Rechercher

Iran: Arrestation de fidèles bahaïs accusés d’espionnage pour le compte d’Israël

Téhéran considère les fidèles de la foi bahaïe sont considérés comme des hérétiques et des espions car leur siège mondial historique est à Haïfa

Les jardins de Bahaï, à Haïfa. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
Les jardins de Bahaï, à Haïfa. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

L’Iran a annoncé lundi avoir arrêté plusieurs individus appartenant à la minorité religieuse bahaïe, interdite par l’Etat, les accusant d’espionnage en lien avec Israël et de propagation de leur foi.

« Le ministère des Renseignements a arrêté un certain nombre de membres du noyau central du parti d’espionnage bahaï », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Les bahaïs suivent les enseignements de Bahaullah, né en Iran en 1817, qu’ils considèrent comme un prophète et fondateur de leur foi. La communauté bahaïe affirme compter plus de sept millions de fidèles dans le monde.

La République islamique d’Iran, où le chiisme est la religion d’Etat, accorde la liberté de culte à certaines minorités. Mais les fidèles de la foi bahaïe sont considérés comme des hérétiques et des « espions » liés à Israël, ennemi juré de Téhéran, car leur siège mondial historique est à Haïfa.

Les accusés « étaient directement liés au centre sioniste connu sous le nom de Beit-ol-Adl » (la Maison de la Justice), a ajouté le texte, faisant allusion à l’autorité suprême de la communauté bahaïe.

Ils se sont vus « confier la mission » de « diffuser les enseignements bahaïs » et d' »infiltrer les centres éducatifs, en particulier les écoles maternelles à travers le pays », a précisé le texte.

En 2018, l’Assemblé générale des Nations unies a adopté une résolution appelant Téhéran à mettre fin au « harcèlement », à « l’intimidation », et « aux arrestations et détentions arbitraires » des minorités religieuses et à libérer les bahaïs emprisonnés pour leur appartenance religieuse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...