Iran: Kylie Moore-Gilbert aurait été détenue en raison de son conjoint israélien
Rechercher

Iran: Kylie Moore-Gilbert aurait été détenue en raison de son conjoint israélien

Les médias australiens affirment que Kylie Moore-Gilbert a été arrêtée à l'aéroport de Téhéran en 2018 après que les autorités ont appris que son partenaire était israélien

L'universitaire britanno-australienne Kylie Moore-Gilbert est vue à Téhéran, en Iran. (Télévision d'État iranienne via AP)
L'universitaire britanno-australienne Kylie Moore-Gilbert est vue à Téhéran, en Iran. (Télévision d'État iranienne via AP)

Une universitaire australo-britannique libérée cette semaine d’une prison iranienne avait été arrêtée en 2018 après que Téhéran a appris qu’elle avait une relation avec un citoyen israélien, ce qui lui a valu d’être accusée d’être une espionne pour le compte d’Israël, ont rapporté vendredi les médias australiens.

Fairfax Media affirme que la découverte du petit ami israélien de Kylie Moore-Gilbert a conduit les autorités iraniennes à l’arrêter à l’aéroport de Téhéran alors qu’elle se préparait à quitter le pays en 2018 après avoir assisté à une conférence universitaire. Les autorités l’ont condamnée à 10 ans de prison pour espionnage. Le gouvernement australien et Kylie Moore-Gilbert ont rejeté ces allégations comme étant sans fondement.

Cette dernière est rentrée en Australie vendredi après un échange de prisonniers et retrouvera bientôt sa famille après plus de deux années passées derrière les barreaux.

Elle a été accueillie par des responsables de la santé publique et des membres de l’armée australienne à sa descente de l’avion à l’aéroport de Canberra, moins de 24 heures après sa libération.

La ministre des Affaires étrangères Marise Payne a indiqué que l’universitaire de 33 ans devra subir une quarantaine en raison d’inquiétudes liées au coronavirus.

L’enseignante de l’université de Melbourne a été libérée après 804 jours de détention, en échange de la remise en liberté de trois Iraniens incarcérés en Thaïlande.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...