Rechercher

Interdite, légale ou tolérée: tour d’horizon de la polygamie

A l'ONU, on estime que les mariages polygames constituent une discrimination vis-à-vis des femmes et ont recommandé leur interdiction

Illustration. Polygamie. (Crédit : iStock)
Illustration. Polygamie. (Crédit : iStock)

La polygamie, ou le fait d’être marié à plusieurs personnes, est une pratique interdite dans une grande partie du monde, tout en restant parfois tolérée, voire légale dans plusieurs dizaines de pays.

A l’ONU, la Commission des droits de l’homme ainsi que le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes estiment que les mariages polygames constituent une discrimination vis-à-vis des femmes et ont recommandé leur interdiction.

Polygynie, polyandrie

Au sein de la polygamie, on distingue la polygynie, situation où un homme a plusieurs épouses, et la polyandrie, beaucoup plus rare, où une femme a plusieurs maris.

Autres variantes, la polygamie sororale (avec plusieurs soeurs), ou la polyandrie fraternelle (avec plusieurs frères, une tradition ancestrale au Népal).

Répandue surtout en Afrique

Environ 2 % de la population mondiale vit dans des foyers polygames, et dans une large majorité de pays cette proportion est inférieure à 0,5 %, selon une étude de 2019 de Pew Research Center portant sur 130 pays et territoires.

La polygamie est interdite dans une grande partie du monde, comme en Europe. Et elle est légale dans une partie du Moyen-Orient et de l’Asie, sans y être fréquente.

C’est en Afrique subsaharienne qu’elle est le plus pratiquée, par 11% de la population, selon Pew Research Center.

Elle est notamment répandue dans une série de pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale : Burkina Faso (36%), Mali (34%), Gambie (30%), Niger (29%), Nigeria (28%), Guinée (26%), Guinée Bissau (23%), Sénégal (23%), Togo (17%), Tchad (15%), Cameroun (13%), Côte d’Ivoire (12%), Bénin (9%), Centrafrique (8%), République démocratique du Congo (2%).

Deux femmes vêtues des perles de mariage avec le chef. L’autre femme est fiancée au chef et attend qu’il vienne chercher la dot, au lac Turkana, au Kenya, le 15 juin 2018. . Le peuple turkana pratique la polygamie. (Crédit : iStock)

Dans la majorité des pays ouest-africains, la loi civile « autorise un homme à épouser jusqu’à quatre femmes sous certaines conditions, notamment la capacité financière de subvenir aux besoins de plusieurs épouses et familles », selon une étude de l’OCDE. En réalité, une union polygame se limite généralement à deux femmes par couple.

L’OCDE distingue trois situations en Afrique de l’Ouest: polygamie interdite par la loi civile mais quand même répandue (Bénin, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée et Nigeria), polygamie reconnue par la loi civile, ou bien polygamie reconnue par le droit coutumier et/ou des pratiques religieuses.

Au Nigeria, la polygamie est ainsi interdite au niveau fédéral, mais pratiquée dans 12 Etats du Nord où la charia (loi islamique) a été instaurée.

Références religieuses

L’islam autorise les hommes à avoir jusqu’à quatre épouses, à condition que chacune d’elles soit traitée de manière équitable.

Cheikh Ahmed al-Tayeb, le grand imam de l’institution de l’islam sunnite Al-Azhar qui siège au Caire, a déclaré en 2019 que « la polygamie est souvent une injustice envers la femme et des enfants », estimant qu’elle résulte « d’une incompréhension du Coran et de la tradition du Prophète ». « S’il n’y a pas équité il est interdit d’avoir de multiples épouses », a-t-il expliqué.

Historiquement la polygamie avait été encouragée en temps de guerre, alors que beaucoup des veuves et orphelins avaient besoin d’être pris en charge.

La polygamie est néanmoins limitée dans la plupart des pays musulmans. La Tunisie a été le premier pays arabe à la bannir, dès 1956.

La Torah chez les Juifs et le Vieux testament chez les chrétiens citent plusieurs cas de mariages multiples, mais la polygamie a été désavouée par leurs religions au Moyen-Age.

Aux Etats-Unis, plusieurs dizaines de milliers de fondamentalistes mormons vivant dans le grand Ouest pratiquent toujours la polygamie.

L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, autre nom de l’Église mormone, basée à Salt Lake City (Utah), interdit toutefois la polygamie depuis 1890. Son fondateur Joseph Smith a eu lui-même entre 30 et 40 femmes, dont une de 14 ans, a révélé cette Eglise en 2014.

Exemples de dirigeants polygames

L’ancien président sud-african Jacob Zuma, un Zoulou, a quatre épouses et au moins 20 enfants.

Le roi du Swatini (ex-Swaziland), Mswati III, a épousé quinze femmes, dont une est décédée, et a plus de 25 enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...