Rechercher
Yom HaAtsmaout

Israël fête son 75e anniversaire dans l’ombre des troubles socio-politiques

Alors même que Netanyahu appelait à l'unité, des manifestants protestaient contre sa réforme à quelques mètres, mais également à Tel Aviv et dans d'autres villes du pays

  • La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Des Israéliens manifestent contre le projet du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de réformer en profondeur le système judiciaire, pendant Yom HaAtsmaout, à Tel Aviv, le 25 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
    Des Israéliens manifestent contre le projet du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de réformer en profondeur le système judiciaire, pendant Yom HaAtsmaout, à Tel Aviv, le 25 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
  • La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Capture d'écran GPO)
    La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Capture d'écran GPO)
  • Manifestation à Tel Aviv contre la refonte judiciaire pendant Yom HaAtsmaout, le 25 avril 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
    Manifestation à Tel Aviv contre la refonte judiciaire pendant Yom HaAtsmaout, le 25 avril 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
  • La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Des manifestants protestant contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement protestent à l'extérieur de la cérémonie officielle célébrant le 75e Jour de l'Indépendance d'Israël, au mont Herzl, à Jérusalem. 25 avril 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
    Des manifestants protestant contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement protestent à l'extérieur de la cérémonie officielle célébrant le 75e Jour de l'Indépendance d'Israël, au mont Herzl, à Jérusalem. 25 avril 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
  • Les répétitions de la cérémonie du 75e Yom HaAtsmaout, qui se tiendra au mont Herzl, à Jérusalem, le 23 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Les répétitions de la cérémonie du 75e Yom HaAtsmaout, qui se tiendra au mont Herzl, à Jérusalem, le 23 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    La cérémonie du 75e anniversaire de l'Indépendance d'Israël au mont Herezl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Le professeur Avi Rivkind, à gauche, et le docteur Khetam Hussein, à droite, allument une torche lors de la cérémonie du 75e anniversaire de l'indépendance d'Israël au mont Herzl, à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Le professeur Avi Rivkind, à gauche, et le docteur Khetam Hussein, à droite, allument une torche lors de la cérémonie du 75e anniversaire de l'indépendance d'Israël au mont Herzl, à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Manifestation à Tel Aviv contre la refonte judiciaire pendant Yom HaAtsmaout, le 25 avril 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
    Manifestation à Tel Aviv contre la refonte judiciaire pendant Yom HaAtsmaout, le 25 avril 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son épouse Sara assistent à la cérémonie de Yom HaAtsmaout au mont Herzl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son épouse Sara assistent à la cérémonie de Yom HaAtsmaout au mont Herzl à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Des Israéliens manifestent contre le projet du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de réformer en profondeur le système judiciaire et déroulent une bannière sur laquelle on peut lire "Flambeau de la démocratie", pendant Yom HaAtsmaout, le 25 avril 2023. (Capture d'écran Twitter. utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
    Des Israéliens manifestent contre le projet du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de réformer en profondeur le système judiciaire et déroulent une bannière sur laquelle on peut lire "Flambeau de la démocratie", pendant Yom HaAtsmaout, le 25 avril 2023. (Capture d'écran Twitter. utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Israël a célébré le 75e anniversaire de son indépendance mardi dans l’ombre des fissures sociétales révélées par les politiques controversées du gouvernement actuel, le plus à droite de l’Histoire du pays. Une cérémonie nationale a eu lieu à Jérusalem, durant laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé à l’unité, tandis que des protestataires ont manifesté à l’extérieur de l’événement principal et que les opposants de la coalition ont tenu un rassemblement à Tel Aviv.

Lors de la cérémonie nationale au mont Herzl à Jérusalem, des représentants du gouvernement, des responsables de la sécurité et d’autres personnalités israéliennes se sont rassemblés pour une cérémonie d’allumage des flambeaux qui mettent à l’honneur des citoyens pour leurs contributions et leurs sacrifices pour le pays.

L’événement comprenait des discours, des marches chorégraphiées par des soldats, des spectacles musicaux et des feux d’artifice, et s’est déroulé sans problème, malgré les craintes que la politique ne vienne gâcher les festivités patriotiques.

