Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Inde: Explosion près de la mission israélienne, une lettre adressée à l’envoyé trouvée à proximité

Personne n’a été blessé dans l'explosion, qui survient dans un contexte de menaces croissantes contre les cibles israéliennes et juives à l'étranger

Du personnel de l'ambassade d'Israël et des policiers indiens mènent une opération de recherche après une explosion survenue près de l'ambassade à New Delhi, le 26 décembre 2023. (Crédit : Arun Sankar/AFP)
Du personnel de l'ambassade d'Israël et des policiers indiens mènent une opération de recherche après une explosion survenue près de l'ambassade à New Delhi, le 26 décembre 2023. (Crédit : Arun Sankar/AFP)

Une explosion s’est produite mardi près de l’ambassade d’Israël à New Delhi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Il n’y a eu aucun blessé dans l’explosion, qui serait probablement une attaque terroriste.

Les réseaux d’information indiens ont indiqué qu’une lettre adressée à l’ambassadeur israélien avait été retrouvée à proximité du lieu de l’explosion. L’Indian Express a rapporté que la lettre était dactylographiée et « injurieuse ». Aucun autre détail n’a été donné.

Le journal indique que les enquêteurs s’efforçaient d’établir s’il y avait un lien entre la lettre et l’explosion.

La scène d’une explosion près de l’ambassade d’Israël à New Delhi, en Inde, le 26 décembre 2023. (Capture d’écran via ANI utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que les responsables de la sécurité israélienne travaillaient avec les autorités indiennes locales sur l’enquête.

Dans une interview accordée à la télévision indienne, le porte-parole de l’ambassade, Guy Nir, a déclaré que le personnel avait entendu l’explosion depuis l’intérieur du bâtiment.

« Nous avons entendu une détonation vers 17h08. Nous avons trouvé qu’elle était proche, et nous avons découvert ensuite qu’elle avait eu lieu à proximité immédiate de l’ambassade », a déclaré Nir. « La police de Delhi et notre équipe de sécurité sur place enquêtent sur la situation. »

L’ambassadeur adjoint en Inde, Ohad Nakash Kaynar, a déclaré à Asian News International que les équipes de sécurité israéliennes « travaillaient en pleine coopération avec la sécurité locale de Delhi et qu’elles enquêteront plus en profondeur sur la question ».

Dans la foulée de l’explosion, le Conseil de sécurité nationale a publié un avis appelant les Israéliens présents en Inde, et en particulier à New Delhi, à faire preuve d’une prudence accrue.

L’avis appelle à éviter les zones très fréquentées telles que les centres commerciaux et les marchés, ainsi que les sites associés aux Juifs et aux Israéliens ; de redoubler de vigilance dans les lieux publics ; de s’abstenir d’afficher des symboles israéliens ; d’éviter les événements bondés qui ne sont pas sécurisés ; et de ne pas partager de photos sur les réseaux sociaux qui pourraient révéler leur localisation.

Plus tôt ce mois-ci, le Conseil de sécurité nationale avait déjà réitéré sa recommandation aux Israéliens de reconsidérer tout voyage à l’étranger et avait appelé ceux qui doivent impérativement voyager d’éviter d’afficher leur identité juive et israélienne, alors que l’antisémitisme connait une hausse à travers le monde depuis qu’Israël combat le groupe terroriste du Hamas à Gaza.

En 2021, une explosion devant l’ambassade d’Israël à New Delhi avait endommagé des voitures sans faire de blessé, lors d’une attaque qui, selon l’Inde, avait été menée par la Force Al-Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique iraniens.

La police indienne après une explosion près de l’ambassade israélienne à New Delhi, le 29 janvier 2021. (Crédit : Sajjad Hussain/AFP)

En février 2012, l’épouse de l’attaché militaire israélien avait été blessée dans un attentat à la voiture piégée à New Delhi.

La police indienne a conclu que le Corps des Gardiens de la révolution islamique iraniens était à l’origine de cet attentat à la bombe, mené dans le cadre d’une série de tentatives d’attaques attribuées à l’Iran lors de cette période contre des cibles israéliennes à travers le monde.

L’explosion de mardi est survenue un jour après qu’un officier supérieur du CGRI a été tué lors d’une prétendue frappe aérienne israélienne dans la capitale syrienne, Damas, ont rapporté les médias iraniens.

Selon l’agence de presse semi-officielle iranienne Tasnim, le brigadier-général Razi Mousavi a été tué lors d’une frappe dans la banlieue de Damas, à Sayeda Zeinab.

L’officier du CGRI Razi Mousavi, tué le 26 décembre 2023 à Damas, avec l’ancien chef de la Force Al-Qods du CGRI, Qassem Soleimani, tué dans une frappe de drone américain à Bagdad en janvier 2020. (Via l’agence de presse Tasnim)

Le président iranien Ebrahim Raissi a promis qu’Israël « paierait certainement pour ce crime ».

Le principal porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a refusé de commenter ces informations lors d’une conférence de presse lundi soir. Bien que l’armée israélienne ne fasse généralement pas de commentaires sur des frappes spécifiques en Syrie, elle a admis avoir mené des centaines d’opérations contre des groupes terroristes soutenus par l’Iran qui ont tenté de s’implanter dans le pays au cours de la dernière décennie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.