Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

i24 en hébreu veut devenir la 1e chaîne d’info en continu d’Israël. Qui sera l’audience ?

Après avoir réduit ses émissions en anglais, en français et en arabe, la chaîne n'a toujours pas le droit de diffuser en Israël via câble, mais elle compte sur une réforme du gouvernement pour évoluer

Miri Michaeli, présentatrice d'i24, dans son monologue inaugural lors de la première en hébreu de la chaîne, le 30 juin 2024. (Capture d'écran)
Miri Michaeli, présentatrice d'i24, dans son monologue inaugural lors de la première en hébreu de la chaîne, le 30 juin 2024. (Capture d'écran)

Les Israéliens à la recherche du journal télévisé du soir ont désormais cinq options différentes, après le lancement de la chaîne en hébreu i24 en début de semaine.

Même pour la population israélienne avide d’informations, le marché est très serré, car la chaîne rejoint un groupe très dense, en concurrence avec le puissant pilier qu’est la Douzième chaîne, la Treizième chaîne qui est en perte de vitesse, la Onzième chaîne (Kan) financée par l’État et un nouveau venu, la Quatorzième chaîne, feu follet de la droite.

Mais ni la concurrence acharnée, ni les restrictions légales israéliennes ne semblent dissuader la chaîne, vieille de dix ans, de s’attaquer au marché local en lançant dimanche soir sa chaîne d’information en hébreu, accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

i24 a déclaré qu’elle ne servait aucun programme politique, bien que des observateurs aient estimé qu’elle cherchait à se conformer à un moule de droite mais moins enflammé que la Quatorzième chaîne – et à combler le vide laissé par l’arrêt des émissions de cette chaîne pendant Shabbat.

Oren Persico, journaliste au site de surveillance des médias de gauche The Seventh Eye, a suggéré que les bailleurs de fonds de la chaîne ne sont pas nécessairement intéressés par le succès commercial.

« Pour ce qui est de savoir s’il y a de la place dans le paysage médiatique commercial, la réponse est non », a analysé Persico, notant que les trois chaînes commerciales actuelles « ne sont pas toutes en mesure, même aujourd’hui, de subvenir à leurs besoins. Mais ce n’est pas la motivation des propriétaires des chaînes de télévision en Israël ; ils ne sont pas entrés sur le marché pour gagner de l’argent grâce à leurs médias. »

Mais alors qu’est-ce qui motive exactement le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi, propriétaire d’i24 ?

Le président du groupe français de télécommunications et de médias Altice, Patrick Drahi, arrive pour une audition devant la commission parlementaire sur la concentration des médias au Sénat français, à Paris, le 2 février 2022. (Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Dans le monologue inaugural de dimanche soir, la présentatrice principale Miri Michaeli a promis de « toujours atteindre la vérité – pas la vérité d’une personne ou d’une autre, mais la vérité. Nous vous présenterons les faits tels qu’ils sont, et nous vous montrerons l’image complète, afin que vous puissiez décider par vous-mêmes de ce que vous pensez… nous promettons de ne servir aucun agenda politique. De quel côté sommes-nous ? De votre côté. »

Malgré cette déclaration préliminaire, les commentateurs des médias israéliens n’ont pas été si facilement convaincus. Un éditorialiste du Maariv a décrit la nouvelle chaîne comme « la Quatorzième chaîne déguisée » ; un rédacteur du site d’information Walla a déclaré que la chaîne était « légèrement (à modérément) orientée vers la droite » et le site Ice media a souligné qu’il n’y avait pas assez de « représentation de la gauche » – et qu’elle se distinguait.

Un article paru dans Walla au début de l’année suggérait que le nouveau réseau était destiné à fournir « une réponse au sentiment de la droite que l’arène médiatique de droite est ‘abandonnée’ pendant Shabbat ».

