Implantations: la nouvelle politique US, pas « un feu vert à l’annexion » – médias
Rechercher

Implantations: la nouvelle politique US, pas « un feu vert à l’annexion » – médias

Des membres de l'administration américaine ont indiqué que l'annonce de Pompeo ne doit pas être perçue comme une carte blanche à la construction non encadrée d'implantations

L'ambassadeur américain en Israël David Friedman s'exprime lors d'un rassemblement de chrétiens pro-israéliens à Jérusalem, le 6 octobre 2019 (Crédit : David Azagury, US Embassy Jerusalem)
L'ambassadeur américain en Israël David Friedman s'exprime lors d'un rassemblement de chrétiens pro-israéliens à Jérusalem, le 6 octobre 2019 (Crédit : David Azagury, US Embassy Jerusalem)

Des responsables américains ont affirmé mardi à la télévision israélienne que la nouvelle politique américaine, consistant à ne plus considérer les implantations de Cisjordanie et de Jérusalem-Est illégales « ne doit pas être perçue comme un feu vert à l’annexion par Israël de pans de la Cisjordanie, ni à la construction non encadrée d’implantations ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a plusieurs fois promis d’appliquer la souveraineté israélienne sur la Vallée du Jourdain s’il parvenait à former un gouvernement, dans un contexte d’impasse politique. Il a indiqué que Washington accepterait cette démarche, qui serait réalisée avec « une coordination maximale » avec les Etats-Unis.

Des membres de l’administration Trump ont déclaré à la Treizième chaîne que ce qui a motivé l’annonce faite par Pompeo lundi était le désir de renverser des décisions prises par l’administration Obama.

Ils ont également déclaré que l’ambassadeur américain en Israël David Friedman était la force motrice derrière cette annonce de Washington.

Lors d’un événement célébrant cette annonce, des chefs d’implantations ont également déclaré mardi au Times of Israël que Friedman avait personnellement initié cette transition.

Friedman, connu pour ses liens étroits avec le mouvement des implantations, a initié ce changement de politique peu après l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, mais Rex Tillerson, alors secrétaire d’Etat, s’y était opposé, selon la Treizième chaîne.

Friedman aurait de nouveau soumis la question à Pompeo, quand ce dernier a remplacé Tillerson en avril 2018 et avait alors reçu « le feu vert » de l’administration Trump pour réécrire la politique américaine sur la question des implantations israéliennes.

Les responsables américains à la Maison Blanche avaient donné à Pompeo et à son équipe « carte blanche » pour rédiger la nouvelle politique, et une équipe spéciale de juristes du département d’Etat a été formée pour étudier la question et organiser des consultations avec le conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères israélien.

Le mois dernier, l’équipe a présenté à Pompeo une opinion juridique soulignant la nouvelle politique américaine. Pompeo l’a approuvée et a reporté son annonce à cause de deux jours de tensions entre Israël et les groupes terroristes à Gaza.

Au début de la semaine, les autorités américaines ont indiqué à Israël qu’elles se préparaient à annoncer la nouvelle politique, mais ont demandé s’ils devaient encore la reporter, craignant d’exacerber les tensions avec Gaza. Les responsables à Jérusalem ont indiqué qu’il n’y avait rien à craindre et ont encouragé Washington à faire son annonce, a indiqué le reportage.

La Maison Blanche avait informé Kakho lavan en amont, afin d’éviter de donner l’impression d’ingérer dans les politiques israéliennes. Gantz tente actuellement de former un gouvernement, mais ses chances semblent assez minces, alors que l’échéance se termine ce mercredi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...