contre lui-même.

La police a déclaré ne pas savoir pourquoi le suspect, identifié comme un habitant d’Iksal âgé d’une trentaine d’années, a ouvert le feu.

Outre le tireur présumé, deux hommes ont été déclarés morts plus tôt dans la journée.

Les victimes seraient le beau-frère du suspect, ainsi que le frère et l’oncle du beau-frère, qui s’étaient retrouvés dans la maison de la sœur du suspect.

La sœur et la mère du suspect ont toutes deux été blessées dans la fusillade. La sœur est dans un état grave et la mère est modérément blessée.

L’organisation à but non-lucratif Abraham Initiatives, qui suit les statistiques criminelles, a déclaré que 49 Arabes ont été tués depuis le début de l’année, dépassant le triste record de l’année 2023.

L’année précédente avait été la plus sanglante jamais enregistrée dans la communauté arabe, selon Abraham Initiatives, avec 244 victimes de violence, soit plus du double du chiffre de 2022.

De nombreux dirigeants de la communauté arabe israélienne imputent la vague de crimes à la police qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre les puissantes organisations criminelles et a largement ignoré la violence – notamment les querelles familiales, les guerres de territoire entre mafias et la violence à l’égard des femmes.

Les communautés ont également souffert d’années de négligence et de discrimination de la part des autorités de l’État.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.