Rechercher

Israël connaît son hiver le plus sec depuis 60 ans

Le niveau du lac de Tibériade n'a augmenté que de 2 cm au cours des mois de décembre et janvier, avec des précipitations inférieures de 40 à 50 % à celles des dernières années

Un passant allongé sur une balustrade sur la promenade de Tel Aviv, au nord de la ville, le 11 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un passant allongé sur une balustrade sur la promenade de Tel Aviv, au nord de la ville, le 11 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Jusqu’à présent, Israël connaît son hiver le plus sec depuis environ 60 ans, avec des précipitations nettement inférieures à celles de la même période l’année dernière, selon les derniers chiffres des précipitations du Service météorologique israélien cités par les médias israéliens jeudi.

Selon ces chiffres, les précipitations de cet hiver n’ont fait monter le niveau des eaux du lac de Tibériade que de 2 cm, ce qui représente une baisse significative par rapport aux périodes correspondantes entre le début de la saison hivernale en décembre et le 19 janvier, où les niveaux d’eau ont augmenté de plusieurs dizaines de centimètres et jusqu’à un mètre ces dernières années, a rapporté le quotidien Haaretz.

Le plus grand lac d’eau douce d’Israël, bien qu’il ne soit plus utilisé comme principale source d’eau potable, est toujours considéré comme un indicateur des précipitations saisonnières.

Un hiver israélien moyen, qui s’étend de décembre à mars, entraîne une augmentation d’environ 1,6 mètre du niveau d’eau du lac, selon Haaretz.

L’autorité israélienne de l’eau a déclaré que les longues périodes entre les précipitations de cette première moitié de l’hiver ont entraîné un ralentissement du débit des cours d’eau et des ruissellements des collines dans les régions du nord, ce qui a limité la hausse du niveau des eaux.

Eyal Wiesel, directeur du service hydrologique de l’Autorité gouvernementale des eaux et des égouts, a déclaré à Haaretz que ces deux centimètres représentaient la hausse la plus modeste depuis 1964, date à laquelle les mesures nationales des précipitations ont commencé à être relevées.

Des personnes s’abritant de la pluie en marchant dans le centre-ville de Jérusalem, le 26 décembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Au cours de l’hiver 2022-2023, le niveau des eaux du lac de Tibériade « n’a commencé à monter que le 12 janvier », soit il y a tout juste une semaine. C’est le stade le plus tardif de l’hiver depuis 1964 où les niveaux d’eau ont commencé à monter, a déclaré Weisel.

L’Autorité israélienne de l’eau a déclaré qu’au cours de ces 60 dernières années, il y a eu quatre autres hivers où les niveaux d’eau du lac ont commencé à augmenter seulement en janvier – en 1971, 1974, 1991 et 2011.

Le Dr. Amos Porat, directeur de la division climatologique du service météorologique israélien, a déclaré à Haaretz que la saison hivernale a jusqu’à présent donné lieu à « environ 40 à 50 % » de la quantité de précipitations par rapport aux périodes correspondantes de ces dernières années, mesurées depuis le début de l’hiver en décembre jusqu’au 19 janvier. Les niveaux de précipitations des quatre dernières années ont été supérieurs à la moyenne, ont indiqué les autorités.

Le Dr. Porat a déclaré à Ynet que « l’hiver n’était pas encore terminé et qu’il y a une chance que la situation actuelle s’améliore, mais il est possible que nous terminions la saison des pluies de manière négative ».

« Il semble que nous allions, à coup sûr, vers une année avec peu de pluie. Je n’utilise pas le mot ‘sécheresse’, car c’est une qualification décidée par le gouvernement et qui a des implications économiques, mais nous savons de quoi nous parlons », a déclaré le Dr. Porat.

« L’hiver n’est pas encore terminé, mais les données que nous voyons maintenant sont significatives parce que les trois principaux mois d’hiver sont décembre, janvier et février », a-t-il déclaré à Haaretz. Cependant, « la quantité de précipitations qui est tombée jusqu’à présent dans la région n’est pas encore sans précédent ».

Le lac de Tibériade, le 1er octobre 2022. (Crédit : Matanya Tausig/Flash90)

Wiesel a déclaré que la situation actuelle n’était « pas terriblement inquiétante à ce stade », car les dernières années ont connu de grandes quantités de précipitations annuelles.

« Nous avons traversé quatre années consécutives au cours desquelles la quantité de précipitations a été supérieure à la moyenne », a noté Weisel.

En septembre, l’autorité du Kinneret, qui supervise le développement et l’entretien du lac de Tibériade, a signalé que le lac était florissant et était resté relativement plein au cours de l’été 2022 par rapport aux années précédentes, ne se situant qu’à un mètre en dessous de sa pleine capacité. Le lac a alors été mesuré à 3,2 mètres au-dessus de ce que l’on appelle « la ligne rouge inférieure » – le niveau auquel la qualité de l’eau décline et cause des dommages à l’équilibre écologique.

En avril dernier, le lac de Tibériade s’est rapproché du seuil supérieur de sa ligne rouge, se situant à seulement 32 centimètres de sa capacité maximale, qu’il n’a pas atteinte depuis 30 ans.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.