High-tech : 3 ONG veulent y accroître le nombre d’Arabes, Ethiopiens et haredim
Rechercher

High-tech : 3 ONG veulent y accroître le nombre d’Arabes, Ethiopiens et haredim

Leur collaboration a été annoncée à l'AIPAC; KamaTech, Tech-Career et Tsofen vont aider ceux qui sont restés en marge du développement technologique en Israël

Des étudiants de Tech-Career qui cherchent à intégrer des start-up en Israël 
(Shoshanna Solomon/Times of Israel)
Des étudiants de Tech-Career qui cherchent à intégrer des start-up en Israël (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Trois ONG israéliennes ayant pour objectif de propulser les populations les moins favorisées d’Israël à bord du train de la high-tech vont unir leurs forces dans le but d’intégrer les Juifs ultra-orthodoxes et les Israéliens éthiopiens et arabes au secteur de la tech.

La collaboration a été annoncée lors de la conférence de l’AIPAC à Washington par les ONG KamaTech, Tech-Career et Tsofen, qui œuvrent toutes les trois de leur côté pour favoriser la diversité dans l’écosystème de la high-tech et y accroître la présence des populations sous-représentées.

Ce partenariat survient alors que le secteur manque cruellement de main d’œuvre qualifiée. Pour accélérer sa croissance, la high-tech israélienne aurait besoin de 12 à 15 000 professionnels qualifiés supplémentaires chaque année, d’après Start-Up Nation Central, qui se consacre au secteur et a également mis en place une coalition de partenaires, dont des ONG, destinée à attirer les femmes arabes et ultra-orthodoxes.

« Le seul moyen de combler ce manque est de s’adresser aux minorités d’Israël, dont les talents inexploités constituent la plus importante ressource potentielle capable de répondre à ce défi, » ont expliqué les trois ONG dans un communiqué conjoint.

De jeunes diplômés se forment au centre Tsofen de Nazareth (Crédit : Tsofen)

Ces 15 dernières années, KamaTech, Tech-Career et Tsofen ont chacune essayé de placer des Israéliens issus des communautés ultra-orthodoxes, éthiopienne et arabe, respectivement, dans des emplois du secteur des hautes-technologies en proposant des formations spécialisées intensives et en les aidant en ce qui concerne, notamment, les entretiens d’embauche, de présentation et de rédaction de CV.

KamaTech cherche à promouvoir et à intégrer les femmes et les hommes ultra-orthodoxes dans l’industrie de la haute technologie israélienne. L’organisation travaille avec les plus importantes entreprises du secteur en Israël, dont Google, Facebook et Mobileye.

Tech-Career a été fondé par et pour des Israéliens d’origine éthiopienne pour leur permettre d’avoir les compétences nécessaires afin d’accéder à l’industrie de la haute-technologie du pays. Tsofen vise à intégrer les Arabes israéliens dans le domaine de la haute technologie.

Des membres de l’accélérateur KamaTech à un événement à New York en décembre dernier. (Photo personnelle)

Grâce à cette collaboration, les trois ONG superviseront ensemble des formations technologiques qui aboutiront à la création d’un programme global de recrutement, de formation et de placement. Les trois organisations partageront leur meilleures méthodes afin de créer des économies d’échelle, et mettre en place un modèle pour encourager les industries technologiques afin de promouvoir l’inclusion dans les pratiques de recrutement et de fournir des opportunités de formation continue, a déclaré Takele Mekonen, PDG de Tech-Carrière, dans un communiqué.

Le programme de formation technologique pilote a reçu le soutien de l’ambassade américaine.

« La haute technologie et l’entreprenariat constituent les fleurons des sociétés américaines et israéliennes. Le monde se tourne vers les Etats-Unis et Israël à la recherche de nouvelles idées, de nouveaux modèles. Nous croyons aussi dans la force d’une société diverse, une société dans laquelle des gens de toutes les origines ethniques, religieuses et culturelles peuvent contribuer », a déclaré Elizabeth Fritschle, attaché culturel de l’ambassade américaine en Israël, dans le communiqué.

Des étudiants de Tech-Career espérant accéder au monde la start-up israélien (Crédit : Shoshanna Solomon/Times of Israel)

« Le projet est clairement… gagnant-gagnant, a déclaré Moshe Friedman, PDG de Kama-Tech. Ce partenariat révolutionnaire va conduire l’industrie et l’économie de la haute technologie en Israël vers de nouveaux sommets, en renforçant la société israélienne et en fournissant des chances égales pour toutes les communautés en Israël afin qu’elles puissent intégrer l’industrie florissante et croissante de la haute technologie israélienne ».

Mekonen de Tech-Career a affirmé que « sans sécurité économique et sans égalité économique, il n’y a pas d’égalité sociale. Nous allons partager nos connaissances et nos expériences pour créer un ‘triple avantage’ de nos connaissances partagées – et le résultat final va bénéficier à la société israélienne dans son ensemble ».

« La société arabe offre un potentiel significatif de talents humains dans des domaines pertinents – avec un nombre croissant d’étudiants arabes qui suivent des formations dans le domaine de la haute-technologie au sein d’établissements israéliens d’enseignement supérieur. Les talents arabes peuvent assurer la pérennité de la Startup Nation dans les prochaines décennies. Afin d’encourager l’intégration des Arabes dans l’industrie de la haute-technologie, l’état et les investissements philanthropiques sont fondamentaux. Ensemble, nous pouvons promouvoir une société commune et durable en Israël », a déclaré Sami Saadi, PDG de Tsofen.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...