Herzog : la solution à deux Etats est irréaliste pour le moment
Rechercher

Herzog : la solution à deux Etats est irréaliste pour le moment

Le chef de l'opposition a déclaré que la situation actuelle fait qu'Israël doit se concentrer sur les mesures de sécurité

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le président du parti Union sioniste, le député Isaac Herzog qui dirige une réunion de faction à la Knesset, le 4 janvier 2016 (Crédit : FLASH90)
Le président du parti Union sioniste, le député Isaac Herzog qui dirige une réunion de faction à la Knesset, le 4 janvier 2016 (Crédit : FLASH90)

Isaac Herzog, le chef de l’opposition et le président du parti de l’Union sioniste, a déclaré mercredi que la solution à deux Etats n’est pas une option réaliste dans un avenir proche.

« Je ne vois pas une possibilité pour le moment de mettre en œuvre la solution à deux Etats », a-t-il déclaré à la radio militaire. « Je veux y aspirer, je veux aller vers elle, je veux des négociations, je veux le signer et je m’y suis obligé, mais je ne vois pas la possibilité de le faire pour le moment ».

Le leader de l’opposition a accusé les dirigeants israéliens et palestiniens actuels d’être responsables de l’impasse. « Netanyahu et [le président de l’AP Mahmoud Abbas] sont incapables d’avancer », a-t-il affirmé mais a ajouté que si lui devait être élu Premier ministre, sa coalition se concentrerait sur la mise en œuvre de mesures de sécurité plutôt qu’un accord bilatéral.

« Il y a une nécessité de prendre des mesures de sécurité qui correspondent à la réalité sur le terrain et cela signifie la séparation avec les Palestiniens », a-t-il déclaré à la radio militaire, exposant un plan qui comprend l’achèvement de la barrière de sécurité en Cisjordanie et de se « séparer physiquement » des villages palestiniens environnants de la capitale Jérusalem.

Mardi, Herzog, avait fait des commentaires similaires à l’Institut pour la conférence sur la sécurité nationale (INSS) à Tel-Aviv.

« Je tiens à me séparer avec autant de Palestiniens que possible, aussi rapidement que possible », a-t-il déclaré à la foule composée de professionnels diplomatiques et sécuritaires. « Vous existez là-bas et nous existons ici ».

Et dans une déclaration, que beaucoup considèrent comme un virage serré à droite pour le chef de l’Union sioniste – un parti comprenant le pilier du centre-gauche, le parti travailliste et le parti pacifiste Hatnua de Tzipi Livni – Herzog a déclaré qu’il a vu la nécessité de « compléter la barrière de sécurité autour de tous les blocs d’implantation ».

Il a ajouté que l’acheminement de la clôture autour des blocs permettrait à la fois de protéger les gens qui y vivent d’attaques et d’envoyer un message aux Palestiniens que ces blocs feront partie d’Israël dans les négociations futures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...