Israël empêche le ciment d’entrer dans Gaza pour le garder hors de portée du Hamas
Rechercher

Israël empêche le ciment d’entrer dans Gaza pour le garder hors de portée du Hamas

Le gel n'est que temporaire, dit le COGAT ; l'ONU souligne la nécessité de reconstruire, condamne le "détournement de matériaux" par le groupe terroriste

Le coordinateur du gouvernement dans les Territoires, le général Yoav Mordechai (à gauche) (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le coordinateur du gouvernement dans les Territoires, le général Yoav Mordechai (à gauche) (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël a stoppé l’importation de ciment et d’autres matériaux de construction après avoir réalisé qu’ils étaient détournés au profit de l’organisation terroriste Hamas, a annoncé le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT).

Israël a informé l’ONU « de sa décision de suspendre les importations privées de ciment » entrant à Gaza à la suite de détournements de ces marchandises, ont indiqué lundi les Nations unies.

Selon le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric, qui citait le coordinateur onusien pour le processus de paix, Nickolay Mladenov, l’Etat hébreu a justifié cette décision par le fait « qu’une importante partie [de ce ciment] a été détournée de ses bénéficiaires légitimes ».

Une quantité non divulguée de ciment, qui était destinée à l’effort de reconstruction de la bande de Gaza assiégée, a été « saisie par Amad al-Baz, le directeur adjoint du ministère de l’Economie du Hamas », a déclaré le COGAT.

C’est en contradiction directe avec les accords de reconstruction entre Israël et les Palestiniens et, en conséquence, le général Yoav Mordechai « a gelé l’importation du matériel destiné au secteur privé », selon la déclaration publiée vendredi sur la page Facebook du COGAT.

« Nous sommes déçus que le Hamas continue à nuire et à tirer partie de la population palestinienne, simplement pour faire avancer les intérêts de l’organisation », a écrit le COGAT sur sa page Facebook arabophone.

Les Nations unies ont condamné le « détournement de matériaux » mais a refusé de nommer le Hamas comme étant le responsable de cette action, dans un communiqué.

L’ONU travaille avec ses interlocuteurs israéliens et palestiniens pour résoudre ce problème « afin d’éviter des incidents qui pourraient mener à d’autres suspensions d’importations ». Mladenov « appelle à résoudre rapidement ce problème », a ajouté le porte-parole.

Le coordinateur de l’ONU considère que « toute personne qui cherche à s’enrichir en détournant du matériel de construction à Gaza commet un vol au détriment de sa propre population et ajoute aux souffrances des habitants de Gaza ».

« Le peuple de Gaza dépend de l’entrée de matériel de construction pour réparer et reconstruire leurs maisons abimées et détruites suite au conflit de 2014 et pour permettre [la construction d’]infrastructures nécessaires et de projets de développements », a déclaré Mladenov, faisait référence au dévastateur conflit de 50 jours entre Israël et le Hamas à l’été 2014.

Ce gel ne devrait pas être de longue durée et ne sera en place que jusqu’à ce que le problème soit complètement résolu, a indiqué une porte-parole du COGAT au Times of Israel.

« Nous enquêtons et nous allons bientôt décider comment procéder », a-t-elle indiqué.

Dans l’intervalle, d’autres produits et matériaux sont amenés dans la bande de Gaza comme d’habitude, a ajouté le porte-parole. Le porte-parole des Nations unies a expliqué que la suspension concernait les « importations privées », et non les marchandises dont l’entrée à Gaza est gérée par l’ONU afin de contribuer à la reconstruction du territoire.

Israël soumet la bande de Gaza, dirigée sans partage par le Hamas, son ennemi, à un blocus terrestre, aérien et maritime depuis 2006. Limitée au nord et à l’est par le territoire israélien et à l’ouest par la Méditerranée, la bande de Gaza est aussi soumise au sud au blocus égyptien.

L’une des préoccupations majeures d’Israël dans les efforts de reconstruction de la bande de Gaza a depuis longtemps été que les matériaux entrant dans l’enclave côtière soit employés pour créer des tunnels et d’autres infrastructures qui pourraient être utilisées contre l’armée israélienne pendant un futur conflit avec le Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...