Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Iran : le pouvoir sur ses gardes un an après la mort de Mahsa Amini

Tout en affichant sa volonté "d'écoute", le président iranien a mis en garde "ceux qui entendent abuser du nom de madame Amini" pour "créer l'instabilité dans le pays"

Des manifestants américains portant une grande photo de Mahsa Amini lors d'une manifestation contre le régime iranien suite à la mort d'Amini lors de sa détention par la "police des mœurs" de la République islamique, à Los Angeles, le 22 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Richard Vogel)
Des manifestants américains portant une grande photo de Mahsa Amini lors d'une manifestation contre le régime iranien suite à la mort d'Amini lors de sa détention par la "police des mœurs" de la République islamique, à Los Angeles, le 22 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Richard Vogel)

Les autorités iraniennes redoublent de fermeté à l’approche du premier anniversaire de la mort Mahsa Amini pour éviter une reprise des manifestations qui avaient placé les femmes au premier rang de la contestation à l’automne 2022.

En apparence, tout est calme dans l’immense agglomération de Téhéran. Aucun événement n’a été annoncé publiquement pour marquer cet anniversaire, qui intervient samedi, jour férié pour une célébration religieuse.

Mais des habitants font état d’une présence policière plus marquée dans les rues principales et d’un net ralentissement du débit des connexions Internet ces derniers jours.

Les services de sécurité et de renseignements « surveillent avec vigilance » d’éventuelles actions de contestation liées à l’anniversaire, a récemment averti le chef adjoint de la justice, Sadeq Rahimi.

Et, tout en affichant sa volonté « d’écoute », le président iranien, Ebrahim Raïssi, a mis en garde « ceux qui entendent abuser du nom de madame Amini » pour « créer l’instabilité dans le pays ». Ils paieront « un coût élevé », a-t-il averti, dans un entretien à la chaîne américaine NBC mardi.

Des ONG basées à l’étranger accusent le gouvernement d’avoir mis en œuvre une répression accrue et placé sous haute surveillance les régions qui ont été au premier plan dans les manifestations de l’an dernier. En particulier le Kurdistan (ouest), la région natale de Mahsa Amini.

Une manifestante avec une photo de Mahsa Amini, une kurde iranienne, morte après avoir été arrêtée par la police des mœurs parce qu’elle contrevenait aux règles strictes du port du voile en Iran, à Istanbul, le 29 septembre 2022. (Crédit : Bulent KILIC / AFP)

Depuis sa mort, le visage de cette jeune femme de 22 ans reste le symbole du mouvement de contestation « Zan, Zendegi, Azadi » (« Femme, vie, liberté », en persan), lancé au lendemain de son décès le 16 septembre 2022 après son arrestation par la police des moeurs pour non-respect du code vestimentaire strict en vigueur en Iran.

Dans les jours suivants, des manifestations se propageaient depuis le Kurdistan jusqu’au Sistan-Baloutchistan au sud, en passant par Téhéran et les grandes villes.

Au total, des centaines de personnes, dont des membres des forces de l’ordre, ont été tuées et des milliers d’autres arrêtées, selon des ONG. Sept hommes ont été exécutés.

« Traumatisé »

« Le peuple est toujours traumatisé par les événements de l’année dernière et craint que la violence ne se reproduise », souligne Mohammad Sadegh Javadi-Hessar, un militant réformateur basé à Mashhad (est).

Pour Fayyaz Zahed, historien de l’Iran contemporain, « aucune crise dans l’histoire de la République islamique n’a autant creusé le fossé entre le système et le peuple ». C’est pourquoi, s’il veut le combler, le pouvoir « ne peut s’appuyer uniquement sur des réponses sécuritaires et répressives », ajoute-t-il.

En février, lors des célébrations du 44e anniversaire de la révolution de 1979, le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, avait annoncé la fin des troubles, se félicitant de la défaite du « complot » fomenté par « l’ennemi ».

Il visait ainsi les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, et les opposants iraniens en exil, qui ont affiché leur soutien aux manifestants.

Ali Khamenei a de nouveau accusé lundi « le gouvernement américain » d’avoir « créé un groupe de crise destiné à instrumentaliser les vulnérabilités » du pays, citant en particulier « la situation des femmes ».

Des Kurdes iraniens participent à une marche dans un parc de la ville kurde irakienne de Sulaimaniya, le 19 septembre 2022, contre le meurtre de Mahsa Amini, une Iranienne décédée après avoir été arrêtée par la « police des mœurs » de la République islamique. (Crédit : Shwan MOHAMMED / AFP)

Même si elles ne manifestent plus, nombre d’entre elles continuent de défier les autorités en sortant tête nue dans les lieux publics des grandes villes, notamment Téhéran.

« La conséquence du mouvement Mahsa Amini est que la société iranienne est devenue plus colorée et plus vivante. La tenue des femmes a considérablement évolué. Avant, les couleurs étaient sombres dans les rues, mais ce n’est plus le cas », remarque M. Zahed.

Loi pro-hijab

Face à ces actes de désobéissance, les autorités ont tenté de durcir le ton, en annonçant davantage de contrôles, notamment à l’aide de caméras, et en arrêtant des actrices posant sans voile sur les réseaux sociaux.

Un projet de loi est également en discussion pour renforcer les peines, mais il divise au sein même du pouvoir. L’un des principaux dignitaires chiites, le grand ayatollah Makarem Chirazi, a ainsi rejeté le recours à la « violence et la pression » pour imposer le hijab.

Des responsables réformateurs ont en outre critiqué la mise à l’écart de dizaines de professeurs d’université, l’un des foyers de la contestation.

Mais, au-delà de ces questions, la priorité pour de nombreux Iraniens est de faire face à l’inflation galopante, proche de 50 % sur un an.

Des femmes se promènent au Grand Bazar de Téhéran le 5 septembre 2023. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

« Aujourd’hui, la principale revendication des gens est l’amélioration de l’économie, et ensuite les libertés civiles et politiques », estime Mohammad Sadegh Javadi-Hessar.

En réponse, le gouvernement met en avant la forte augmentation des exportations de pétrole, surtout avec la Chine, et table sur l’impact économique de l’amélioration des relations avec les pays du Golfe, voire avec les Etats-Unis après l’accord récemment conclu avec Washington sur un échange de prisonniers.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.