Glossaire : juif, sémite et sioniste
Rechercher

Glossaire : juif, sémite et sioniste

Les peuples qu'on qualifie de sémites sont les juifs et les arabes mais dans l'Antiquité on comptait les Assyriens, les Babyloniens, les Araméens, les Cananéens et les Phéniciens

Des femmes participent à une marche silencieuse en mémoire de Mireille Knoll, une survivante de la Shoah de 85 ans poignardée à mort dans son appartement parisien, pour dénoncer le racisme et l'antisémitisme, à a Paris, le 28 mars 2018. (Crédit  AP/Thibault Camus)
Des femmes participent à une marche silencieuse en mémoire de Mireille Knoll, une survivante de la Shoah de 85 ans poignardée à mort dans son appartement parisien, pour dénoncer le racisme et l'antisémitisme, à a Paris, le 28 mars 2018. (Crédit AP/Thibault Camus)

Juif, sémite, sioniste: voici un glossaire de trois termes parfois mal employés.

Juif

Dans l’antiquité, un juif est un habitant du royaume de Juda (940 à 586 avant JC). La première mention de ce terme se retrouve dans la Bible dans le IIe livre des Rois. Le mot « juif » (ancien français « juiu », « juieu ») est un dérivé du latin « judaeus » (de Judée) lui-même issu de l’hébreu « yehudi« .

Le terme désigne toute personne qui professe la religion monothéiste judaïque. Vieille de plus de trois millénaires, cette religion croit en un Dieu unique, créateur de l’univers et communiquant au travers d’une parole révélée à un groupe particulier identifié comme « la nation d’Israël » dont l’histoire est racontée dans la Bible.

Mais l’on peut être juif athée, c’est-à-dire être juif par son ascendance sans croire au Dieu de la Bible.

Selon la loi rabbinique, la judéité se transmet par la mère même si dans la Bible, les personnes nommées sont présentées par leur seule ascendance paternelle.

Sémite

Les juifs sont loin d’être les seuls sémites. Le terme a été forgé par l’orientaliste allemand August Ludwig Schlözer, à partir du nom d’un des fils de Noé, Sem, pour désigner les langues dont la parenté a été établie au Moyen-Âge par des savants juifs: l’hébreu, l’araméen et l’arabe.

Par la suite, on a regroupé sous le terme de « sémites » tous les peuples qui, dans le courant du troisième millénaire avant l’ère commune, émigrèrent de la péninsule arabique vers la Mésopotamie, la Syrie, la Palestine puis aux alentours de 700 avant JC, vers la corne de l’Afrique.

Aujourd’hui les peuples qu’on qualifie de sémites sont essentiellement les juifs et les arabes mais dans l’Antiquité on comptait également les Assyriens, les Babyloniens, les Araméens, les Cananéens et les Phéniciens.

Un antisémite en revanche désigne une personne spécifiquement hostile aux juifs.

Sioniste

Le sionisme dérive de la « Sion » biblique qui désigne Jérusalem ou le peuple juif. Exilé et dispersé, le peuple juif nourrit l’espoir de retourner en Palestine. Cette espérance est constitutive de la religion juive qui y voit une rédemption.

Pendant des siècles, toutefois, elle reste un vœu pieu. Mais dans la seconde partie du XIXe siècle, le sionisme commence à prendre forme avec la fondation des premières communautés agricoles juives en Palestine par des juifs russes fuyant les pogroms.

Famous picture of Theodor Herzl on the balcony of the Hotel Les Trois Rois in Basel, Switzerland (photo credit: CC-PD-Mark, by Wikigamad, Wikimedia Commons)
Une célèbre photo de Theodor Herzl sur le balcon de l’Hôtel des Trois rois de Bâle, en Suisse (Crédit : CC-PD-Mark, par Wikigamad, Wikimedia Commons)

C’est le journaliste viennois Théodore Herzl qui théorise le sionisme à la fin du XIXe et lui donne un sens politique. Fondateur du mouvement sioniste au Congrès de Bâle en 1896, il écrit « L’Etat juif »: son idée est de « donner à un peuple sans terre une terre sans peuple ». Il fonde le Fonds national juif pour l’achat des terres en Palestine.

Après l’extermination des juifs par les nazis, des juifs se réfugient en Palestine et l’idée sioniste se concrétise avec la création de l’Etat d’Israël en 1948.

Un antisioniste se dit d’une personne qui s’oppose à l’existence de l’Etat d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...