La ministre des Transports Miri Regev, qui supervisait la cérémonie, aurait décidé que la diffusion en direct céderait la place à l’enregistrement d’une répétition au cas où l’événement serait perturbé par des manifestants antigouvernementaux. Elle a précisé par la suite qu’un enregistrement n’aurait été diffusé qu’en cas de « dysfonctionnements extrêmes ».

Dans un message préenregistré retransmis lors de la cérémonie, Netanyahu a appelé à l’unité dans un contexte de divisions et de protestations généralisées contre les efforts déployés par son gouvernement pour réformer le système judiciaire et d’autres politiques. Les opposants affirment que la législation judiciaire donnera à la majorité en place un pouvoir illimité, menacera le statut d’Israël en tant que démocratie et laissera les droits individuels sans protection. Les partisans du plan affirment qu’il permettra de maîtriser un système judiciaire trop activiste. Les initiatives ont déclenché des manifestations massives dans tout le pays pendant plus de quatre mois.

« Arrêtons un instant tout ce bruit, regardons un instant cette grande merveille qu’est l’État d’Israël. Combien de miracles avons-nous accompli ici au cours des 75 dernières années en tant que peuple unique ? a demandé Netanyahu dans la vidéo, sur un montage au sujet des réalisations d’Israël.

« En tant que peuple unique », a-t-il déclaré, « nous nous sommes élevés des cendres de la Shoah au sommet de la renaissance. »

« En tant que peuple unique », a-t-il poursuivi, Israël a gagné ses guerres, intégré des millions d’immigrants, construit une économie prospère, conclu des accords de paix historiques, développé les villes et les infrastructures de la nation et construit Tsahal, avec les meilleurs soldates et soldats du monde, qui nous protègent tous ».

« Il y a encore des miracles à accomplir : assurer la sécurité, renforcer notre économie et élargir le cercle de la paix », a-t-il déclaré. « Tous ces miracles, et bien d’autres encore, ne sont possibles que si nous marchons ensemble. »

Netanyahu a rappelé que lorsque les tribus bibliques d’Israël ont quitté l’Égypte, elles se sont disputées pour savoir « si elles devaient aller à gauche ou à droite » et ont « erré pendant 40 ans dans le désert jusqu’à ce qu’elles atteignent la Terre promise. Nous avons alors compris que ce n’est qu’ensemble que nous pouvons atteindre nos objectifs ».

« Et pour être sûrs, nous avons inventé Waze », a-t-il plaisanté.

« Le faire ensemble, c’est pleurer ensemble le jour du souvenir et célébrer ensemble le jour de l’indépendance », a-t-il ajouté. « Le faire ensemble, c’est savoir que nous avons un peuple et un pays et que nous n’aurons jamais d’autre pays.

Netanyahu était présent à la cérémonie du mont Herzl, assis aux côtés de son épouse Sara et de Miri Regev.

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a boycotté la cérémonie, invoquant les profondes divisions de la société au sujet des réformes judiciaires désormais suspendues et au vu du projet de couper la retransmission en direct si des manifestants l’interrompaient.

Malgré la chorégraphie rigoureuse et l’atmosphère de fête, les discours des porteurs des flambeaux ont rappelé les tensions politiques et les schismes sociaux qui fracturent actuellement la nation.

Le célèbre ancien général de Tsahal Avigdor Kahalani a déclaré qu’il allumait la torche pour « mon pays, que j’aime tant, Juif et démocratique, je suis né dans votre lumière ».

Le professeur Avi Rivkind, chirurgien général à Jérusalem et pionnier de la médecine des traumatismes, et le docteur Khetam Hussein, spécialiste de la lutte contre les maladies infectieuses qui a ouvert la voie dans le domaine de la médecine en tant que femme druze, se sont exprimés ensemble sur le podium. Les hôpitaux israéliens sont considérés par certains comme un bastion de la coexistence, où Arabes et Juifs travaillent ensemble pour soigner les malades et les blessés.

