Israël est de plus en plus corrompu pour la 4e année consécutive, selon une ONG
Rechercher

Israël est de plus en plus corrompu pour la 4e année consécutive, selon une ONG

Selon l'observatoire Transparency International, l'État juif est proche de la "ligne rouge" en dessous de laquelle les pays sont perçus comme ayant un niveau de corruption élevé

Une femme israélienne brandit une pancarte alors que des manifestants de gauche et de droite sont séparés par la police lors des manifestations de soutien et de protestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 2 mars 2019. (Gili Yaari/Flash90)
Une femme israélienne brandit une pancarte alors que des manifestants de gauche et de droite sont séparés par la police lors des manifestations de soutien et de protestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 2 mars 2019. (Gili Yaari/Flash90)

Israël est resté médiocre dans un classement mondial de la corruption publié jeudi, rejoignant ainsi d’autres nations industrialisées considérées comme ayant un retard dans la lutte contre la corruption.

Israël s’est classé 35e sur 180 pays dans l’enquête annuelle sur l’indice de perception de la corruption [Corruption Perceptions Index] publiée par le groupe de surveillance Transparency International, qui mesure la perception de la corruption dans le secteur public. Sur cette échelle, 100 est très propre et zéro est très corrompu.

Le score d’Israël, 60, est le même que dans l’enquête de 2019, et un point de moins que celui de 2018. En 2017, il a obtenu 62, ce qui représente une baisse de deux points par rapport à 2016.

Alors qu’Israël était parmi les pays les moins corrompus du Moyen-Orient, il s’est classé 35e au niveau mondial, et 25e sur 37 pays de l’OCDE.

Index des perceptions de la corruption 2020 info-graphique mondial. (Transparency International)

Au Moyen-Orient, les Émirats arabes unis (21e au niveau mondial, avec 71 points) et le Qatar (30e, avec 63 points) ont été jugés les moins corrompus, Israël occupant la troisième place.

Les résultats signifient qu’Israël se rapproche de la « ligne rouge » de 50 points, en dessous de laquelle les pays définis par l’indice ont un « niveau élevé de corruption », indique le chapitre Israël de Transparency International dans ses commentaires.

L’ancienne juge Nili Arad, qui préside la section locale de Transparency, a déclaré : « Le faible classement d’Israël dans l’indice de corruption est particulièrement grave en 2020, alors que le coronavirus fait rage ». Elle a souligné le « manque de confiance et de coopération » du public pendant la crise sanitaire et économique.

Corruption Perceptions Index 2020 Middle-East info-graphic. (Transparency International)

Lors de la première apparition du virus au printemps, les chiffres du chômage publiés par le service de l’emploi ont atteint des sommets,
800 000 personnes ayant rapidement perdu leur travail lors de la première période de confinement en Israël. Ils ont depuis fluctué au fur et à mesure que le pays s’est rapproché et éloigné des restrictions et des bouclages.

Le nombre de morts en Israël a atteint 4 609 jeudi. Plus d’un quart des décès dus au COVID-19 dans le pays depuis le début de la pandémie ont été enregistrés rien que ce mois-ci.

Arad a déclaré : « Tout cela, alors que nous assistons à la violation des fondements de la démocratie, dans des circonstances où les dirigeants sont soupçonnés de délits, dans une atmosphère d’incitation permanente contre les gardiens du pouvoir judiciaire, et les médias qui sont obligés de faire leur travail fidèlement dans une atmosphère malsaine d’extrémisme et de sectarisme ».

En 2019, Israël a connu pour la première fois un Premier ministre en exercice inculpé de corruption, d’escroquerie et d’abus de confiance. Benjamin Netanyahu a nié ces accusations et s’efforce actuellement de retarder les audiences du tribunal, en obtenant tout récemment le report d’une séance prévue pour le 13 janvier qui a été repoussée au 8 février en raison d’un confinement national ordonné pour enrayer l’épidémie de coronavirus en cours.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son avocat Micah Fetman (à gauche) au tribunal de district de Jérusalem pour le début de son procès pour corruption, le 24 mai 2020. (Amit Shabi/Pool/Flash90)

En outre, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, qui a déjà fait un séjour en prison pour une condamnation pour corruption, fera l’objet de nouvelles poursuites pénales de la part du procureur général Avichai Mandelblit.

Les manifestants anti-Netanyahu, qui se sont rassemblés chaque semaine pendant plus de six mois, demandent la démission de Netanyahu à la suite de son inculpation pour corruption et de sa gestion de la pandémie de coronavirus.

Les affaires de corruption de Netanyahu ont également joué un rôle clé en entravant la formation d’une coalition gouvernementale en 2019, ce qui a conduit à trois élections successives, une quatrième devant avoir lieu en mars après que le gouvernement de partage du pouvoir du Likud et de Kakhol lavan ne soit pas parvenu à s’entendre sur un budget avant la date limite du 23 décembre 2020.

Plus des deux tiers des 180 pays de l’étude ont obtenu une note inférieure à 50, sur une échelle allant de 0 (perçu comme très corrompu) à 100. Le rapport enquête sur les pays en se basant sur les opinions d’experts locaux et internationaux sur la corruption dans le secteur public.

Le Danemark et la Nouvelle-Zélande sont en tête du classement avec 88 points chacun, suivis par la Finlande avec 85 points.

Les dernières places sont occupées par la Somalie et le Sud-Soudan, avec seulement 12 points chacun. La Syrie, le Yémen et le Venezuela suivent.

Le score moyen pour tous les pays est resté le même que dans le dernier rapport, à 43 points.

Le score de 67 des États-Unis est inférieur de deux points à celui de l’année précédente et c’est le pire résultat en huit ans, a déclaré Transparency International. Les États-Unis sont classés 25e, soit une baisse de deux places par rapport à l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...