Israël : Alerte à la rougeole dans un night-club et un centre commercial
Rechercher

Israël : Alerte à la rougeole dans un night-club et un centre commercial

Il a été recommandé aux fêtards non-vaccinés à Tel Aviv et aux clients d'un centre commercial près d'Ashdod d'aller se faire immuniser

Le vaccin contre les oreillons, la rougeole et la rubéole avec une seringue (Crédit : iStock by Getty Images/ Andrey Popov)
Le vaccin contre les oreillons, la rougeole et la rubéole avec une seringue (Crédit : iStock by Getty Images/ Andrey Popov)

Le ministère de la Santé a mis en garde les Israéliens jeudi contre une exposition possible au virus de la rougeole au cours de la semaine passée dans un night-club de Tel Aviv et dans un centre commercial situé à proximité d’Ashdod alors qu’Israël continue depuis des mois à lutter contre la recrudescence des cas de cette maladie potentiellement mortelle.

Le ministère a fait savoir aux fêtards ayant fréquenté la boîte de nuit Metro, dans le centre de Tel Aviv, qu’ils pourraient avoir attrapé le virus de la rougeole au sein de l’établissement dans la nuit du 8 mars entre 23h 9 mars et 3h du matin (9 mars).

Dans un autre communiqué émis quelques heures plus tard, le ministère a indiqué qu’un malade de la rougeole s’était rendu dans un centre commercial de l’échangeur Ad Halom qui est situé aux abords de la ville d’Ashdod, dans la journée de lundi, entre 8h30 du matin et 14h.

Ces communiqués appellent tous ceux qui se trouvaient à ces deux endroits aux horaires spécifiés, nés après 1957 et n’ayant pas reçu les deux doses de vaccin contre la rougeole, à entrer en contact dans les meilleurs délais avec les professionnels de santé.

« Il n’y a aucun danger d’infection à la rougeole aux endroits précisés au-delà des heures mentionnées », a ajouté le ministère.

Ce virus, qui avait été pratiquement éliminé, fait une réapparition dans le monde entier. L’Etat juif a connu une recrudescence des cas de rougeoles depuis le mois de mars de l’année dernière avec au moins 2 857 cas rapportés et deux morts, dont un bébé. Les infections ont principalement eu lieu au sein de la communauté ultra-orthodoxe du pays où les taux de vaccination sont faibles.

Un malade se fait vacciner contre la rougeole à Jérusalem au mois de novembre 2018 (Autorisation : Ministère de la Santé)

Il y a eu, ces dernières années, une tendance croissante de parents refusant de faire vacciner leurs enfants en raison d’affirmations variées – et discréditées – que la vaccination serait dangereuse.

Lundi, le ministère de l’Education a fait savoir qu’il exigerait de tous les élèves et enseignants participant à des voyages annuels en Pologne – pour visiter des camps de concentration construits par les nazis pendant l’occupation allemande de la Seconde guerre mondiale et autres sites juifs ou liés à la Shoah – de se faire vacciner avant de partir.

Cet ordre a été émis après qu’une adolescente, le mois dernier, qui n’avait pas été immunisée a contracté la rougeole pendant le voyage, causant son interruption le temps qu’un infirmier vienne depuis Israël pour vacciner les 35 élèves.

Pour les adultes, cette pathologie hautement contagieuse est habituellement bénigne. Pour les nouveaux-nés et les jeunes enfants, les personnes âgées ou immunodéprimées, elle peut être mortelle et entraîner de graves complications, déclenchant notamment des pneumonies ou des encéphalites. Dans de rares cas, une inflammation mortelle du cerveau peut survenir des années après la guérison.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la rougeole aurait causé 110 000 morts dans le monde en 2017. Le vaccin aurait permis de sauver plus de 21 millions de vie depuis le début du siècle seulement.

Au mois d’octobre, le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman avait averti qu’il réfléchirait à prendre des mesures contre les familles qui refusent de faire vacciner leurs enfants. Au mois de décembre, un responsable de la Santé avait interdit à 14 enfants du nord du pays de se rendre à la crèche, leurs parents ayant refusé de les faire immuniser. Cette décision avait été le tout premier ordre de ce type donné par un responsable de la santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...