Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Israël autorise la livraison de la farine américaine dans Gaza – officiels US

Bloquée durant plus d'un mois par le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, l'aide devrait être distribuée par le Programme alimentaire mondial (PAM), et non l'UNRWA

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Des bénévoles distribuent des rations de soupe de lentilles corail à des Palestiniens déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 février 2024 (Crédit : SAID Khatib/AFP)
Des bénévoles distribuent des rations de soupe de lentilles corail à des Palestiniens déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 février 2024 (Crédit : SAID Khatib/AFP)

Israël a accepté de laisser entrer à Gaza une importante cargaison de farine américaine destinée aux civils de Gaza, bloquée depuis plus d’un mois par le ministre des Finances d’extrême droite Bezalel Smotrich, a déclaré un membre de autorités américaines au Times of Israel.

En vertu de ce nouvel accord, la farine, destinée à nourrir 1,5 million de Gazaouis pendant cinq mois, sera distribuée à Gaza par le Programme alimentaire mondial en lieu et place de l’agence de secours de l’UNRWA pour les réfugiés palestiniens, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait très discrètement informé l’administration Biden de l’accord d’Israël pour procéder à cette distribution début janvier. La Maison-Blanche en avait fait l’annonce officielle le 19 janvier suivant, soumise à une croissante toujours plus forte pour remédier à la crise humanitaire qui frappe Gaza.

Plus d’un mois plus tard, la farine n’est toujours pas à Gaza.

La cargaison est pourtant arrivée au port israélien d’Ashdod, mais Smotrich l’a bloquée, empêchant son transfert à l’UNRWA, critiqué le mois dernier en raison de la participation présumée de 12 de ses employés dans l’attaque terroriste du 7 octobre.

Ce retard a profondément irrité l’administration Biden, qui a relevé à plusieurs reprises, ces dernières semaines, qu’Israël n’avais pas respecté les engagements pris envers le président.

Illustration : Des Palestiniens luttent pour acheter du pain dans une boulangerie de Rafah, dans la bande de Gaza, le 18 février 2024. (Crédit : AP Photo/Fatima Shbair)

Une fois finalisé, ce nouvel accord, la cargaison reprendra immédiatement son chemin, a déclaré le membre des autorités américaines.

Néanmoins, si la farine parvient à Gaza, il n’est pas certain qu’elle sera effectivement distribuée aux civils.

Dernièrement, la distribution de l’aide humanitaire n’a pas pu avoir lieu en raison du refus de la police du Hamas d’accompagner les convois de camions qui acheminent l’aide dans Gaza, après avoir été à plusieurs reprises la cible de tirs israéliens.

Selon les informations disponibles et les autorités de l’ONU, l’aide humanitaire acheminée à Gaza depuis l’Égypte s’est presque tarie, ces deux dernières semaines, car les mauvaises conditions de sécurité rendent très difficile sa distribution. De son côté, Israël, qui reproche aux Nations Unies d’avoir sensiblement ralenti ses livraisons, s’est dit prêt à accélérer le contrôle de l’aide à la frontière.

Dans la bande de Gaza, des habitants désespérés ont interrompu des convois pour s’emparer de l’aide humanitaire à bord des camions et des images ont montré des hommes armés, soupçonnés d’être des membres du Hamas, en train de voler des camions chargés d’aide en provenance d’Égypte.

Émeute autour de l’aide humanitaire au point de passage de Rafah, le 16 février 2024. (Capture d’écran/Douzième chaine)

Après plus de quatre mois d’une guerre qui a démoli de vastes secteurs de Gaza, déplacé la majeure partie de la population du territoire, au bord de la famine, Netanyahu répète que Tsahal doit intervenir à Rafah pour assurer sa
« victoire totale » sur le Hamas.

Selon l’ONU, la moitié des Gazaouis pourraient mourir de faim.

La guerre a éclaté lorsque des terroristes dirigés par le Hamas se sont déchaînés dans les communautés du sud, le 7 octobre dernier, où ils ont massacré avec une extrême brutalité près de 1 200 personnes, essentiellement des civils, et fait 253 otages séquestrés dans la bande de Gaza.

Selon les informations des autorités sanitaires du Hamas dans la bande de Gaza, plus de 29 000 personnes, essentiellement des femmes et des enfants, ont été tuées dans l’offensive israélienne qui a suivi. Selon les autorités israéliennes, ces chiffres, qui ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, pourraient comprendre pas moins de 12 000 terroristes, sans oublier les victimes des roquettes égarées des groupes terroristes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.