Rivkind et Hussein ont tous deux déclaré au Times of Israel avant la cérémonie qu’ils ne pouvaient ignorer le fait qu’ils célébraient cet honneur à un moment où le pays est divisé et où les tensions sont fortes. Cependant, ils ont tous deux exprimé le rôle important que joue la médecine pour unir les gens.

La docteure Hussein a déclaré qu’elle allumait le flambeau pour « nos amis, les femmes et les personnes travaillant dans le domaine de la santé, des amis issus de toutes les communautés de la société, de toutes les origines et de toutes les opinions, qui travaillent jour et nuit pour les patients avec humanité et moralité ».

Le professeur Avi Rivkind, à gauche, et le docteur Khetam Hussein, à droite, allument une torche lors de la cérémonie du 75e anniversaire de l’indépendance d’Israël au mont Herzl, à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Sylvan Adams, milliardaire philanthrope israélo-canadien, a allumé la torche en tant que représentant des Juifs de la diaspora.

Dans son discours, il a mis l’accent sur « les personnes qui racontent au monde l’histoire vraie, l’histoire incroyable, de la terre d’Israël. Un pays heureux, tolérant, pluraliste, avec des gens bons et chaleureux que j’aime tant ».

« Même si nous nous disputons, nous sommes unis », a déclaré Adams.

Passant de l’hébreu à l’anglais, Adams a déclaré avoir « choisi de vivre ici, dans le foyer national du peuple juif, une patrie qui nous appartient à tous, Israéliens et Juifs de la diaspora. Nous ne formons qu’un seul peuple.

Le rabbin Leo Dee, qui a perdu sa femme et deux de ses filles dans un attentat terroriste au début du mois, a récité la prière commémorative Yizkor au cours de la cérémonie.

Yom HaAtsmaout commence lorsque Yom HaZikaron s’achève. Le passage brutal du deuil national aux festivités peut être déconcertant, mais beaucoup considèrent qu’il s’agit de célébrer l’État et ses réalisations tout en se souvenant des sacrifices qui les ont rendues possibles.

Alors que la cérémonie principale de Yom HaAtsmaout se déroulait, des manifestants anti-gouvernementaux ont organisé des événements concurrents à Jérusalem et à Tel-Aviv.

Des manifestants protestant contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement protestent à l’extérieur de la cérémonie officielle célébrant le 75e Jour de l’Indépendance d’Israël, au mont Herzl, à Jérusalem. 25 avril 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

À Jérusalem, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés lors d’une manifestation intitulée « Lutter pour la démocratie, libérer le mont Herzl ».

Les manifestants ont chanté l’hymne d’Israël, l’Hatikvah alors que le discours de Netanyahu était diffusé à l’intérieur de la salle.

À Tel Aviv, des milliers de personnes se sont rassemblées dans la rue Kaplan pour une « fête de protestation », brandissant des drapeaux israéliens et dansant sur une musique entraînante.

D’autres manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes du pays.

Plus tôt dans la journée, des perturbations politiques ont eu lieu lors des événements organisés à l’occasion de Yom HaZikaron, lorsque des ministres ont assisté à des cérémonies dans des cimetières.

Plusieurs législateurs de la coalition ont été accueillis par des protestations et du chahut de la part de familles endeuillées, dont certaines avaient déjà demandé aux ministres de rester à l’écart des cérémonies, en particulier les membres du gouvernement qui n’ont pas servi dans l’armée.

L’émotion a été vive lorsque le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, membre de l’extrême-droite, a assisté à une cérémonie dans un cimetière militaire de Beer Sheva. Des cris ont éclaté lorsque le ministre a commencé à parler, il a été applaudi et salué par certains et fustigé par d’autres lorsqu’il a terminé, et des échauffourées ont éclaté à l’extérieur du cimetière.

Ben Gvir, qui n’a pas effectué son service militaire en raison de ses activités ultra-nationalistes, a refusé de se tenir à l’écart des cérémonies de Yom HaZikaron, y compris les demandes du chef d’un groupe représentant les familles endeuillées.

Le ministre du renseignement, Gila Gamliel, du Likud de Netanyahu, a été empêché d’assister à une cérémonie militaire dans la ville d’Isfiya, majoritairement druze.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.