Israël craint une maladie végétale et interdit l’import de 3 plantes de Souccot
Rechercher

Israël craint une maladie végétale et interdit l’import de 3 plantes de Souccot

Le ministère de l'Agriculture insiste sur le fait que cette interdiction vise à empêcher la propagation d'une infection et n'est pas destinée à écraser la concurrence

Illustration: un fidèle juif tient les 4 espèces pendant la fête de Soukkot au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 octobre 217. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration: un fidèle juif tient les 4 espèces pendant la fête de Soukkot au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 octobre 217. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les autorités israéliennes ont interdit l’importation d’une variété de plantes utilisées pour la fête de Souccot.

Un groupe de travail a été chargé de faire appliquer cette interdiction, qui porte sur trois des quatre espèces utilisées par les Juifs pratiquants durant la fête. Ce groupe sera sur le terrain dans les prochains jours, à l’aéroport Ben Gurion.

Le ministère de l’Agriculture a déclaré que l’interdiction, qui porte sur le loulav, une branche fermée de palmier-dattier, les feuilles de myrte et de saule, vise à interdire la propagation d’une maladie végétale et de pesticides, et qu’il ne s’agit pas d’une politique protectionniste.

Israël est le seul pays du monde à exporter les trois plantes, et l’un des rares pays à cultiver à l’échelle commerciale le etrog (cédrat), la quatrième espèce. Les voyageurs qui se rendent en Israël sont autorisés à transporter un seul etrog sous contrôle des experts du ministère de l’Agriculture, a indiqué le quotidien Makor Rishon dimanche.

Les quatre plantes sont cultivées en Israël où elles y poussent naturellement, et sont utilisées dans le cadre de la fête de Souccot, qui commence cette année le 23 septembre au soir.

Les personnes qui importeraient ces plantes prohibées s’exposent à des amendes et à des poursuites pénales, a déclaré un responsable à Makor Rishon. Mais le groupe de travail a également acheté des milliers de kits des quatre espèces qui seront distribués gratuitement à l’aéroport.

La semaine dernière, des inspecteurs du ministère ont empêché une contrebande de 40 etrogim (cédrats), dont la valeur était estimée à plus d’un millier de dollars pièce, par une femme dans la quarantaine, en provenance de Barcelone, en Espagne. Le etrog est l’élément le plus onéreux des quatre espèces.

La femme a prétendu que sa valise avait été perdue, espérant la retrouver plus tard sans passer les contrôles douaniers à la sortie du terminal, a rapporté Makor Rishon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...