Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Iran : l’exécution de 10 femmes bahaïes hante toujours cette communauté persécutée

Plus de 200 bahaïs au total ont été exécutés dans la frénésie de pendaisons dans les années qui ont suivi la révolution islamique de 1979

Illustration : Des membres de la communauté bahaïe protestent à l'extérieur d'une cour de sécurité de l'État lors d'une audience dans le cas d'un compatriote bahaï soupçonné de contacts avec Israël et accusé de chercher à établir une base pour la communauté au Yémen, à Sanaa, au Yémen, dimanche 3 avril 2016. (Crédit : AP/Hani Mohammed)
Illustration : Des membres de la communauté bahaïe protestent à l'extérieur d'une cour de sécurité de l'État lors d'une audience dans le cas d'un compatriote bahaï soupçonné de contacts avec Israël et accusé de chercher à établir une base pour la communauté au Yémen, à Sanaa, au Yémen, dimanche 3 avril 2016. (Crédit : AP/Hani Mohammed)

Il y a 40 ans, dix femmes de foi bahaïe, âgées pour la plupart de moins de 30 ans, ont été pendues en public sur une place de la célèbre ville de Chiraz, dans le sud de l’Iran.

La plus jeune n’avait que 17 ans. Elles avaient été inculpées entre autres d’espionnage mais pour leurs partisans dans le monde, elles ont été suppliciées car elles étaient bahaïes, une foi qu’elles ont refusé d’abjurer même sous la menace de la mort.

Les racines spirituelles de cette religion monothéiste remontent au début du XIXe siècle en Iran. Celle-ci promeut l’unité de tous et l’égalité. L’islam se considère comme la dernière religion révélée après le judaïsme et le christianisme et rejette toutes les autres.

Ce dimanche marque le 40e anniversaire de l’exécution, le 18 juin 1983, de ces 10 femmes bahaïes. Leur mise à mort est considérée comme l’une des violations les plus flagrantes contre cette communauté persécutée et discriminée dans la vie quotidienne depuis l’avènement au pouvoir de la République islamique en 1979 en Iran.

Des manifestants américains portant une grande photo de Mahsa Amini lors d’une manifestation contre le régime iranien suite à la mort d’Amini lors de sa détention par la « police des mœurs » de la République islamique, à Los Angeles, le 22 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Richard Vogel)

Pour les bahaïs, nombre de femmes puisent leurs forces dans la tragédie de 1983 et elles en veulent pour preuve les puissantes manifestations de femmes contre les autorités depuis septembre.

« Au fil des décennies, d’innombrables femmes ont parcouru ce chemin tortueux vers l’égalité des sexes en Iran », a déclaré Simin Fahandej, représentante de la Communauté internationale bahaïe (BIC) auprès de l’ONU à Genève, notant « les sacrifices de celles qui ont choisi de défendre leurs principes au péril de leur vie ».

« Refus de se rétracter »

Les dix femmes avaient été arrêtées en octobre et novembre 1982, torturées, privées d’avocat et placées devant le choix ultime de se convertir à l’islam pour sauver leur vie, selon la BIC.

Elles avaient refusé de signer les déclarations qui leur étaient préparées et ont été conduites le 18 juin 1983 de leur prison à la place Chogan à Chiraz où elles ont été pendues l’une après l’autre.

Deux jours plus tôt, six hommes bahaïs avaient eux aussi été exécutés sur la même place. Certains étaient des parents des 10 femmes. Plus de 200 bahaïs au total ont été exécutés dans la frénésie de pendaisons dans les années qui ont suivi la révolution islamique de 1979, selon le BIC.

« Ce fut un choc terrible pour moi », raconte Ruhi Jahanpoor, qui a d’abord été détenue avec les femmes. Libérée, elle a échappé à une nouvelle arrestation avant de pouvoir s’enfuir à l’étranger.

Une maison détruite par les autorités iraniennes, selon la Communauté internationale bahaïe, vue dans une vidéo publiée le 3 août 2022. (Crédit : Capture d’écran)

Courage désintéressé

« Il y a une immense fierté dans la foi et le courage désintéressé des dix femmes et dans leur force face à une pression physique et psychologique extrême », a déclaré à l’AFP Anthony Vance, directeur du Bureau américain bahaï des affaires publiques.

Soosan Sabet, la cousine germaine d’une des femmes exécutées, Akhtar Sabet, 25 ans, se souvient d’une « personne pure, gentille, amicale et sociable » qui travaillait comme infirmière.

« Même en prison, elle a aidé des personnes âgées et malades. Elle préparait leur petit-déjeuner, prodiguait des soins médicaux et lavait leurs vêtements », a déclaré Sabet à l’AFP. « Pendant l’interrogatoire, on lui a demandé à plusieurs reprises d’abjurer et de se convertir à l’islam afin d’être libérée de prison ». Mais Akhtar Sabet a refusé et a été pendue.

« Leur vie était leur foi et leur foi était leur vie », souligne Ruhi Jahanpoor.

Les jardins de Bahaï, situés sur le Mont Carmel, dans la ville de Haïfa, au nord d’Israël. (Crédit : Mendy Hechtman/FLASH90)

« Sévère répression »

La commémoration de leur pendaison, que la communauté célèbre avec une campagne intitulée « Notre histoire est singulière », est particulièrement importante pour les bahaïs à un moment où ceux qui restent subissent une nouvelle vague de répression.

La foi bahaïe n’est pas reconnue par les autorités iraniennes contrairement à d’autres confessions minoritaires non musulmanes, notamment le christianisme, le judaïsme et le zoroastrisme. C’est pourtant la plus grande minorité religieuse non musulmane du pays.

Les bahaïs dénoncent une discrimination quotidienne rendant difficile l’ouverture d’entreprises et l’enterrement de leurs morts. En outre, on leur refuse systématiquement l’accès à l’enseignement supérieur en Iran.

La persécution s’est également intensifiée l’été dernier avec des arrestations et des raids, selon M. Vance.

Mahvash Sabet et Fariba Kamalabadi, anciennes membres d’un groupe bahaï, aujourd’hui dissous, ont purgé des peines de 10 ans chacune de 2008 à 2018 avant d’être de nouveau arrêtées et condamnées à 10 ans supplémentaires.

« La répression est aujourd’hui généralisée car elle touche presque tous les aspects de la vie quotidienne des bahaïs », estime Anthony Vance.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.