Dans un billet paru sur le site d’information Ynet, Guy Leiba a suggéré que « la liste des analystes et des reporters laisse présager un public de droite, mais la première émission du soir, dirigée par Miri Michaeli, était relativement équilibrée et, dans l’ensemble, ne ressemblait pas à une déclinaison de la Quatorzième chaîne. Ce n’est pas une émission d’information qui va inquiéter le gouvernement, mais ce n’est pas non plus une émission qui va faire perdre la tête à ses opposants et les pousser à tweeter furieusement ».

Now streaming

Bien que la chaîne fonctionne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, y compris pendant Shabbat, sa portée reste considérablement limitée en raison d’une loi que son propriétaire s’efforce de contourner depuis des années – et il pourrait prochainement y parvenir.

M. Drahi, propriétaire d’i24, dirige le géant multinational des télécommunications Altice – la société mère du câble-opérateur israélien HOT – ainsi que la maison de vente aux enchères Sotheby’s. Le fait qu’il soit propriétaire de HOT le rend inéligible à la direction d’un réseau d’information dans le pays, conformément aux règles de l’organisme qui régit la radiodiffusion en Israël.

Lorsque i24 a été lancée en 2013 avec des émissions en anglais, en français et en arabe basées en Israël, il lui a été interdit de les diffuser à l’intérieur du pays. En 2018, elle a finalement obtenu le droit de diffuser localement – mais uniquement en langues étrangères – à la suite d’une loi adoptée par la Knesset allant en ce sens.

Drahi a passé des années, jusqu’à présent sans succès, à travailler pour obtenir le droit de diffuser des informations en hébreu, y compris, semble-t-il, en lançant des appels personnels au Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le lancement de cette semaine a donc été limité aux fournisseurs de télévision par Internet, et la chaîne n’est pas disponible à ceux qui ont un accès traditionnel par câble ou satellite. La chaîne semble parier sur le fait que la réforme promise par le ministre des Communications, Shlomo Karhi, visant à assouplir les conditions d’obtention d’une licence de diffusion d’informations, finira par entrer en vigueur.

Le ministre des Communications Shlomo Karhi arrivant à une réunion de faction du Likud à la Knesset, le 8 janvier 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le plan de Karhi, dévoilé l’année dernière, prévoit, entre autres changements, d’abolir en grande partie les règles régissant la diffusion des informations en Israël, ce qui permettrait à i24 d’opérer librement sur la télévision israélienne traditionnelle.

La proposition du ministre des Communications – qui a alarmé de nombreux analystes des médias – a été mise de côté alors que le gouvernement se concentrait sur la réforme du système judiciaire et, plus tard, sur la guerre. Mais après le lancement de i24 cette semaine, Karhi a publié une vidéo dans laquelle il déclare que « le nouvel esprit qui souffle dans les couloirs des médias israéliens peut déjà être ressenti » et s’engageant à présenter ses réformes à la Knesset lorsqu’elle reviendra de ses vacances d’été à l’automne.

Même si le projet de Karhi n’est pas adopté, Persico estime que i24 pourrait avoir un impact significatif sur le marché. « Je pense que dès qu’elle sera disponible via le streaming en ligne et les téléviseurs intelligents, elle deviendra largement accessible. Les personnes qui utilisent encore les réseaux câblés traditionnels « sont en train de disparaître, et de plus en plus de gens passent aux applications télévisées et à la diffusion en continu sur l’internet ».

Avec un marché aussi saturé, les analystes se sont demandé quelles chaînes souffriraient le plus de l’arrivée du nouveau venu – la puissante Douzième chaîne, qui attire régulièrement deux fois plus de téléspectateurs que ses concurrents, la Treizième chaîne, en perte de vitesse, qui fait face à une guerre civile interne après que les employés ont menacé de faire grève pour protester contre la nomination de Yulia Shamalov Berkovich, ancienne députée de Kadima, au poste de PDG, ou la Quatorzième chaîne, qui s’adresse vraisemblablement à un public ayant les mêmes préoccupations. (La Onzième chaîne est une télévision publique financée par l’État et ne dépend donc pas des téléspectateurs pour survivre).

