Herzog devient le 11e président lors d’une journée de fastes et de cérémonies
Rechercher

Herzog devient le 11e président lors d’une journée de fastes et de cérémonies

Le nouveau président prêtera serment sur la même Bible que son père ; Rivlin a adressé un courrier ému à son successeur

Le président Reuven Rivlin avec son successeur Issac Herzog et l'épouse d'Herzog Michael. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)
Le président Reuven Rivlin avec son successeur Issac Herzog et l'épouse d'Herzog Michael. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Isaac Herzog prendra ses fonctions de 11e président de l’État d’Israël après une journée de cérémonies organisées aujourd’hui aux côtés du chef de l’État sortant, Reuven Rivlin.

La journée va commencer par le dévoilement officiel du buste de Reuven Rivlin dans le jardin des statues de la résidence officielle du président.

La sculpture a été installée lundi aux côtés des statues des prédécesseurs de Rivlin, deux jours avant la fin de son mandat de sept ans.

Sur une plaque, une citation de Rivlin : « Sans la capacité d’écouter, il n’y a pas de capacité à apprendre. Sans la capacité d’apprendre, il n’y a pas de capacité à guérir. »

Au cours de son mandat, Rivlin aura constamment bénéficié d’une importante popularité auprès du public, affichant une forte détermination à représenter l’ensemble des diverses communautés israéliennes et une compassion manifeste qui aura touché les Israéliens.

Dans l’après-midi, Herzog prêtera serment à la Knesset. Il prêtera serment sur une Bible vieille de 107 ans – la même que celle sur laquelle son père, Chaim Herzog, avait pris ses propres engagements lors de son investiture de président en 1983. La Bible a survécu aux deux guerres mondiales et a été offerte à sa grand-mère par le père de celle-ci la veille de son mariage.

Le nouveau chef de l’État prononcera ensuite un discours en séance plénière de la Knesset. Dans cette allocution, il devrait évoquer les divisions et les clivages dans la société israélienne, les moyens de retrouver l’union et les outils nécessaires pour préserver au mieux la démocratie israélienne, a noté le site d’information Ynet, mercredi.

Après un toast qui sera porté à la réussite du président dans ses nouvelles fonctions, qui aura lieu au Parlement, Herzog se rendra à la résidence du président pour la cérémonie de passation de pouvoir avec Rivlin.

Attendant Herzog sur son bureau, une lettre personnelle écrite par Rivlin et adressée au nouveau président.

« La vérité est que je ressens une sorte d’envie à votre égard. Vous allez découvrir très rapidement le privilège extraordinaire qui vous incombe désormais », aurait écrit Rivlin dans la missive, selon la presse israélienne.

« Au cours des sept prochaines années, vous allez rencontrer ces hommes et ces femmes qui forment les citoyens et les citoyennes d’Israël. Je vous le dis par avance, vous allez désirer les étreindre, toutes et tous. Vous allez vouloir pleurer à leurs côtés et rire à leurs côtés, vous allez vouloir vous enthousiasmer à leurs côtés », a ajouté Rivlin dans son courrier.

Le président Reuven Rivlin lit un livre à des enfants à l’école maternelle Hadas, le 3 janvier 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Reprenant des thématiques abordées dans un discours en 2015 dans lequel il avait mis en garde contre la détérioration de l’unité au sein de la société israélienne, Rivlin a écrit que « dans les tribus, à l’ombre des controverses et des divisions, vous trouverez des esprits courageux qui ne vous parleront pas de ce ‘vivre ensemble’ : ils le vivent, c’est tout. Jour après jour, heure après heure. Dans leurs foyers, ils sont de droite ou de gauche, Juifs ou Arabes, citoyens israéliens de naissance ou nouveaux immigrants, religieux ou non, jeunes ou plus âgés. Ce sont des personnalités issues de toutes les confessions, de tous les secteurs et de toutes les ethnies. Tous Israéliens. Ils sont beaux, ils éclairent la voie de l’avenir, ils sont généreux. Ils ont un cœur, un courage qu’aucun mot ne saurait décrire ».

