Rechercher

Hausse générale des prix du logement et des biens à la consommation en 2022

L'indice des prix montre que le logement a grimpé de presque 20% et les biens à la consommation de 4,9%, avec une augmentation de 0,6% depuis le mois dernier

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Photo d'illustration : Des appartements en construction dans le quartier de Ramot, à Beer Sheva, au mois d'août 2018. (Crédit : verbaska_studio via iStock by Getty Images)
Photo d'illustration : Des appartements en construction dans le quartier de Ramot, à Beer Sheva, au mois d'août 2018. (Crédit : verbaska_studio via iStock by Getty Images)

Les prix des logements israéliens ont augmenté de près de 20 % l’année dernière, un nouveau record annuel, selon un rapport publié mardi par le Bureau central des statistiques (CBS).

Les prix des logements n’ont cessé de grimper depuis le second semestre 2018, et ont augmenté de 19,8 % entre août et septembre 2022 par rapport à la même période en 2021, selon le CBS, soit la plus forte hausse en glissement annuel de mémoire récente. Ceci dans un contexte de ralentissement de la demande locale d’achat de maisons compte tenu des coûts et des taux d’intérêt plus élevés, et contrairement à la réalité de la plupart des marchés immobiliers mondiaux, qui voient les prix ralentir ou baisser.

Les coûts des biens à la consommation en Israël ont également augmenté. En octobre, ils ont augmenté de 0,6 % par rapport au mois précédent, pour culminer à un bond annuel de 4,9 % en 2022, selon un autre rapport de CBS publié mardi.

L’indice des prix à la consommation d’Israël, une mesure de l’inflation, suit le coût moyen des biens ménagers comme la nourriture, les vêtements et le transport. Selon les données, l’inflation pour les 12 derniers mois était de 5,1 % par rapport à octobre 2021, ce qui est supérieur à la fourchette cible de 1 à 3 % de la Banque d’Israël.

La banque a augmenté le taux d’intérêt de référence à 2,75 %, à partir d’octobre, dans le but de lutter contre l’inflation et de calmer le marché immobilier. Le taux sera réévalué ce mois-ci.

Selon le rapport du CBS d’octobre, le prix des légumes et des fruits frais a augmenté de 4,1 %, les vêtements et les chaussures ont augmenté de 4 % et les prix des transports ont augmenté de 0,6 %, tandis que les coûts pour les événements culturels et de divertissement, les articles et meubles ménagers et les services de santé ont légèrement diminué le mois dernier.

Dans le secteur de l’éducation, les frais de scolarité dans les établissements universitaires pour 2022-2023 ont augmenté de 3,2 % par rapport à l’année dernière, note le rapport.

Dans le secteur de l’alimentation (hors fruits et légumes), les prix des produits tels que l’huile, le lait et le riz ont augmenté de 1 % en moyenne, tandis que les prix de la viande, de la volaille et du poisson ont augmenté de 2,3 % au cours du mois dernier.

Le grand fabricant israélien de produits alimentaires Tnuva a annoncé cette semaine qu’il allait augmenter les prix de centaines de ses produits, la hausse prévue étant d’environ 4,7 %. Dans un communiqué, la société a déclaré que les hausses de prix étaient dues à l’augmentation du coût des matières premières en raison de l’inflation dans le monde.

En parallèle, le salaire mensuel moyen des employés israéliens en août – le dernier mois pour lequel des données sont disponibles – a légèrement augmenté pour atteindre 12 258 shekels, soit une hausse de 4 % par rapport à août 2021 et le plus haut niveau depuis 2008, selon un autre rapport distinct publié par CBS au début du mois.

Toujours plus haut

Alors que les prix à la consommation et les prix de l’immobilier continuent de grimper, la Banque d’Israël est susceptible de relever encore les taux d’intérêt pour éviter une surchauffe de l’économie. Cela aura pour effet de faire augmenter encore davantage les taux hypothécaires et de rendre de plus en plus difficile pour les futurs acquéreurs de verser un acompte plus élevé et de trouver des prêts correspondant à la hausse des prix.

C’est dans le nord d’Israël que l’augmentation des prix des logements a été la plus forte, en glissement annuel, avec un bond de 20,9 % en août-septembre 2022 par rapport à la même période de l’année précédente, suivi par la région du centre (Gush Dan) avec 20,3 %, la région de Haïfa 20 %, Tel Aviv et ses environs 19,5 %, Jérusalem 18,6 % et la région sud 17,9 %, selon le CBS.

La transaction immobilière moyenne était de 1 931 700 shekels au troisième trimestre 2022 (juillet, août et septembre), soit une augmentation de près de 2 % par rapport au trimestre précédent et de 12,5 % par rapport à l’année dernière. La transaction moyenne a été la plus élevée à Tel Aviv, la ville la plus chère du monde, avec 2 990 800 shekels au troisième trimestre 2022, contre une moyenne de 2 505 500 shekels par rapport au troisième trimestre 2021.

La transaction moyenne, dans le centre d’Israël, a été de 2 383 700 shekels, selon les calculs – ce qui représente une hausse par rapport au chiffre précédent qui était de 2 108 000 shekels. A Jérusalem et dans les environs, la transaction immobilière moyenne a augmenté en passant de 2 085 900 shekels au troisième trimestre 2021 à 2 343 800 shekels au troisième trimestre 2022.

Dans le centre, des augmentations significatives – dépassant les 20 % – ont été enregistrées à Bat Yam, avec une hausse forte de 41,6 % par rapport à l’année dernière, à Kfar Saba (27,7 %), à Petah Tikva (23,6 %), à Haïfa (22,7 %) et à Bnei Brak (20,8 %).

Et sur le marché locatif, le prix d’offre s’est élevé de 3,7 % au mois d’octobre par rapport au mois de septembre, selon le CBS.

L’indignation est croissante en Israël face au coût de la vie qui grimpe en flèche et face à la forte hausse des prix du logement en 2022, plus de dix ans après des mouvements de protestation massifs qui avaient été entraînés par ces mêmes problématiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...