GB: La qualification de « territoire occupé » pour la Vieille Ville maintenue
Rechercher

GB: La qualification de « territoire occupé » pour la Vieille Ville maintenue

L'ambassadeur Quarrey a déclaré que le parcours du prince William "est en accord avec les années de pratique du gouvernement britannique"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'ambassadeur britannique en Israël David Quarrey lors d'un évènement organisé par le Jewish News, le 10 mai 2018 (Crédit : Yossi Zeligar/Nikoart, via UK Jewish News)
L'ambassadeur britannique en Israël David Quarrey lors d'un évènement organisé par le Jewish News, le 10 mai 2018 (Crédit : Yossi Zeligar/Nikoart, via UK Jewish News)

L’ambassadeur britannique en Israël a défendu jeudi la description faite par Kensington dans le communiqué annonçant l’itinéraire du prince William, qui sera en tournée au Moyen Orient. Dans le communiqué, la Vieille Ville de Jérusalem est décrite comme faisant partie des « Territoires palestiniens occupés ».

« Toute la terminologie qui a été employée dans le programme est en accord avec les années de pratique du gouvernement britannique. C’est en accord avec la politique gouvernementale britannique », a dit David Quarrey.

L’itinéraire royal, publié la semaine dernière par le palais de Kensington, a interpellé en Israël, parce que cela implique que le palais considère que la Vieille Ville est située dans les « Territoires palestiniens occupés ».

Selon l’itinéraire de la visite régionale du 24 au 28 juin, le duc de Cambridge se rendra d’abord en Jordanie, puis en Israël du 25 au 27 juin.

Le 27 juin, « le programme passera à l’étape suivante – les Territoires palestiniens occupés », et le 28 juin, le prince William, second dans l’ordre de la succession au trône, recevra « un court briefing sur l’histoire et la géographie de la Vieille Ville de Jérusalem depuis un point d’observation du mont des Oliviers », a déclaré le Palais de Kensington.

« Il n’y a aucun message politique », a insisté Quarrey. « Le duc n’est pas un personnage politique. Il vient pour voir le pays, et rencontrer des gens. Et pour goûter un peu à Israël, pour voir ce qui se passe ici, sur les réussites technologiques extraordinaires, sur la superbe culture. Et il veut réellement comprendre le pays ».

Prince William, Duc de Cambridge commémore l’attentat du Manchester Arena, à Manchester le 22 mai 2018. (Crédit : AFP / Oli SCARFF)

Le fait que la visite du duc du Cambridge dans la Vieille Ville ait été intégrée à l’étape de sa visite consacrée à l’Autorité palestinienne avait suscité des critiques de la part des responsables israéliens, notamment du ministre des Affaires de Jérusalem Zeev Elkin, accusant le prince de « politiser » sa visite dans la région.

« Jérusalem unifiée est la capitale d’Israël depuis 3 000 ans et aucune déformation dans l’itinéraire ne changera cette réalité », avait clamé Elkin lundi.

Lors d’un point presse organisé à sa résidence de Ramat Gan, Quarrey a déclaré jeudi que William était impatient d’arriver en Israël.

« C’est la première visite officielle d’un haut-membre de la famille royale, et je pense que ce sera une réussite », a déclaré l’ambassadeur. « J’espère qu’elle célèbrera une relation moderne, la relation moderne entre le Royaume-Uni et Israël. »

Le prince William est attendu au mont du Temple, à l’Eglise du Saint-Sépulcre et à l’Église Saint-Jean-Baptiste, ainsi qu’au mur Occidental, qui sont tous situés dans la Vieille Ville. Aucun de ces lieux n’ont été spécifiquement listés dans l’itinéraire fourni par le palais.

« Il va voir du pays, rencontrer quelques personnes ici », a dit Quarrey. « Et goûter un peu à Israël, pour voir ce qui se passe ici, sur les réussites technologiques extraordinaires, sur la superbe culture. Et il veut réellement comprendre le pays ».

