Inauguration du nouveau train rapide à Jérusalem pour « connecter le pays »
Rechercher

Inauguration du nouveau train rapide à Jérusalem pour « connecter le pays »

La construction de la ligne directe entre les deux principaux centres urbains d'Israël a duré 18 ans

Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz, à gauche, et le ministre des Affaires étrangères Bezalel Smotrich à la gare Yitzhak Navon dans le centre de Jérusalem pour l'inauguration du train rapide entre Jérusalem et Tel Aviv, le 18 décembre 2019. 
(Ministère des Transports)
Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz, à gauche, et le ministre des Affaires étrangères Bezalel Smotrich à la gare Yitzhak Navon dans le centre de Jérusalem pour l'inauguration du train rapide entre Jérusalem et Tel Aviv, le 18 décembre 2019. (Ministère des Transports)

Des hauts responsables du transport en Israël se sont rassemblés mercredi dans le centre de Jérusalem pour inaugurer officiellement le train rapide qui relie Jérusalem et Tel Aviv, – que l’on attendait depuis longtemps.

La construction de la ligne directe entre les deux principaux centres urbains d’Israël a duré 18 ans. Son ouverture prévue samedi soir a lieu 11 ans après la date prévue à l’origine pour achever les travaux.

« Après des années de travail difficile et de lutte, Jérusalem est relié à Tel Aviv, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Israël Katz qui, en tant que ministre du Transports de 2009 jusqu’à récemment, a supervisé une grande partie des travaux de construction.

« Je l’appelle la ligne du Roi David, qui relie la Ville de David au reste du pays, a-t-il dit. La ligne va fortement renforcer Jérusalem et le pays dans son ensemble ».

Betzalel Smotrich, l’actuel ministre des Transports, s’est également félicité de l’ouverture de la nouvelle ligne.

« Avec tout ce que l’on dit sur un ‘Israël de premier plan’ et un ‘Israël de second plan' », en référence au débat public sur les inégalités économiques, « et ‘l’Etat de Tel Aviv’ et ‘l’Etat de Jérusalem’, ici nous construisons un pont. Malgré tous nos désaccords, nous ne pouvons pas nous permettre d’être divisés. Nous devons plutôt construire de nouvelles routes et de nouvelles lignes de train, parce que nous sommes un seul peuple ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...