« Il est difficile de faire des prédictions, mais je pense que les Douzième et Treizième chaînes sont les plus susceptibles de perdre des téléspectateurs au profit d’i24 », a déclaré Persico, car elles restent les acteurs dominants. Une telle décision serait conforme à la volonté de Netanyahu de soutenir cette entrée, de nuire à tout média fort qui ne correspond pas à son programme, a-t-il ajouté.

Passage à l’hébreu

Avant le lancement de sa chaîne en hébreu, i24 a licencié ou réduit le rôle d’un certain nombre de journalistes travaillant sur les émissions en anglais, en français et en arabe. Dans un communiqué, le PDG Frank Melloul a démenti les rumeurs selon lesquelles les autres chaînes seraient fermées, mais a admis que jusqu’à 17 heures chaque jour, les réseaux français, anglais et arabe diffuseraient à la place la version hébraïque d’i24 avec des traductions planifiées fournies par une intelligence artificielle.

Le PDG d’i24 News, Frank Melloul (R), s’entretient avec des employés au siège d’i24 à Jaffa, le 15 juillet 2021. (Crédit : Emmanuel DUNAND / AFP)

Tout cela s’inscrit dans le contexte des difficultés juridiques et financières rencontrées par Drahi au cours de l’année écoulée, alors qu’il a vendu des éléments d’Altice pour couvrir d’importantes dettes tout en faisant face à une vaste enquête sur la corruption qui a ébranlé l’entreprise de télécommunications.

Néanmoins, le lancement de la chaîne en hébreu s’est accéléré au cours des derniers mois, avec l’embauche d’une série de visages familiers des Israéliens, à commencer par Michaeli, qui a déjà travaillé pour les Douzième et Treizième chaînes. Elle a récemment dirigé un réseau d’information éphémère alimenté par l’IA sur les réseaux sociaux, qui s’est rapidement orienté vers la défense d’Israël sur la toile en ligne au début de la guerre et qui a semblé s’éteindre par la suite.

La chaîne a également engagé Zvi Yehezkeli, un commentateur de droite bien connu qui a passé plus de vingt ans au sein de la Treizième chaîne et à sa prédécesseure, la Dixième chaîne, et qui a fait sourciller pour avoir suggéré qu’à la suite de l’attaque du Hamas du 7 octobre, les forces israéliennes auraient dû tuer 100 000 habitants de Gaza, sans faire de distinction entre les terroristes et les civils.

i24 a également recruté Oren Weigenfeld de la Douzième chaîne, Naveh Dromi de la Quatorzième chaîne, Yosi Yehoshua de Ynet, Niv Gilboa de la Treizième chaîne et une multitude de jeunes reporters pour son ambitieuse plateforme d’information en continu.

Des employés de i24 travaillent au siège de la chaîne d’information à Jaffa, près de Tel Aviv, le 15 juillet 2021. (Crédit : Emmanuel DUNAND / AFP)

La chaîne a toujours été claire quant à l’intention qui sous-tend ses émissions à l’étranger. Melloul avait déjà déclaré que les chaînes internationales existent « en particulier parce qu’une grande partie des médias internationaux relaient la rhétorique pro-palestinienne ».

« Nous avons donné la parole chaque jour sur nos ondes à des familles des victimes et des survivants des attentats, et nous nous sommes attachés à montrer les faits, rien que les faits, même lorsqu’ils étaient indicibles et douloureux. Aujourd’hui, un nouveau défi nous attend », a-t-il ajouté.

Dans son monologue d’ouverture, Miri Michaeli a fait allusion à une telle approche, déclarant que la chaîne « raconterait tout, y compris ce qui est mauvais – mais nous n’oublierons pas de vous dire ce qui est bon dans notre pays… Nous sommes des Israéliens qui aimons ce pays et ce peuple avec toute sa diversité – toujours ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.