Durant le point presse, l’ambassadeur ne s’est pas exprimé sur l’itinéraire du futur monarque en Jordanie et auprès de l’Autorité palestinienne. Il n’a pas non plus confirmé que le prince William se rendra au mur Occidental, bien que deux sources avaient confié au Times of Israel la semaine dernière que le lieu saint figure dans son emploi du temps.

Des sources à Jérusalem ont expliqué que les lieux de visites n’ont pas été publiquement annoncés pour le moment en raison de leur sensibilité politique. L’un des sources a indiqué que la visite au mur Occidental était gardée sous silence, afin d’éviter de l’identifier comme une étape du passage dans les Territoires palestiniens.

Si William se rend au mur Occidental, il s’agira d’une « visite privée », comme cela a été le cas d’autres dignitaires, et ce afin d’éviter le problème épineux lié à la souveraineté en étant accompagné d’un responsable. Le déplacement du président américain Donald Trump au mur Occidental et à l’église du Saint Sépulcre, l’année dernière, avait été officiellement organisé en tant que visite privée, tout comme celle du chancelier autrichien Sebastian Kurz la semaine dernière.

Soldiers visiting the Mount of Olives overlooking the Old City of Jerusalem (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)
Des soldats observant le mont du Temple depuis le Mont des Oliviers (Crédit photo: Kobi Gideon / Flash90)

En Israël, le duc de Cambridge visitera à Jérusalem le mémorial de Yad Vashem, en mémoire des victimes de la Shoah, le 26 juin, en compagnie du Grand-rabbin britannique Ephraim Mirvis. Il s’entretiendra ensuite avec Benjamin Netanyahu et le président israélien, Reuven Rivlin à Jérusalem.

A Ramallah, en Cisjordanie, il rencontrera le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Israël a pris le contrôle de Jérusalem Est durant la guerre des Six Jours en 1967. Les Palestiniens revendiquent les quartiers de Jérusalem Est comme capitale de l’état auquel ils aspirent, tandis qu’Israël considère l’ensemble de la ville comme sa capitale éternelle. La majeure partie de la communauté internationale ne reconnait pas l’annexion de Jérusalem Est par Israël, ou la Vieille Ville est située.

Quarrey a déclaré que le prince William « a hâte » d’entamer sa tournée ;

« C’est la première visite officielle d’un haut-membre de la famille royale, et je pense que ce sera une réussite », a déclaré l’ambassadeur. « J’espère qu’elle célèbrera une relation moderne, la relation moderne entre le Royaume-Uni et Israël. »

William ne parlera probablement pas de la Déclaration Balfour, à travers laquelle le gouvernement britannique a exprimé son soutien « l’établissement en Palestine d’un Foyer national pour les Juifs », ni d’aucun autre sujet délicat sur l’histoire du Royaume-Uni dans la région.

« Le duc est intéressé par la relation contemporaine et future. Il y aura certainement une dimension historique, mais là n’est pas l’objet de la visite », a expliqué Quarrey. « Il veut réellement comprendre le pays. Il veut apprendre à connaitre le pays et sa nation. »

Quarrey a ajouté : « pourquoi le duc vient-il maintenant ? Cette visite s’inscrit dans un contexte de renforcement des relations entre le Royaume-Uni et Israël, plus forte que jamais : les niveaux de commerce et d’investissement battent des records, nous avons d’incroyables relations sur le plan scientifique, nous travaillons sur le secteur de la technologie, et nous coopérons dans le secteur de la menace sécuritaire. La profondeur et l’ampleur de nos relations sont sans précédent ».

Nombre de personnes ont des vues assez étroites en ce qui concerne Israël, a-t-il postulé. « Nous voulons raconter une histoire différente sur Israël et le Royaume-Uni, une histoire qui sera nouvelle et qui surprendra de nombreuses personnes. »

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...