Rivlin a aussi mis en garde son successeur sur les difficultés émotionnelles de sa fonction, racontant comment son sommeil avait parfois été perturbé face aux histoires dures des personnes qu’il avait été amené à rencontrer.

« Vous serez surpris. Vous tomberez amoureux. Vous ressentirez de la fierté. Vous prendrez les choses à cœur », a continué la lettre.

« À de nombreuses occasions, lors de voyages, lors de réunions, j’ai pu penser que ce titre de ‘Citoyen numéro un’ était simplement apparu parce que notre peuple est le numéro 1. Et j’en suis aujourd’hui convaincu », a-t-il noté.

Le buste du président Reuven Rivlin réalisé par l’artiste Sigalit Landau dans l’Avenue des présidents à la résidence présidentielle, le 5 juillet 2021. (Crédit : Haim Zach/ GPO)

Herzog, ancien responsable de l’Agence juive et ex-leader du Parti travailliste, a remporté plus de votes à la Knesset lors du scrutin qui a eu lieu début juin que n’importe quel autre candidat à la présidence dans toute l’histoire du pays.

Avant la cérémonie, Hezrog a prié au mur Occidental et, dans la note glissée dans une fissure du mur, il a écrit qu’il se consacrerait « à l’unité au sein de notre population et à l’amour d’Israël ».

En tant que onzième président de l’État juif, il a déclaré qu’il fera tout ce qu’il pourra pour « apporter une contribution significative à notre unité et une contribution significative à l’apaisement des esprits », ajoutant qu’il s’efforcera d’encourager « l’amour que nous nous portons les uns aux autres ».

Le président-élu Isaac Herzog au mur Occidental, le 6 juillet 2021. (Crédit : Noam Rivkin Fenton)

Herzog, fils d’un ancien président, a remporté les voix de 87 députés à la Knesset, forte de 120 membres, et a été ainsi élu 11e président d’Israël – un poste qui est largement honorifique. Miriam Peretz, militante et éducatrice lauréate du prix Israël qui a perdu deux fils de soldats dans les guerres d’Israël, qui s’était également présentée, a de son côté été soutenue par 26 législateurs lors du scrutin.

Après le vote, Rivlin avait téléphoné à son successeur fraîchement élu pour le féliciter.

« Je vous envoie mes salutations les plus chaleureuses, Monsieur le Président ! », a déclaré Rivlin dans un communiqué. « Le titre de ‘premier citoyen’ et la tâche de protéger le caractère de l’État d’Israël, en particulier en ce moment, sont de lourdes responsabilités. Je ne doute pas que vous les supporterez superbement. Je suis fier de vous transmettre le flambeau. »

Herzog, qui était le principal adversaire de Netanyahu aux élections législatives de 2015, avait déclaré qu’il espérait « pouvoir travailler avec n’importe quel gouvernement et avec n’importe quel Premier ministre ».

Le président israélien joue un rôle clé pour décider qui obtient le mandat pour former un gouvernement après les élections. Le président a également le pouvoir de gracier et d’accorder sa clémence, ce qui pourrait devenir essentiel si Netanyahu était condamné dans son procès pour corruption en cours.

Le président élu Isaac Herzog avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset après l’élection de Herzog, le 2 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

À l’approche du vote, Herzog avait refusé de dire s’il envisagerait d’accorder sa grâce à Netanyahu, qui n’avait soutenu aucun des deux candidats.

Avocat nanti de profession dans l’un des meilleurs cabinets du pays (fondé par son père), Herzog a une histoire familiale l’élevant au rang d’une certaine aristocratie israélienne. Il est le petit-fils du premier grand rabbin ashkénaze d’Israël, Isaac Herzog, dont il porte le nom, est le fils de l’ancien général de division de Tsahal devenu président, Haim Herzog. Son frère Michael est un général de brigade de Tsahal à la retraite. Sa tante Suzy était l’épouse de l’ancien ministre des Affaires étrangères, le légendaire Abba Eban.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...