GB : une femme transgenre renonce finalement à se battre pour voir ses enfants
Rechercher

GB : une femme transgenre renonce finalement à se battre pour voir ses enfants

La Britannique a retiré sa demande de droit de visite de ses enfants, dont elle était le père durant sa vie antérieure ; la mère estime qu'ils risqueraient d'êtres marginalisés

Photo d'illustration : Des enfants dans une classe  (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Photo d'illustration : Des enfants dans une classe (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

JTA — En Angleterre, une femme transgenre a renoncé à sa bataille juridique pour voir ses cinq enfants ultra-orthodoxes.

La femme n’a pas vu ses enfants depuis qu’elle a quitté la communauté ultra-orthodoxe de Manchester en 2015. Lors d’une audience à Londres lundi, elle a retiré sa requête qui demandait à ce qu’elle soit autorisée à entrer en contact avec eux, selon The Guardian.

La famille n’a pas été identifiée dans les médias britanniques.

La mère des enfants a déclaré à la cour que si les enfants étaient en contact direct avec elle, le comité de parents d’élèves des écoles des enfants ne les autoriserait pas à jouer avec eux. Les témoignages de plusieurs rabbins ont confirmé son hypothèse.

Les enfants pourraient également se voir refuser des places dans les bonnes yeshivot et écoles, ne pas pouvoir se marier, et la famille pourrait être bannie de la communauté.

En janvier 2017, une juge britannique aux Affaires familiales avait statué que la femme transgenre n’avait pas le droit de rendre visite à ses enfants, alors âgés de 3 à 13 ans, invoquant « le respect des droits des enfants à ne pas assumer les conséquences préjudiciables d’une situation qu’ils n’ont pas choisie ».

Cependant, le juge avait autorisé des contacts indirects par courrier à l’occasion des fêtes juives et des anniversaires.

Une cour d’appel a par la suite ordonné au tribunal des affaires familiales de reconsidérer sa décision. La demande de la femme transgenre a été retirée avant qu’une nouvelle décision puisse être prise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...