Rechercher

Gantz répond aux critiques et assure qu’il continuera à rencontrer Abbas

"J'ai été déçu par les ministres qui se sont exprimés d'une manière qui sert leur intérêt politique et non l'intérêt de la sécurité nationale", a déclaré le ministre de la Défense

Le ministre de la Défense Benny Gantz et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (Crédit : AP/Collage)
Le ministre de la Défense Benny Gantz et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (Crédit : AP/Collage)

Le chef de Kakhol lavan, Benny Gantz, a répondu lundi aux critiques de la droite concernant sa rencontre avec le chef de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas la semaine dernière.

« Je vais continuer à rencontrer Abou Mazen », a t-il déclaré lors d’une réunion de faction, en employant le nom de guerre du chef de l’AP.

« J’ai été déçu par les ministres qui se sont exprimés d’une manière qui sert leur intérêt politique et non l’intérêt de la sécurité nationale. »

Le Premier ministre Naftali Bennett (Yamina) a indiqué dimanche avoir « pleinement approuvé » la rencontre qui a eu lieu la semaine dernière entre Abbas et le ministre de la Défense, au domicile de ce dernier à Rosh Haayin.

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une rencontre du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 19 décembre 2021. (Crédit : Emil Salman/Pool/Flash90)

Bennett a précisé que Gantz et Abbas avaient parlé de sécurité et d’économie – ils n’ont pas parlé de politique – et le Premier ministre a réitéré son opposition à tout entretien personnel avec le chef de l’AP.

Bennett est opposé à la reprise des négociations de paix avec les Palestiniens et il refuse de rencontrer Abbas. Mais son gouvernement a toutefois promis d’aider à redynamiser l’AP et à renforcer son économie mise à mal et c’est Gantz qui a pris la tête de ces initiatives.

Le ministre de la Défense a expliqué considérer le régime d’Abbas comme seule alternative à un groupe terroriste du Hamas qui gagnerait en puissance en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...