Rechercher

Gantz s’est entretenu avec Sullivan au sujet de l’Iran et de la sécurité d’Israël

Le ministre de la Défense a souligné la nécessité de "travailler en étroite collaboration et de se préparer à tout scénario", alors que le programme nucléaire progresse

Le ministre de la Défense Benny Gantz à gauche, et le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis Jake Sullivan se rencontrent à la Maison Blanche à Washington, le 19 mai 2022. (Crédit: Shmulik Almany/GPO)
Le ministre de la Défense Benny Gantz à gauche, et le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis Jake Sullivan se rencontrent à la Maison Blanche à Washington, le 19 mai 2022. (Crédit: Shmulik Almany/GPO)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a rencontré le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan à la Maison Blanche et l’a remercié pour l’engagement de l’administration Biden envers la sécurité d’Israël.

Débarqué à Washington mercredi, Gantz a effectué son voyage dans un contexte de tension entre Israël et les États-Unis, suite à la mort de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh en Cisjordanie et à la nouvelle politique israélienne pour les étrangers cherchant à entrer en Cisjordanie, qui doit entrer en vigueur en juillet.

Selon un compte-rendu publié par le ministère de la Défense, la réunion entre Gantz et Sullivan s’est principalement concentrée sur la progression du programme nucléaire iranien alors que les négociations sont au point mort à Vienne, ainsi que sur les « activités régionales déstabilisantes » de Téhéran.

L’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog, le directeur du bureau politico-militaire du ministère de la Défense, Dror Shalom, et le secrétaire militaire du ministre de la Défense, Yaki Dolf, ont assisté à la réunion.

Mardi, Gantz a averti que « le prix à payer pour relever le défi iranien au niveau mondial ou régional est plus élevé qu’il ne l’était il y a un an et plus bas qu’il ne le sera dans un an », notant que l’Iran n’était qu’à « quelques semaines » d’accumuler suffisamment de matériel fissile pour une bombe.

L’Iran a également annoncé en début de semaine l’inauguration d’une ligne de production pour la fabrication d’un nouveau drone militaire, l’Ababil-2, au Tadjikistan, dans un geste considéré comme un effort pour équilibrer le pouvoir entre les acteurs sunnites et chiites dans la région.

Lors de sa rencontre avec Sullivan, le ministre de la défense a « insisté sur la nécessité de travailler en étroite collaboration et de se préparer à tout scénario futur », indique le communiqué, qui souligne « l’excellente coopération d’Israël avec les États-Unis en matière de défense ».

En discutant de la vague de terrorisme la plus meurtrière observée en Israël depuis des années, qui a coûté la vie à 20 personnes depuis la mi-mars, Gantz et Sullivan ont discuté des activités opérationnelles en cours face à l’incitation et au terrorisme.

Gantz a récemment promis d’utiliser « tous les moyens possibles » pour éradiquer les causes profondes du terrorisme en Israël, dont l’incitation.

« Nous continuerons à combattre les terroristes, ceux qui les envoient, leurs complices et tous ceux qui tentent de nuire aux citoyens israéliens », a assuré Gantz sur Twitter.

« Nous couperons la main qui tient le couteau, nous mettrons la main sur ceux qui répandent l’incitation et les calomnies au nom de la religion », a déclaré Gantz au début du mois de mai.

Il a réitéré cet engagement à Sullivan, soulignant qu’Israël prendrait les mesures nécessaires pour défendre ses citoyens et sa souveraineté tout en garantissant que l’establishment de la défense israélienne poursuivrait sa politique de promotion de « mesures de confiance » pour les Palestiniens qui ne sont pas impliqués dans des activités terroristes.

Mercredi, la Douzième chaîne a cité des responsables américains qui ont menacé de suspendre le processus d’ajout de l’État juif au programme américain d’exemption de visa VWP (Visa Waiver Program) si Israël ne réévalue pas les nouvelles restrictions imposées aux étrangers, y compris les citoyens américains, qui cherchent à entrer en Cisjordanie pour étudier, enseigner, faire du bénévolat ou travailler dans les villes palestiniennes.

Des travailleurs palestiniens attendent au passage d’Erez à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, alors qu’ils attendent d’entrer en Israël pour travailler, le 13 mars 2022. (Crédit : Attia Muhammed/Flash90)

Sur d’autres fronts, cependant, l’étroite coopération d’Israël avec les États-Unis sur les questions de sécurité est plus claire.

Selon des informations rapportées mardi par la Treizième chaîne, l’armée de l’air américaine participera à un exercice israélien à grande échelle plus tard ce mois-ci, simulant une frappe sur les installations nucléaires de l’Iran dans le cadre de l’exercice plus large des Chariots de feu.

La collaboration aérienne sans précédent entre Israël et les États-Unis dans le cadre d’un exercice simulant une frappe sur les installations nucléaires iraniennes est considérée comme un message potentiel à l’Iran dans le cadre des négociations bloquées depuis longtemps à Vienne sur un retour à l’accord nucléaire de 2015, auquel Israël s’oppose, prévenant qu’il conduirait à « un Moyen-Orient plus violent et plus instable ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...