Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Iran: un policier averti pour avoir contesté l’obligation du port du voile

Une vidéo devenue virale sur les réseaux montre un policier travaillant dans l'ouest de l'Iran déclarer à une femme qu'il ne jugeait pas le voile obligatoire pour les femmes

Un officier de police iranien refuse d'arrêter une femme pour ne pas avoir porté le hijab ces derniers jours, dans la province occidentale de Kermanshah. (Capture d'écran de la vidéo Twitter : utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un officier de police iranien refuse d'arrêter une femme pour ne pas avoir porté le hijab ces derniers jours, dans la province occidentale de Kermanshah. (Capture d'écran de la vidéo Twitter : utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un officier de la police iranienne a reçu un avertissement après avoir contesté l’obligation du port du voile musulman pour les femmes, rapporte lundi un média local.

Une vidéo devenue virale ces derniers jours sur les réseaux sociaux montre un policier travaillant dans l’ouest de l’Iran déclarer à une femme qu’il ne jugeait pas le voile obligatoire pour les femmes.

« Cette dame veut sortir avec cette tenue, pas de souci, ça ne me regarde pas », répond l’officier à une femme lui demandant de réprimander une autre femme ne portant pas le voile dans un espace public.

La diffusion de cette vidéo est intervenue dans le contexte du mouvement de contestation déclenché par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini. Cette jeune Kurde iranienne de 22 ans est décédée après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict imposant notamment aux femmes le port du voile en public.

« L’officier de police a été convoqué par le service de l’inspection et a reçu les avertissements nécessaires et une formation, après une enquête détaillée », a indiqué l’agence Tasnim, citant un communiqué de la police de la province de Kermanshah (ouest).

Après le début de la contestation, de plus en plus de femmes ont été vues tête nue dans la rue, ou en voiture, sans entraîner de réaction de la police.

En janvier, des médias locaux avaient cependant rapporté que la police avait recommencé à surveiller le port du hijab en voiture, envoyant un texto au propriétaire du véhicule en cas de non respect du code vestimentaire, sans pour autant menacer de sanctions.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.