Golan : de rares mosaïques révèlent le changement dans la vie juive post-Temple
Rechercher

Golan : de rares mosaïques révèlent le changement dans la vie juive post-Temple

Des décorations colorées découvertes dans une synagogue de l'ère romaine illustrent la transformation d'une salle d'études en salle de prière dans un "mini-Temple"

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Les vestiges d'une mosaïque du 3è siècle dans une synagogue de la ville antique de Majdulia, sur le Golan (Autorisation)
Les vestiges d'une mosaïque du 3è siècle dans une synagogue de la ville antique de Majdulia, sur le Golan (Autorisation)

Les vestiges colorés de mosaïques d’une synagogue du 3e siècle, dans la ville antique de Majdulia, sont les preuves les plus récemment découvertes attestant de la présence de décorations dans une synagogue sur le Golan, selon un communiqué de presse diffusé par l’université de Haïfa dans la journée de lundi.

Les carreaux arc-en-ciel trouvés dans la pierre de basalte noire de la synagogue mettent en lumière une communauté juive peu connue mais florissante à l’extrême-nord de la terre d’Israël.

La ville antique de Majdulia avait été établie à une période contemporaine à la chute du Second Temple, au 1er siècle de l’ère commune, à un moment où les spécialistes de la question pensaient précédemment qu’il n’y avait qu’une petite présence juive dans la région après la chute de Gamla — la Masada du nord – en l’an 67 avant l’ère commune.

Ces mosaïques qui viennent d’être découvertes peuvent indiquer que non seulement la communauté juive était encore là, mais qu’elle avait pris la peine de décorer ses espaces publics.

Une image rare de 2014 d’une synagogue datant de l’époque romaine découverte dans la ville antique de Madjulia, sur le plateau du Golan (Crédit : 2014 Dr. Mechael Osband)

« Nos découvertes sont parmi les plus récentes à témoigner du fait que déjà, au 3e siècle, des synagogues commençaient à subir des transformations conscientes » passant de salles d’études à salles de prière, commente dans le communiqué de presse le directeur des fouilles, le docteur Mechael Osband.

Parmi ces vestiges – limités – de mosaïques qui ont été trouvés dans cette synagogue de 13 mètres sur 23, des membres d’animaux et autres créations finement ouvragées. Le fait qu’il n’y ait pas de représentations complètes pourrait indiquer un démantèlement délibéré des décorations, selon le communiqué.

Les vestiges d’une mosaïque du 3è siècle dans une synagogue de la ville antique de Majdulia, sur le Golan (Autorisation)

Néanmoins, les archéologues estiment que ces décorations vives pourraient révéler la volonté de la communauté de transformer la salle d’études austère, typique des débuts de la période romaine, en salle de réunion publique très ornée.

« Au 3e siècle de l’ère commune, on constate un mélange intéressant entre la continuation d’une tradition issue des synagogues du Second Temple – avec, par exemple, l’arrangement pour s’asseoir – et une tradition d’un style architectural relativement dépouillé d’ornements, avec l’addition de certains éléments nouveaux qui, avec le temps, sont devenus communs dans les synagogues, comme ces mosaïques pleines de couleur représentant notamment des animaux », explique Mechael Osband.

Les fouilles réalisées à Khirbet Majdulia, à proximité de ce qui est devenu l’implantation de Natur, ont commencé en 2014 sous la direction de Mechael Osband, membre du département des études des terres d’Israël, à l’Ohalo College, et de l’institut d’archéologie Zinman de l’université de Haïfa.

Ces dernières années, il a été rejoint par le professeur Benjamin Arubas, de l’Université hébraïque.

La découverte par Mechael Osband, en 2014, de la synagogue de l’époque romaine dans une ville qui avait été abandonnée aux environs de l’an 350 de l’ère commune avait fait les gros titres en raison du manque de lieux de culte similaires dans le Golan et en Israël en général.

« Nous savons que les synagogues, à la fin de la période du Second Temple, étaient largement utilisées comme lieux d’apprentissage de la Torah. Les synagogues, à la fin de l’époque romaine – et particulièrement à l’ère byzantine – servaient de salles de prière, comme des sortes de ‘Mini-Temple’ et, en tant que tels, elles sont beaucoup plus luxueuses – et ce n’est pas inhabituel d’y trouver des mosaïques d’ornement », note l’archéologue.

Des piliers des débuts de l’ère romaine découverts dans la ville antique de Majdulia, dans le Golan (Crédit : Dr. Mechael Osband)

La petite implantation de Majdulia est située au nord du conseil régional de Sussita, autrefois en plein essor. Au cours des fouilles, Mechael Osband a trouvé certains vestiges remontant à l’époque hellénistique, mais la vaste majorité des artefacts date de l’époque romaine.

En plus de la synagogue, un four de potier a été découvert – c’est le premier à avoir été retrouvé dans le secteur – ainsi que des pressoirs à olives.

En raison des destructions extrêmes subies par les mosaïques, les archéologues n’avaient, jusqu’aux dernières fouilles, pas consacré le temps et les ressources nécessaires au travail excessivement fastidieux de recherche de dessins encore visibles – estimant leur présence improbable.

Selon Mechael Osband, c’est la patience de Shalom Ariel, étudiant en maîtrise, qui a exclusivement permis de mettre en lumière les quelques illustrations trouvées – qui sont autant de preuves du changement alors en cours au sein de la communauté juive.

Un chercheur découvre les vestiges d’une mosaïque du 3è siècle dans une synagogue retrouvée dans la ville antique de Majdulia, sur le Golan (Autorisation)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...