Intervention policière après une ruée vers l’œuf à Rishon Lezion
Rechercher

Intervention policière après une ruée vers l’œuf à Rishon Lezion

La police et des inspecteurs municipaux ont tenté de faire respecter les règles de distanciation sociale alors que les clients patientaient devant deux magasins mitoyens

La police appelée dans un magasin de Rishon Lezion pour gérer les foules venues acheter des œufs, le 5 avril 2020. (Capture d'écran Ynet)
La police appelée dans un magasin de Rishon Lezion pour gérer les foules venues acheter des œufs, le 5 avril 2020. (Capture d'écran Ynet)

La police a été appelée dimanche pour contrôler des foules de clients dans deux magasins de Rishon Lezion après des rumeurs d’un arrivage de la denrée la plus précieuse en cette période de fêtes et de pandémie : les œufs.

La police et des inspecteurs municipaux sont arrivés sur place, selon Ynet, et ont tenté de faire respecter les règles de distanciation sociale alors qu’ils patientaient devant deux magasins mitoyens.

Selon le reportage, l’un des propriétaires d’un magasin a été notifié qu’il devrait fermer si ses clients continuaient à ignorer les directives visant à endiguer la propagation du coronavirus.

Cependant, la situation a été maîtrisée, et les magasins sont restés ouverts, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent à court d’œufs.

Au cours des deux dernières semaines, les Israéliens ont fait état d’un manque généralisé d’œufs dans tout le pays, de nombreux supermarchés étant entièrement fermés, tandis que d’autres n’autorisent à en acheter qu’une ou deux douzaines à la fois ou en conditionnent la vente à des courses s’élevant à plus de 150 shekels.

Illustration : un vendeur d’œufs au marché Machane Yehuda à Jérusalem, le 27 janvier 2018.

La télévision a rapporté qu’un marché noir d’œufs florissant s’était développé, créant potentiellement des risques sanitaires supplémentaires.

Une cargaison d’œufs importés d’Espagne est arrivée dimanche au port d’Ashdod, et une seconde livraison par bateau doit arriver mardi, juste avant Pessah, afin de pallier la pénurie nationale.

Le gouvernement a envoyé une flotte de camions pour aider à décharger les œufs et coordonne l’effort de réapprovisionnement d’Israël avant la fête de Pessah, qui commence mercredi soir, à partir d’un centre logistique spécial, a rapporté la Douzième chaîne.

Israël a subventionné le transport aérien d’urgence de millions d’œufs vers le pays avant les fêtes, a annoncé vendredi le bureau du Premier ministre.

Le communiqué a imputé la pénurie aux récentes difficultés d’importation d’œufs en provenance d’Italie et d’Espagne, deux des pays les plus touchés par le coronavirus. Israël est généralement autosuffisant en œufs, mais les pénuries les plus récentes ont été imputées à des achats motivés par la panique et au stockage.

La Douzième chaîne a indiqué que 10 avions-cargos seront également affectés à l’acheminement d’œufs avant Pessah, notant que la pénurie est estimée à quelque 30 millions d’œufs.

Des employés du port d’Ashdod déchargent des containers d’œufs importés d’Espagne, le 5 avril 2020. (Crédit : Flash90)

Le ministre de l’Agriculture, Tzachi Hanegbi, avait ordonné la semaine dernière une augmentation des importations en provenance d’Espagne, du Portugal, d’Italie et d’Ukraine pour réapprovisionner Israël, qui peut généralement se contenter de se fournir auprès de coopératives locales.

Les responsables ont assuré que la pénurie n’était pas due à des problèmes d’approvisionnement, mais à des achats de masse dictés par la panique.

D’après The Marker, les Israéliens achètent généralement 6 millions d’œufs par jour, mais ce chiffre est récemment passé à 10 millions et la consommation d’œufs augmente généralement d’environ 20 % avant Pessah.

La demande est particulièrement élevée parce que de nombreux Israéliens en consomment beaucoup pendant Pessah, en particulier lors du repas festif du seder.

L’œuf en est un élément central : servi dur le soir du seder, il est également l’ingrédient clé de nombreuses spécialités de cette fête, notamment les boulettes de matsa et le matsa-brei, des beignets de matsa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...